Référendum citoyen : accélération ou auto-destruction de la démocratie ?

 |   |  206  mots
[Replay 28'] La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui, le référendum citoyen est-il un accélérateur ou une auto-destruction de la démocratie ?

Emmanuel Macron trouvera-t-il une issue à la crise des Gilets jaunes ? Lors d'une réunion avec ses ministres hier à l'Élysée, le chef de l'État a dessiné les contours de la « grande concertation nationale », qui se déroulera en deux phases : la première, qui a déjà commencé et durera jusqu'à mi-janvier, s'appuie sur les maires et les élus locaux sur le terrain. La seconde phase durera ensuite « deux mois pleins » et portera sur quatre thématiques : transition écologique, fiscalité, organisation de l'État, démocratie et citoyenneté. Ce dernier thème devrait ainsi aborder le référendum d'initiative citoyenne (RIC) largement plébiscité par les Gilets jaunes. Un outil de démocratie directe qui donnerait aux citoyens un poids concret dans le débat politique. S'il reste à définir les modalités et la forme que doit prendre le RIC, est-ce une solution envisageable à la crise des Gilets jaunes ? La voie référendaire est-elle une réponse plausible ?

Pour en débattre, nous recevons Antoine Chollet, politologue à l'université de Lausanne et spécialiste de la démocratie directe, Martial Foucault, directeur du Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF), et Marie-Anne Cohendet, constitutionnaliste et professeure de droit public à Paris I.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/12/2018 à 9:24 :
la democratie est au peuple la thecnocratie et une accaparation d'une minorite
de l'ombres du pouvoir ou des pouvoirs pour des besoin d'une minorite

identique a celle d'une republique monarchique

il est temps de regarder vers la republique federal ou les régions sont prioritaire
au contraire de la centralisation de paris.
a écrit le 20/12/2018 à 14:03 :
Pour que la démocratie accélère il faudrait qu’elle soit déjà, par ailleurs il est bien équivoque de demander l'accélération de quelque chose de complet, c'est comme si vous demandiez l'accélération de la liberté, soit on est libre soit pas, or en UE il est bien évident que nous ne sommes pas en démocratie entre la trahison du référendum de 2005 et la phrase de Juncker nous l'affirmant "il n'y a pas d'alternative démocratique aux traités européens", on ne peut que douter de l'état de démocratie de l'union européenne tenue par le consortium européen financier.

C'est pas une idée génial mais c'est toujours bien mieux que de se faire maltraiter par des politiciens achetés par les mégas riches pour servir leurs seuls intérêts, bien souvent aliénés.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :