L'allemand Emco délocalise en France

 |  | 858 mots
Lecture 5 min.
« Cette année, nous avons subi une perte de productivité car notre activité est fortement liée à celle du bâtiment. Lorsque les chantiers ont été arrêtés mi-mars, notre production l'a été également. Elle est repartie fin avril avec la fin du confinement. 2020 entraine une baisse de 10% de notre chiffre d'affaires », annonce Anselme Hoffmann.
« Cette année, nous avons subi une perte de productivité car notre activité est fortement liée à celle du bâtiment. Lorsque les chantiers ont été arrêtés mi-mars, notre production l'a été également. Elle est repartie fin avril avec la fin du confinement. 2020 entraine une baisse de 10% de notre chiffre d'affaires », annonce Anselme Hoffmann. (Crédits : Amandine)
Filiale du groupe allemand éponyme Erwin Müller Compagny (Emco), l’entreprise s’est implantée à Dampierre, dans le Jura en 2002. Le leader européen du tapis d’entrée a choisi d’investir dans cette période critique, en délocalisant une partie de la production allemande sur le territoire jurassien. Quand « deutsche Qualität » et Made in Jura s’associe…

À l'heure où la relocalisation des entreprises dans l'Hexagone est devenue tendance, Emco revendique sa délocalisation sur le territoire français. Le principal frein au développement de la société ces dernières années était le manque de main d'œuvre qualifiée et disponible sur sa zone géographique. La crise se transforme en opportunité pour Emco. Les licenciements des uns font les recrutements des autres...

Anselme Hoffmann, directeur général Emco France, a su convaincre ses actionnaires allemands de délocaliser une partie de la production de la marque en France. Ce dernier est convaincu de trouver désormais la main d'œuvre qualifiée dont il aura besoin à court terme. « Cette délocalisation permet un rééquilibrage des lieux de production et nous ouvre de nouvelles portes. Nous allons fabriquer cette autre gamme de produits très résistants pour l'ensemble du groupe, avec un accès plus facile aux marchés anglais et du bénélux. Nous créons un centre d'expertise en ne fabriquant plus uniquement pour le marché...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/12/2020 à 19:51 :
Ca y est on est suffisamment pauvres pour être compétitifs ?
Bonne nouvelle :)
a écrit le 05/12/2020 à 9:33 :
Belle initiative. Pour quel montant de subventions et avantages divers ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :