Retraites : le système français est-il trop coûteux et généreux ?

 |   |  870  mots
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, le système français des retraites est-il trop coûteux et généreux ?

La France on le sait détient un record en termes de dépenses sociales rapportées au PIB, par comparaison aux autres pays développés. Il s'agit de la première source d'écart pour expliquer notre surcroît de dépenses publiques. On se dit alors que les marges d'ajustement sont larges et que les pistes d'économie sont relativement aisées à trouver. Et on les trouve en effet. Mais avec un impact qui déçoit systématiquement. Pourquoi.

Je vais partir ici des retraites. Premier poste de dépenses sociales en France et principal contributeur à nos écarts de dépenses publiques.

Premier constat. Les pensions versées aux retraités ou aux survivants représentaient 14,4% du PIB en 2014, ce qui place la France sur les premières marches du podium européen, juste derrière la Grèce, l'Italie et l'Autriche. Très nettement au-dessus de la moyenne européenne.

Nos ratios de dépendance expliquent-ils cet écart ?

Non. La France est certes plutôt en haut de l'échelle en termes de dépendance aujourd'hui. Elle prend de plein fouet les effets du papy-boom. Mais elle n'en demeure pas moins proche de la moyenne européenne. Et ce n'est que demain, c'est-à-dire au-delà de 2030-2040 qu'elle va tirer avantage de son taux de  fécondité très supérieur à celui de la plupart de ses partenaires.

En revanche, lorsque l'on regarde ce que représente le niveau de revenu disponible des retraités par rapport à celui des actifs, on voit que la France est le pays qui préserve le mieux le pouvoir d'achat de sa population âgée. On voit aussi que la France est un des pays qui préserve le mieux sa population âgée de la pauvreté. Tout indique donc que le système français est particulièrement généreux.

D'où vient alors qu'il soit si difficile de trouver des sources d'économie ? À l'attachement de la population à un système particulièrement sécurisant certes. Mais pas seulement.

Pour le comprendre, il faut regarder les taux de remplacement

C'est-à-dire le niveau des pensions rapporté au revenu perçu avant la cessation d'activité. On s'attendrait dans le cas français à trouver des taux de remplacement net après impôt particulièrement élevés. Ce n'est pas le cas. La France se situe plutôt en dessous de la médiane à proximité de l'Allemagne. Pourquoi ? D'abord parce que les pays complètent leurs régimes publics obligatoires de régimes privés obligatoires ou facultatifs. Ensuite parce que beaucoup de pays consentent des avantages fiscaux aux retraités supérieurs à ce qui prévaut en France. En résumé, lorsque l'on mesure la générosité du système de retraite français uniquement à travers le prisme des dépenses publiques, on introduit 2 biais : on trouve plus de dépenses en France :

  • 1/ pour des raisons institutionnelles. La France a un système par répartition de type public.
  • 2/ la France verse plus de retraites brutes, mais les taxes davantage aussi.

Tout cela produit un système ou la grosse masse des retraites transite par le budget des administrations publiques. Mais cette traçabilité n'en fait pas pour autant un système plus coûteux pour les populations, une fois que l'on prend en compte, dans les autres pays les circuits privés, qui n'apparaissent ni en dépense ni en prélèvements obligatoires.

Cela nous invite à comparer alors ce qui est comparable lorsque l'on commente l'indicateur de pensions publiques rapportées au PIB. Éliminons les pays dont les niveaux de vie sont notoirement différents. Ceux surtout qui panachent des systèmes publics et des systèmes privés obligatoires ou facultatifs. Et l'on voit alors que la position française est beaucoup moins atypique.

Il n'en reste pas moins que la France garantit un des meilleurs niveaux de vie à ses retraités.

Comment y parvient-elle avec des taux de remplacement médiocres ?

Et bien de façon paradoxale parce que la part des revenus du patrimoine est particulièrement élevée en France. Pourtant assurés par le système public, les Français se constituent via l'assurance vie, via l'immobilier, l'équivalent d'une retraite par capitalisation qui n'a rien à envier à certains pays dotés de systèmes par capitalisation. Parce qu'aussi, bien moins de seniors prolongent leur emploi dans des conditions souvent dégradées.

En conclusion, le système de retraite français véhicule des masses importantes de dépenses publiques. Parce qu'il a vocation universelle. Parce qu'il sert une pension plus longtemps que les autres 3 à 4 ans de plus compte tenu de l'âge effectif de la retraite et de l'espérance de vie, vrai problème, on le sait. Mais pas parce qu'il offrirait des revenus de remplacement particulièrement généreux. Et tout indique, compte tenu de son paramétrage actuel, qui va mordre sur le pouvoir d'achat et rallonger la durée effective d'activité, qu'il est programmé pour rentrer dans le rang, notamment lorsqu'on le compare à des pays dotés d'institutions comparables.

>> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/12/2016 à 16:19 :
"le pays qui préserve le mieux le pouvoir d'achat de sa population âgée" ? Sûr qu'après les années Hollande sans augmentation aucune des retraites, le type qui touche 750-800 euros est au régime caviar ! Et "la part des revenus du patrimoine est particulièrement élevée en France". Sauf que ceux qui vivent de leur rente ne sont pas légions et ont de toute manière des sources financières ne dépendant nullement de leur retraite éventuelle, par exemple le PDG ou le politique ayant largement dépassé l'âge de sa retraite :-)
Réponse de le 23/12/2016 à 20:26 :
Il y a beaucoup de retraités qui survivent aprés une carriére pénible avec 850 € par mois et d'un autre coté nos chers politiciens offrent aux étrangers au bout de 5ans de présence, même s'ils n'ont jamais cotisés voir sur
GOUV.FR AllocationASPA d'un montant de 801€ pour un couple .
Et la CGT TROUVE CELA NORMAL .......!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 21/12/2016 à 14:11 :
Bonne intention de la part de Passet, mais encore un effort en considérant l'influence de l'usage de l'énergie qui favorise les gains de productivité. La solution consiste à financer les retraites par une taxe sur la consommation d'énergie des ménages. A étudier en relation avec la note n°6 du CAE et de la réforme fiscale proposée par Coe-Rexecode. Et en plus, c'est favorable au climat.
Réponse de le 21/12/2016 à 23:13 :
@gépété, ça faisait des bulles : tu crois que tu vas réussir à la placer avant Noel ta taxe ? Je te signale en outre que les gains de productivité de 30-40 dernières années ne se sont nullement traduits par une progression des salaires ou des progreès sociaux. Ils semblent avoir uniquement augmenté les richesses de ceux qui étaient déjà riches :-)
a écrit le 21/12/2016 à 13:51 :
Oui. Système de retraite trop généreux dans l'armée. On lit aujourd'hui un Général qui demande une rallonge budgétaire. Pour nommer d'autres généraux? C'est la France qui doit avoir le plus dé Généraux. C'est sur le budget du personnel, des grilles indiciaires, de l'avancement et cela dans toute la fonction publique que l'on récupérera du budget.
Réponse de le 23/12/2016 à 19:03 :
La France a peut etre le plus de généraux mais la France est aussi sur plusieurs théatres d'opérations .Par contre vous ne parlez pas des fonctionnaires ?????
Quand les entreprisesdu Privé se sont informaisées. ellesont toute réduit leur personnel administratif alors que dans la fonction Publique le nombre a continué a grossir .a la simple raison que trés peu d'administrations respectent les 35 h et ont pour beaucoup 6 semaines de congés payés .
France 65 millions d'habitants et 5,5 millions de fonctionnaires
Allemagne 82 millions d'habitants et 4,5 millions de fonctionnaires .
Posons nous les bonnes questions ! Qui ne plairont pas a la CGT.
a écrit le 21/12/2016 à 12:54 :
Il est loin d'être généreux à part une catégorie de la population qui n'a jamais cotisée pour les caisses de retraites et ne pas confondre gestion des retraites et retraites effectivement payées , les comptes ne sont plus les mêmes et personne ne veut y mettre le nez , il faudra bien qu'un jour cela soit fait .
a écrit le 21/12/2016 à 12:49 :
Cet article confirme que les retraités ont eu bien raison de se constituer un patrimoine.
ils ont eu le pressentiment qu'il ne fallait pas compter sur l'état pour toucher des retraites convenables . Cette intuition se confirme quant on regarde le montant des pensions versées. En moyenne 1400 euros par mois. L'état n'ayant plus d'argent , il rogne les retraites, elles ne suivent plus l'inflation (réelle) , ne sont plus indexées sur les salaires.
Cet état qui creuse la dette du pays cherche partout de l'argent. La tendance actuelle est d'essayer de taxer l'immobilier des retraités. Surtout cette atmosphère délétère qui consiste à opposer les générations entre-elles, manœuvre politicienne bien inquiétante.
Réponse de le 26/12/2016 à 11:52 :
Il y aura de l'argent pour tous ces ministres qui ne vont plus exercer une fois qu'Hollande ne sera plus président, Leroux par exemple ministre de l'intérieur 5 mois et il aura une retraite de ministre, une honte, eux ils se sont bien servis nous, nous sommes les cerfs, on trouve de l'argent pour les migrants qui arrivent, on nous dit de se serrer la ceinture pour la sécurité sociale eux ils seront soignés gratuitement alors que moi personnellement j'ai cotisé pendant 43 ans
a écrit le 21/12/2016 à 10:48 :
"Il n'en reste pas moins que la France garantit un des meilleurs niveaux de vie à ses retraités."

Un des moins mauvais plutôt en effet parce que 800 euros par mois comme "meilleur niveau de vie" c'est plutôt la misère quand même non ?

Ah les journalistes et le langage... "Encore un siècle de journalisme et tous les mots pueront."
a écrit le 21/12/2016 à 10:34 :
Très bien cet article sur l'aspect GENERAL des retraites et des retraités en France, mais très incomplet sur l'analyse des disparités des retraités entre secteur public : 75% des 6 derniers mois d'activité sans parler des régimes spéciaux, comparé au secteur privé. Le tout surtout avec un secteur public et nationalisé de plus de 15% supérieur à celui de l'Allemagne et 25% du Royaume Uni. Auquel il faut ajouter une pléiade d'élus, nationaux et locaux, les ex ministres et premiers ministres, les ex présidents et leur train de vie royal etc ....Donc il y a beaucoup d'économies à faire en France en faisant le ménage essentiellement dans le secteur public, tout public confondu comme de diminuer de 50% les élus nationaux.
Réponse de le 23/12/2016 à 19:10 :
En retraite depuis 10 ans . Mon salaire a augmenté au cours de ma carriére non pas grace a des échelons automatiques a l'ancienneté comme dans la fonction Publique mais par des examens .Commencé comme ouvrier P1 j'ai termine comme cadre .Le montant de ma retraite est de 65 % de mon dernier salaire et je n'ai pas bénéficié de grade superieur ni d'augmentation de salaire 1 an avant mon depart au bout de 167 trimestres .
C'était pour info .
a écrit le 21/12/2016 à 10:13 :
"Et tout indique, compte tenu de son paramétrage actuel, qui va mordre sur le pouvoir d'achat et rallonger la durée effective d'activité, qu'il est programmé pour rentrer dans le rang, notamment lorsqu'on le compare à des pays dotés d'institutions comparables."
Effectivement, et l'actuel exécutif se garde bien de le dire, la raison principale, et de loin, du recul du déficit de la Sécu est la pleine application de la réforme des retraites de 2010. Le principal mérite de l'actuel exécutif est de l'avoir pour l'essentiel conservée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :