IHD lève des fonds pour ses trousses de diagnostic d'Alzheimer

 |   |  404  mots
Copyright Reuters
IHD va commercialiser une trousse permettra de diagnostiquer la maladie et dont le coût pourrait descendre à 15 dollars d'ici 15 ans

En prévision de l'industrialisation et de la mise sur le marché de ses trousses de diagnostic de la maladie d'Alzheimer, prévue en 2013, la société strasbourgeoise IHD (Innovative Health Diagnostics) s'apprête à lever 3 millions d'euros de capitaux, en fonds propres, auprès des actionnaires historiques qui la soutiennent depuis sa création en 2008 et d'industriels de la biotechnologie. Les kits de dépistage, validés par les résultats précliniques et cliniques réalisés en 2010, s'adresseront dans un premier temps aux industriels pharmaceutiques, sous forme de prestations de services, et aux établissements hospitaliers. IHD compte sur des partenaires industriels pour développer ses kits à grande échelle : la société estime le marché à 2 milliards de dollars, sur les zones géographiques Europe, Japon, Israël, Australie et Amérique du Nord.

 

Le diagnostic à 15 dollars dans 15 ans

 

Soutenue en fonds propres par Oseo et par Sodiv Alsace, fonds régional de participations spécialisé dans le développement des PME, IHD a déjà levé 1,6 million d'euros de capitaux, avec primes d'émission, entre octobre 2008 et décembre 2009. L'équipe (cinq salariés), installée dans les locaux de l'Institut des neurosciences cellulaires et intégratives à l'Université de Strasbourg,  s'apprête à accueillir sept salariés complémentaires, ingénieurs au profil R&D. « Nous voulons aller plus loin dans la preuve de concept, et lançons une étude dans l'Est de la France, auprès de 250 nouveaux patients », annonce Xavier Regnaut, président d'IHD. « Actuellement, il se passe cinq ans entre la première plainte du patient et la détection de la maladie d'Alzheimer. On ne pourra pas empêcher le déclin, mais le diagnostic précoce permettra de gagner quatre à cinq ans ». Les tests mis au point par l'équipe strasbourgeoise s'appuient sur des marqueurs sanguins présents dans 10 microlitres de sang. La méthode est protégée par cinq brevets et une licence exclusive et mondiale cédée, contre royalties, par le CNRS. Si le chiffre d'affaires actuel est peu significatif (35 000 euros annuels, en prestation de services), le potentiel sur ce marché du test sanguin est jugé important : « Nous visons une sortie à 400 ou 450 dollars l'unité, pour descendre à 15 dollars quinze ans plus tard », estime Xavier Regnaut. « IHD sera le test de référence sur ce marché de 2 millions de nouveaux cas par an en Europe et en Amérique du Nord, pour 14 millions de malades ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :