Stimulation du pouvoir d'achat : un effet pschitt sur la croissance ?

 |   |  837  mots
(Crédits : DR)
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, un effet pschitt sur la croissance sur le pouvoir d'achat ?

VIDEO

Prime d'activité, défiscalisation des heures supplémentaires, baisse de la CSG pour certains retraités, annulation de la hausse de la taxe carbone, prime exceptionnelle défiscalisée... Le chèque des mesures d'urgence s'élève à environ 10,5 milliards d'euros auxquels s'ajoutent les décisions déjà prises pour 1,5 milliard. Au total, ce sont près de 12 milliards d'euros de pouvoir d'achat qui vont être injectés en 2019 par le gouvernement, l'équivalent de 0,8 point de revenu disponible. Avec en vue une baisse supplémentaire de 5 milliards d'euros de l'impôt sur le revenu en 2020. De quoi doper la consommation, voire l'investissement des ménages, donc la croissance.

Hausse des prix à la pompe

Sur le papier, la partition est parfaitement réglée. Mais deux séries d'obstacles pourraient rapidement faire déchanter. Il y a d'abord la mauvaise surprise du début de l'année, le prix du pétrole. Alors qu'il était anticipé comme devant évoluer sous sa moyenne de 2018 (soit en dessous de 71 dollars le baril), il fluctue depuis avril dernier à proximité de ce seuil. Comme cela s'ajoute à l'affaiblissement de l'euro face au billet vert, à la pompe et à la cuve, c'est la double peine : le prix du gazole flirte ainsi avec ses sommets. À près de 1,50 euro, le litre de super est au plus haut depuis deux ans. Quant au fioul, il se rapproche également de son dernier pic. La contribution de l'énergie à l'inflation générale s'annonce donc légèrement positive là où elle était attendue comme légèrement négative. Bref, une partie des mesures de soutien au pouvoir d'achat sera consumée dans la hausse des prix.

La seconde série d'obstacles est liée au comportement des ménages. Le surplus de pouvoir d'achat peut être consommé, investi ou épargné. Pour qu'il y ait un impact direct sur la croissance à court terme, il faut qu'il soit ou consommé et/ou investi.

Investi, certainement pas. Les mises en chantier de logements comme les permis de construire donnent le la et ils sont en baisse l'un comme l'autre : parce que les prix sont trop élevés, parce que les aides ont été rognées, parce que le Pinel arrive en fin de cycle et parce qu'enfin l'immobilier est dans le collimateur de l'administration fiscale. L'investissement des ménages est en recul depuis trois trimestres maintenant, un recul qui s'amplifie et qui va perdurer tout au long de l'année.

Des signes de mauvais augure coté consommation

Reste la consommation. A priori, 2019 a bien commencé avec des dépenses des ménages en hausse de 0,4% en volume au 1er trimestre. Après la panne de la fin 2018, conséquence en partie de la crise des gilets jaunes, la machine semble relancée. Mais ce chiffre est en fait doublement très décevant. D'abord, après un zéro pointé ou presque au quatrième trimestre 2018, le rattrapage reste très limité et lissée sur deux trimestres, la hausse ressort à 0,2% seulement au moment même où l'impulsion sur le pouvoir d'achat est la plus forte. En d'autres termes, il y a eu des fuites et une part importante du surplus de revenus a pris la direction de l'épargne. La collecte nette du Livret A et du Livret de développement durable et solidaire (ex CODEVI) a quasiment atteint la barre des 10 milliards d'euros sur les trois premiers mois de l'année en hausse de 31% par rapport là même période de 2018. Il faut remonter en 2009, année de la généralisation de la distribution du Livret A dans les banques, pour trouver un tel afflux d'épargne. Seconde déception, le déroulement même du trimestre. Comme semble l'indiquer l'évolution des dépenses en biens manufacturés, il y a bien eu un effet report sur le mois de janvier, mais la dynamique s'est ensuite très vite enrayée, ce qui n'est pas de très bon augure pour la suite.

Et si les Français ne consomment pas plus, c'est que la confiance n'est toujours restaurée. Bien entendu, après avoir touché le fond, la confiance des ménages s'est redressée, mais elle se situe toujours en dessous de sa moyenne de long terme et sa remontée est de plus en plus lente. À cela s'ajoute la recrudescence des craintes sur l'évolution à venir du chômage, une situation propice à la constitution ou au renforcement de l'épargne de précaution.

Les Français ont fait de la rétention de dépense au 1er trimestre, au détriment de la croissance et il faudrait que la confiance revienne pour qu'il en soit autrement. Or, la confiance cela ne se décrète pas : cela se construit. Le risque est donc bien celui d'une grande désillusion cette année avec un taux d'épargne record et une croissance amputée.

>> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/05/2019 à 15:42 :
Le mode de calcul de la consommation s'effectue par les rentrées de TVA! Consommez a tort et a travers contribuera a la satisfaction des chiffres mais vous ne serez pas plus heureux pour cela!
a écrit le 29/05/2019 à 13:20 :
le problème est simple la csg ce n'est que l'argent qu'on a avancé à l’état qu'il rembourse pas d'indexation donc il faut compenser la hausse du gaz d'edf et du gazole des assurances et des mutuelles donc moi qui faisait chaque année des travaux ...cette année zéro pas de dons aux œuvres et moins d’étrennes aux petits enfants donc ne pas s’étonner si la consommation n'est pas au rendez vous
a écrit le 29/05/2019 à 12:41 :
une bonne partie de l'argent public accordé ( prime d'activité) ou rétrocédé ( partie de CSG) ne l'aura été que très progressivement à partir du 2ème trimestre 2019 , et le reste concerne des promesses pour 2020 ou plus tard .
il est donc normal que la consommation générale soit peu impactée , d'autant que les français sont méfiants et anticipent des dépenses contraintes en augmentation (électricité , gaz , fioul , taxes diverses , tarifs publics ,loyers ,frais de scolarité ,alimentation , ....) ainsi que le retour prochain d'une hausse de la fiscalité écologique voulue par le ministre en charge de l'écologie .
heureusement les vacances d'été approchent , les mauvaises nouvelles attendront la rentrée de septembre .
a écrit le 29/05/2019 à 10:32 :
Vieil adage américain pas du tout politiquement correct, mais fort juste, "Ne donnez pas d'argent aux pauvres, ils le dépensent, donnez le aux riches, ils l'investissent." Mais on est en France administrée, donc on fait 1 sur l'efficace.
a écrit le 29/05/2019 à 8:43 :
C'est ce que je crains fortement également, ces politiques de pouvoir d'achat à court terme n'ont aucun sens mais hélas nos néolibéraux au pouvoir ne sont paramétrés qu'à la pensée financière à savoir du court terme au mieux sinon massivement du très court terme.

Avec tout ces gens à la pensée courte que voulez vous que l'on construise hein... -_-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :