Open data  : Rennes Métropole inaugure un service public de la donnée

 |   |  887  mots
(Crédits : DR)
Pionnière il y a près de 10 ans dans l'open data, la métropole rennaise relance l'innovation avec le lancement d'un service public métropolitain de la donnée. Dans le cadre de coopérations entre la collectivité et les producteurs et/ou les utilisateurs de données du territoire, le projet rassemblera entreprises, PME, startups et acteurs académiques. Ce système d'échanges public/privé expérimentera particulièrement quatre domaines : l'énergie, l'eau, la mobilité, et les données socio-démographiques.

En 2009, la métropole rennaise avait libéré des données publiques (horaires en temps réel, état des routes...) issues de son réseau de transports (bus et vélos). Reprise depuis par d'autres collectivités, cette démarche, concrétisée par l'ouverture du portail data.rennes-metropole.fr, s'est enrichie des informations géographiques et pratiques géolocalisées de quelque 1.500 organismes publics et associatifs locaux. Actualisé chaque semaine, ce service propose aussi des applications mises à disposition par des développeurs et de jeunes entreprises. Aujourd'hui la pionnière dans l'open data ouvre une nouvelle brèche : elle créé le premier Service public métropolitain de la donnée, avec l'idée de trouver, sous deux ans, des débouchés d'intérêt général au croisement des données publiques et privées.

Coopération avec des grandes entreprises, des PME ou des startups

Inédite en France, cette initiative « de gouvernance ouverte  », vise à faire de la gestion et du partage des données du territoire un service public à part entière.

Elle fait d'ailleurs partie des 11 projets lauréats de l'appel à projet national « développement de l'open data au sein des territoires ». Dans le cadre du Programme Investissements d'avenir (PIA2), le projet, estimé à 500.000 euros, bénéficiera d'une aide financière de l'État de 50%.

« Le SPMD vise à traiter des données d'intérêt général, accompagner la production de données de qualité par des acteurs publics (collectivités, services de l'État) ou privés (services urbains, services à la personne...), favoriser leur circulation pour en augmenter la valeur et les exploiter au bénéfice du public » a fait valoir Isabelle Pellerin, vice-présidente de Rennes Métropole, déléguée à l'enseignement supérieur, à la recherche et à l'innovation, lors des premières rencontres du SPMD le 2 février dernier.

Celles-ci étaient organisées sur le thème « Collaborer pour partager les données ».

« L'objectif est de favoriser le partage et l'usage des données d'intérêt général, indispensables à la création d'applications et de services urbains innovants » ajoute l'élue.

Pour favoriser l'échange entre données publiques et données privées, la collectivité envisage d'engager de nouveaux types de coopérations avec les producteurs et/ou les utilisateurs de données du territoire, qu'il s'agisse de grandes entreprises, de PME, de startups, mais aussi d'acteurs académiques, d'associations et d'usagers.

Quatre thématiques pour une expérimentation concrète

L'amorce du SPMD et le passage à une expérimentation concrète et collaborative s'établissent sur le choix de quatre thématiques, à fort enjeu pour le territoire. Elles seront explorées en lien avec plusieurs partenaires : l'énergie avec Enedis et  l'Agence locale pour l'énergie et le climat (Alec), la mobilité avec la Fabrique des mobilités, l'eau avec la Collectivité Eau du bassin rennais (CEBR) et les données socio-démographiques avec l'Association pour la promotion de l'action et de l'animation sociale (Apras).

« Le SPMD doit permettre d'alimenter des projets qui nécessitent de disposer de données issues de plusieurs producteurs  avance Isabelle Pellerin. Par exemple, en matière d'énergie, si l'on veut croiser les données de consommation et de potentiel de productions d'énergies renouvelables avec des données liées à la croissance de la population et au développement de nouveaux quartiers. »

Le croisement des données trouve aussi une légitimité pour prévoir les conséquences de la densification de certains secteurs de l'aire métropolitaine en termes de mobilité, de pollution atmosphérique ou d'accessibilité aux services. Dans les transports, Rennes Métropole cherche, d'une certaine manière, à prolonger son action pilote d'ouverture des données en temps réel. Sur l'eau, la métropole souhaite constituer un observatoire de l'eau dans la ville, depuis le captage jusqu'au traitement des eaux usées.

Au travers de ces thématiques, ce sont donc les principaux domaines de la vie quotidienne des habitants du territoire, transports, énergie, habitat, solidarité, économie, culture..., qui sont potentiellement concernés.

« Les données sont au cœur de la smart city. Disposer de données énergétiques est primordial pour permettre à la métropole de mener sa transition énergétique, voire de rénover son parc social. Mais pour partager des données de consommation, il faut un cadre», a expliqué Bernard Laurans, directeur régional d'Enedis, lors de cette journée.

Collaborations transversales

Un cadre et des garde-fous. Dans cette optique, les quatre champs d'exploration seront accompagnés de façon transversale par trois autres partenaires, experts dans leurs domaines. L'agence d'urbanisme rennaise Audiar participera pour ses connaissances dans l'aide au développement local, à l'aménagement ou à la planification du territoire, le cabinet Chronos assurera pilotage du projet et la restitution des résultats tandis que l'institut de recherche Irisa (Université de Rennes) interviendra sur le traitement des données. Son implication inclut aussi un registre essentiel de la transformation numérique : la sécurisation des échanges et l'anonymisation des données personnelles, si l'on veut assurer le respect de la protection des individus.

Le SPMD rennais se donne deux ans pour définir collectivement sa future plate-forme, tant sur les plans technique, juridique ou économique. Certains acteurs privés accepteront-ils de livrer gratuitement leurs données ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :