La première école de sommellerie haut de gamme à Bordeaux

 |   |  364  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
A l'automne 2013, la Chambre de commerce et d'industrie de Bordeaux ouvrira une école de sommellerie haut de gamme. Chinois et Japonais sont fortement demandeurs

Aussi surprenant que cela puisse paraître, il n'existe actuellement aucune école de sommellerie haut de gamme dans le monde. Cela fait plusieurs années que le projet est dans les cartons à Bordeaux, mais la « capitale internationale du vin » n'a jamais franchi le pas. Or, « il y a maintenant une demande très forte dans ce secteur, notamment en provenance d'Asie », explique Pierre Paillardon, le futur directeur de l'école de sommellerie de Bordeaux. Cela est apparu comme une impérieuse nécessité après Vinexpo 2010 à Hong-Kong et de nombreux échanges sur le sujet avec des Chinois et des Japonais.

Une formation en anglais avec les meilleurs sommeliers du monde

Baptisée "Worldsom", cette école sera « haut de gamme ». Elle s'organise autour de quatre formations allant de junior sommelier (4 semaines de cours théoriques) à magistère sommelier (14 semaines dont quatre en stage), en passant par sommelier (huit semaines de formation) et chef sommelier. Chaque session pourra accueillir jusqu'à 30 élèves et devrait se dérouler dans des locaux de la CCI, au c?ur de la prestigieuse place de la Bourse classée à l'Unesco. Les cours seront tous en anglais et animés par des sommeliers à la renommée internationale. Pierre Paillardon, par exemple, a remporté le concours de meilleur jeune sommelier de France en 1979. Avec eux, ils apprendront à déguster des grands crus, à les servir à table, à connaître les cépages, les processus de vinification. En fonction des modules choisis, le prix de cette formation coûtera entre 4 000 et 12 500? pour le magistère sommelier, qui sera, pour l'heure, la seule formation diplômante. La sélection promet d'être rude. Ne serait-ce que pour intégrer la formation de chef sommelier, il faudra justifier au minimum de trois ans d'expérience, dont 18 mois à ce niveau de responsabilité. A quelques mois de l'ouverture, Pierre Paillardon est confiant. « Nous avons déjà eu de nombreuses demandes d'inscriptions, notamment d'Asie ». Actuellement, la profession compte 20 000 sommeliers dans le monde. Et, « chaque année, 300 préparent un concours pour sortir du lot », souligne-t-il. C'est tout un symbole, « Worldsom » sera d'abord officiellement présenté à Hong-Kong le 29 mai, lors du prochain salon Vinexpo.

 

Pour aller plus loin : Notre espace vin

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :