Orléans, nouveau tremplin de Parking Map

D’ici à deux ans, la capitale régionale du Centre-Val de Loire veut généraliser la solution de stationnement connectée en centre-ville de Parking Map. Un coup de pouce pour la startup parisienne qui affirme avoir deux des dix grandes agglomérations françaises dans sa poche.
Photo d'illustration. Avec 1 million d’euros de CA réalisé en 2018, Parking Map table sur sa récente levée de fonds pour développer ses services et recettes
Photo d'illustration. Avec 1 million d’euros de CA réalisé en 2018, Parking Map table sur sa récente levée de fonds pour développer ses services et recettes (Crédits : DR)

Une nouvelle tranche de 200 places situées dans l'hyper-centre d'Orléans sera équipée de capteurs digitaux au premier semestre 2020 par l'éditeur Parking Map. À la clé, la constitution d'une base de données sur le stationnement connecté qui permet au gestionnaire public d'optimiser son parc. Via un observatoire numérique, les informations en temps réel parviennent ainsi à la mairie, sur l'occupation et la rotation des places, mais aussi le paiement du stationnement. À la clé, une compréhension accrue pour le client, moyennant une enveloppe de 10.000 à 200.000 euros. De leur côté, les usagers sont dirigés automatiquement vers les places libres par l'application Parking Map disponible gratuitement sur leur smartphone.

Lire aussi : Réservation de parkings : Onepark lève 15 millions d'euros pour conquérir l'Europe

Une amélioration sensible du stationnement

Confrontée, comme toutes les métropoles, aux difficultés chroniques de stationnement en centre-ville, la cité d'Olivier Carré avait entamé une première phase d'expérimentation de la solution de Parking Map en juin 2018, avec une soixantaine de places connectées dans le quartier de la gare.

« Au bout de quelques mois, nous avons constaté une amélioration sensible, concernant notamment la rotation des places et la diminution des voitures ventouses, explique Jean-Luc Poisson, adjoint au maire d'Orléans, à la circulation et au stationnement. Grâce à une meilleure compréhension des habitudes des conducteurs, la ville peut agir et ainsi mettre en place des solutions intermodales dans les transports. »

D'ici à 2023, Orléans vise un parc connecté de 8 000 places.

Parking Map, créée en 2012 et relancée trois ans plus tard par Henri de La Porte et Christophe Plouviez, affiche clairement ses ambitions de proposer la solution pour désengorger les villes saturées par le trafic routier.

Lire aussi : Transports: pour désengorger le réseau, l'Île-de-France mise sur... le télétravail

Outre le pilotage du stationnement, la société met en avant la diminution de l'impact carbone grâce à la baisse du trafic de ceux en quête de stationnement. Orléans comprise, une vingtaine de clients, dont le 9e arrondissement parisien, Melun, Sénart, Soissons, Sancerre, mais aussi certaines grandes surfaces des groupes Auchan, Leclerc et Carrefour, ont adopté cette solution.

Parking Map, qui a levé 2,5 millions d'euros auprès du family office Caravelle et du fonds Fa Dièse, vise désormais le top 10 des agglomérations hexagonales. Sans les citer, ses dirigeants affirment que deux d'entre elles adopteront leur dispositif début 2020.

Une nouvelle tranche de 200 places situées dans l'hyper-centre d'Orléans sera équipée de capteurs digitaux au premier semestre 2020 par l'éditeur Parking Map. À la clé, la constitution d'une base de données sur le stationnement connecté qui permet au gestionnaire public d'optimiser son parc. Via un observatoire numérique, les informations en temps réel parviennent ainsi à la mairie, sur l'occupation et la rotation des places, mais aussi le paiement du stationnement. À la clé, une compréhension accrue pour le client, moyennant une enveloppe de 10 000 à 200 000 euros. De leur côté, les usagers sont dirigés automatiquement vers les places disponibles par l'application Parking Map disponible gratuitement sur leur smartphone. UNE AMÉLIORATION SENSIBLE DU STATIONNEMENT Confrontée, comme toutes les métropoles, aux difficultés chroniques de stationnement en centre-ville, la cité d'Olivier Carré avait entamé une première phase d'expérimentation de la solution de Parking Map en juin 2018, avec une soixantaine de places connectées dans le quartier de la gare. « Au bout de quelques mois, nous avons constaté une amélioration sensible, concernant notamment la rotation des places et la diminution des voitures ventouses, explique Jean-Luc Poisson, adjoint au maire d'Orléans, à la circulation et au stationnement. Grâce à une meilleure compréhension des habitudes des conducteurs, la ville peut agir et ainsi mettre en place des solutions intermodales dans les transports. » D'ici à 2023, Orléans vise un parc connecté de 8 000 places. Parking Map, créée en 2012 et relancée trois ans plus tard par Henri de La Porte et Christophe Plouviez, affiche clairement ses ambitions de proposer la solution pour désengorger les villes saturées par le trafic routier. Outre le pilotage du stationnement, la société met en avant la diminution de l'impact carbone grâce à la baisse du trafic de ceux en quête de stationnement. Orléans comprise, une vingtaine de clients, dont le 9e arrondissement parisien, Melun, Sénart, Soissons, Sancerre, mais aussi certaines grandes surfaces des groupes Auchan, Leclerc et Carrefour, ont adopté cette solution. Parking Map, qui a levé 2,5 millions d'euros auprès du family office Caravelle et du fonds Fa Dièse, vise désormais le top 10 des agglomérations hexagonales. Sans les citer, ses dirigeants affirment que deux d'entre elles adopteront leur dispositif début 2020.

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.