Trackers : les « technos » peinent à apporter de la variété

 |   |  188  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Pour éviter la forte concentration des portefeuilles, l'investisseur est obligé de combiner plusieurs ETF.

Investir aujourd'hui dans un ETF consacré aux valeurs technologiques revient, pour la majorité des produits, à prendre un pari sur SAP, le champion allemand des logiciels. Car les deux indices majoritairement retenus par les émetteurs de trackers (le MSCI Europe Information Technology et le Stoxx Europe 600 Technology) sont exposés à plus de 20 % sur cette valeur.

Si l'on ajoute Nokia et Ericsson, les deux géants scandinaves de la téléphonie mobile, on atteint 50 % du portefeuille. Et 6 titres constituent 75 % de l'actif investi. Ce manque évident de variété relègue la plupart des produits de la catégorie au rang de simple brique de diversification dans un portefeuille global.

Seule planche de salut pour l'investisseur qui souhaite se positionner sur le secteur : deux trackers de Lyxor offrant une diversification géographique au niveau mondial et sur l'Asie émergente. Ce qui permet d'accéder à des multinationales comme Apple, Microsoft, IBM, Cisco, Oracle ou Canon. Pour la part émergente de l'Asie, on retrouve Samsung, Taïwan Semiconductor et la société de conseil indienne Tata Consultancy. Côté Français, notons Alcatel-Lucent et Capgemini (environ 3 % de l'actif des trackers européens).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :