Yémen : pouvons-nous éviter un désastre humanitaire ?

 |   |  237  mots
[Replay 28'] La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui, pouvons-nous éviter un désastre humanitaire au Yémen ?

Au Yémen, la population meurt dans une guerre qui n'est plus la sienne. Pilonné par les bombes saoudiennes depuis plus de deux ans, le pays - un des plus pauvres du monde - traverse la pire crise humanitaire actuelle. Les hôpitaux, insalubres et sous-approvisionnés en eau et en médicaments, peinent à faire face à la situation qui est désormais intenable. Toutes les dix minutes un enfant y meurt de faim, le choléra (habituellement contenu) fait des milliers de victimes et les trois quarts de la population dépendent de l'aide humanitaire.

La crise yéménite est d'autant plus tragique que ce sont des puissances étrangères qui s'y affrontent formant deux blocs hétérogènes, façonnés d'alliances de circonstance : Arabie saoudite, Israël, États-Unis et France forment un camp, Iran et Russie un autre. Chaque pays y va de ses propres intérêts diplomatiques et tire les ficelles d'un État yéménite morcelé et rongé par des conflits internes politiques et religieux, aux dépens des 27 millions de yéménites.

La communauté internationale est-elle une fois de plus impuissante pour faire la paix ? Le désastre humanitaire est-il inévitable au Yémen ?

On en parle ce soir dans 28' avec l'ancien ambassadeur de France au Yémen, Gilles Gauthier, le professeur de relations internationales à Science Po Paris, Bertrand Badie et Manon Quérouil-Bruneel, grand reporter.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/12/2017 à 17:46 :
avec un million de malades avérés du Choléra, et sans même parler du reste, il me semble que le Yemen est déjà en plein dans le désastre humanitaire.
a écrit le 21/12/2017 à 10:40 :
"Enlisement saoudien au Yémen" https://www.monde-diplomatique.fr/2017/12/BONNEFOY/58214

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :