Métro de Rennes : quand la 4G rime avec l'expertise « indoor » de TDF

 |   |  858  mots
Les travaux pour couvrir la ligne A ont duré un an. 135 km de fibre optique ont été tirés entre le datacenter et les stations.
Les travaux pour couvrir la ligne A ont duré un an. 135 km de fibre optique ont été tirés entre le datacenter et les stations. (Crédits : TDF)
Déployée depuis le 1er octobre sur 100 % de la ligne A du métro de Rennes, la couverture 4G par les quatre opérateurs télécoms a bénéficié d’une solution technique mutualisée et clé en main apportée par TDF. Pour l’opérateur d’infrastructures, l’amélioration de la couverture mobile dans les lieux de vie comme le métro ou les bâtiments HQE, représente un marché en plein essor.

A Rennes, plus d'excuses, vous pouvez lire la presse même à 20 mètres sous terre ! Voire regarder la télévision. L'arrivée le 1er octobre de la 4G sur la ligne A avait d'ailleurs fait le buzz grâce à une photo humoristique montrant un usager, bien au chaud dans son plaid et son pyjama, qui avait installé son salon dans une rame pour regarder sa série Netflix sur son ordinateur. Menée en fait par deux YouTubeurs rennais, les Inachevés, l'opération de communication avait été orchestrée par Orange.

Ouverte pour les quatre opérateurs de téléphonie mobile, la couverture mobile 3G-4G bénéficie à l'ensemble de la ligne A (stations et rames), désormais connectée sans interruption entre les 15 stations et tunnels. Selon des mesures effectuées au lancement par la startup Smartviser, la qualité de connexion y est même très bonne, jusqu'à 300 Mbits/s, voire meilleure qu'en surface, « malgré quelques différences entre les opérateurs, liées à la gestion du cœur de réseau ».

Pour des pages web chargées en moins de 10 secondes, la meilleure connectivité s'avère être celle de Bouygues Telecom dont le niveau atteint 93% et la moins bonne est celle d'Orange avec seulement 82%. Le service, qui pourra ultérieurement évoluer vers la 5G, concerne les 130 000 usagers quotidiens de la ligne mais sera étendu vers la fin 2020 à la ligne B (14 km, 15 stations) actuellement en construction.

La solution « clé en main » de TDF, hébergement déporté

Après Toulouse et Lille, Rennes est donc la troisième ville de France à offrir la 4G dans le métro, sans interruption, sur toute la ligne. Mais Rennes innove puisque TDF, retenu en qualité d'opérateur d'infrastructures « neutre et ouvert » dans le cadre d'une convention d'occupation du domaine public, a proposé un choix technique inédit. Le métro breton, long de 9,4 km, est le premier à bénéficier d'un hébergement déporté des équipements des opérateurs mobiles. Ils sont situés à Cesson-Sévigné, sur le site de TDF.

« D'ordinaire, en extérieur, chaque opérateur déploie son réseau. Dans le cadre de cette installation souterraine, dont le bilan un mois après le lancement est positif, TDF a proposé de mutualiser le réseau plutôt que d'installer quatre équipements dans le métro » explique Olivier Plantureux, directeur marketing de la division Telecom de TDF. « Notre solution technique a été raccordée au réseau des opérateurs et la collecte du trafic s'effectue directement depuis notre datacenter de Cesson-Sévigné. »

Les travaux ont duré un an et pendant cette période TDF a déployé toute l'infrastructure antennaire nécessaire à la couverture très haut débit mobile de la ligne. 135 km de fibre optique ont été tirés entre le datacenter et les stations et 4 km de câble coaxial câblent la centaine d'antennes installées dans les 15 stations et les deux puits. L'installation des équipements a impliqué une collaboration avec une dizaine d'entreprises dont Keolis, le réseau de fibre optique de Rennes Métropole, SPIE (équipements industriels) et une coordination avec les quatre opérateurs.

Métro de Rennes

[Ce boitier est raccordé par fibre optique aux réseaux des opérateurs. Crédit photo : TDF]

« L'intérêt de cette infrastructure innovante est qu'en minimisant le nombre d'équipements à installer, elle prend moins de place dans l'espace du métro, elle optimise les coûts de déploiement et facilite la maintenance » ajoute Olivier Plantureux. Grâce à son centre de supervision national, TDF reste en alerte 24/24 heures et 7/7 jours pour assurer la qualité du service.

Expertise sur les lieux de vie « indoor »

Tandis que l'amélioration de la couverture mobile dans les lieux de vie (métros, gares, centres commerciaux, bureaux...) représente aujourd'hui un véritable enjeu pour les opérateurs, la division Telecom de TDF y voit pour sa part un marché émergent mais en plein essor. Via le partenariat signé avec SNCF Gares et Connexions, TDF travaille sur 10 projets de renforcement de l'infrastructure télécom de gares comme celles d'Avignon ou de Lille. L'opérateur apporte aussi ses solutions techniques dans les tunnels de Lyon ou de Marseille. TDF contribue aussi à la couverture mobile de la LGV Rennes-Le-Mans, ouverte en juillet dernier.

La croissance exponentielle de la consommation de données mobiles est également confrontée aux nouvelles normes de construction des bâtiments « HQE » (Haute Qualité Environnementale). « Ces matériaux font obstacle aux fréquences mobiles. Avec l'arrivée de la 5G, les fréquences seront encore plus élevées et atténuées » confirme Olivier Plantureux. « Cela rend nécessaire la mise en oeuvre de solutions techniques spécifiques de couverture de bâtiments, telles que celles développées par TDF pour accompagner les opérateurs mobiles dans le déploiement de leurs réseaux. »

L'arrivée de la 4G dans le métro de Rennes fonctionne comme une autre vitrine de cette expertise mise en avant par TDF. Et elle a des retombées positives locales. Une entreprise rennaise vient de demander à l'aménageur d'équiper ses bâtiments.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :