Financement participatif : comment Gwenneg accompagne l'économie bretonne

 |   |  444  mots
La société d’hydroliennes Sabella, à Quimper, a déjà collecté 9. 000 euros sur les 200.000 qu’elle cherche.
La société d’hydroliennes Sabella, à Quimper, a déjà collecté 9. 000 euros sur les 200.000 qu’elle cherche. (Crédits : GWENNEG)
Pour répondre aux besoins des entreprises et aux enjeux du territoire, la plate-forme de financement Gwenneg sensibilise à l'agroécologie ou encore aux énergies renouvelables.

Dans l'économie bretonne, la plateforme de financement Gwenneg (« petit sou » en breton), fondée en 2015, joue un rôle unique. Au printemps, Algolesko, l'entreprise de production d'algues basée à Loctudy, y a levé 500.000 euros en 72 heures. Actuellement, la société d'hydroliennes Sabella, à Quimper, a déjà collecté 97.000 euros en capital sur les 200.000 euros qu'elle cherche pour compléter une levée de fonds globale de 2,3 millions d'euros. La BPI investit 1 euro pour 1 euro financé. Généraliste dans le choix des projets mis en avant (industrie, services à la personne, numérique...), Gwenneg veut aussi sensibiliser ses souscripteurs aux enjeux des nouvelles filières structurantes pour le territoire breton : les algues (bien manger, bien vieillir), les énergies marines renouvelables, l'agriécologie avec prochainement le projet Terres de sources (Rennes), récent lauréat de l'action Territoire d'innovation.

Mais sur la plateforme, ne collecte pas qui veut : le tri des dossiers est sélectif. « Outre l'ancrage territorial, nous étudions la qualité des dossiers, la rentabilité, le risque et la capacité du capitaine a manoeuvrer son navire. Le taux de sélection est de moins de 10 % des projets reçus mais le taux de défaut des projets (0,11 %) est aussi très bas », précise Karim Essemiani, président fondateur. Depuis cette année, Gwenneg, qui a aidé en quatre ans 120 entreprises pour une collecte totale de 21 millions d'euros y compris avec du don, ne finance plus les startups. Elle se concentre aussi sur le financement des entreprises régionales en haut et bas de bilan, via du capital, des obligations non convertibles en actions (ratio de placement moyen à 7 % sur trois ans) et du prêt.

Doublement des effectifs

En 2018, la plateforme a accompagné 30 projets pour 11 millions d'euros. A horizon 2021, son objectif est d'atteindre 45 projets par an à hauteur de 20 millions d'euros collectés, dont une majorité via des obligations, et pour 3.000 emplois créés ou maintenus. Pour accompagner des projets encore plus complexes et innovants, Gwenneg a finalisé en avril dernier une levée de fonds de 1 million d'euros auprès de Heimdall, Breizhfunding et de la Banque des Territoires, qui expérimente ce type d'investissement.

Gwenneg doublera ses effectifs, à 10 collaborateurs d'ici à deux ans pour se renforcer dans l'analyse et l'ingénierie financière. « L'action de Gwenneg tient de la forte culture d'entreprise qui existe en Bretagne, de la solidarité entre les acteurs du territoire et de l'envie de soutenir l'économie. 99 % de nos souscripteurs sont aussi basés dans la région », fait valoir Karim Essemiani, dont l'entreprise est elle-même soutenue par 200 actionnaires et dirigeants locaux (37 % du capital).

____

En chiffres :

500.000 euros : la somme levée en 72 heures par la société Algolesko via Gwenneg

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/10/2019 à 9:22 :
he ben c'est suffisemment rare d'entendre parler d'analyse de projets et de viabilite chez les ecolobobos qu'il faut le signaler!
ca au moins c'est positif

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :