Ces Régions qui veulent se passer de la SNCF avec l’ouverture à la concurrence

 |   |  2538  mots
Le viaduc de Niolon, près de Marseille. La région Paca entend attribuer les lignes des TER à d’autres opérateurs.
Le viaduc de Niolon, près de Marseille. La région Paca entend attribuer les lignes des TER à d’autres opérateurs. (Crédits : iStock)
En plein blocage sur le sujet des retraites, une révolution se profile dans l’organisation locale des transports publics : des opérateurs alternatifs vont entrer en concurrence avec la SNCF. Les conseils régionaux peuvent peaufiner les appels d’offres sur leurs lignes TER. Un dossier réalisé par les journalistes des rédactions régionales de La Tribune.

C'était l'une des mesures du nouveau pacte ferroviaire, combattu par les cheminots pendant la longue grève du printemps 2018 et adopté en juin de la même année. Mais elle est passée inaperçue. Depuis le 3 décembre 2019, les Régions, autorités organisatrices, peuvent en théorie attribuer l'exploitation de leurs transports express régionaux (TER) à d'autres opérateurs que la SNCF. Deux conseils régionaux, Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca) et le Grand Est, ont saisi l'opportunité. Ils publieront en mars de cette année les appels d'offres. Les exploitants alternatifs - pas forcément « privés » au sens figuré si la SNCF est candidate via l'une de ses filiales - arriveront début 2022.

Lire aussi : Concurrence ferroviaire : des entreprises déjà prêtes à défier la SNCF sur les TER

De gauche à droite, et dans des contextes de relations plus ou moins tendues entre les collectivités territoriales et la SNCF, les motivations de cette « privatisation » divergent. En région Paca, l'exécutif présidé par Renaud Muselier (LR), a voté le 14 décembre dernier une procédure de délégation de service public pour la desserte Marseille-Nice et pour les lignes de l'étoile ferroviaire de Nice. En conflit...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/01/2020 à 14:43 :
Il ne tiendrait qu'à la SNCF, de nombreuses lignes "secondaires" seraient fermées. C'est le point de vue jacobin. Les régions sont obligées de financer le déficit de ces lignes qu'elles considèrent comme importantes pour leur développement, et même faire les investissements nécessaires : achat de trains, ateliers d'entretien, réfection des voies, etc. Bien sûr, le très jacobin Macron est en train de délester l'Etat de tout ce qui est coût "social" en le reportant sur les régions, tout en centralisant l'impôt et en privant les régions de recettes fiscales autonomes. C'est l'Etat centralisateur qui prend sa dime et redistribue les miettes sous forme de dotation régionales, départementales, communales. En fait de progrès, la France se congestionne sur le ventre de Paris. Toutes les réformes entreprises en 3 ans vont dans ce sens : formation professionnelle, assurance chômage, assurance maladie, caisse de retraite, et maintenant transport mobolité.
a écrit le 14/01/2020 à 11:40 :
Cette grève va accélérer la partition de la SNCF, la SNCF est dans une situation financière désastreuse, les impôts peuvent aller ailleurs, notamment dans le système médical, mais ils devront quand même essuyer l'addition de la SNCF.
Réponse de le 14/01/2020 à 11:50 :
Ca c'est sur. L'addition sera payee par vos impots.
Bonne annee 2020.
Réponse de le 14/01/2020 à 18:13 :
Si vous vous étiez renseigné vous auriez appris que 95% des dettes de la SNCF dates d'avant sa création
En effet la SNCF a était obligé de prendre les dettes des ancienes compagnie de chemin de fer française
a écrit le 14/01/2020 à 11:08 :
Vive la concurrence et Bye ! Bye l la SNCF et leur service m'en foutisme, les retards à répétitions, leur grève à répétition locale départementale régionale nationale en longueur d'année, la gestion catastrophique de la société SNCF... Vive la concurrence !!! Que du bonheur !!!
a écrit le 14/01/2020 à 11:00 :
La betise de la CGT a deja fait fermer beaucoup d'usines il faut les mettre choix

ou l'abolition de leurs priviléges ou la privatisation de ces RATP , SNCF ETC le contribuable ne doit pas toujours etre le dindon , puisqu'ils n'assurent pas le service public ,
a écrit le 14/01/2020 à 10:47 :
Essayez-vous de relancer la grève de la CGT? Etes-vous anti-Macron?
a écrit le 14/01/2020 à 9:41 :
Comment croire que "le futur", que l'on nous construit, sera bien meilleur que "le présent", que l'on nous détruit, alors que les intérêts sont de plus en plus concentrer dans quelques mains au dépend d'une population. Celle-ci, contrainte, "joueront" les clients captifs!
Réponse de le 14/01/2020 à 13:39 :
Bonjour on pouvait craindre l’arrivée de la concurrence à une certaine époque ou la SNCF était encore une entreprise au service des usagers
Mais maintenant l’arrivée de la concurrence aparait comme une bénédiction
Même si l’on doit rémunérer les actionnaires après tout il est normal qu’un investisseur soit intéressé si ce n’est pas le cas quel serait leur intérêt à financer une entreprise qui travaille à perte
D’autre part si les investisseurs privés se retirent c’est encore les imposables qui vont devoir mettre la main au porte monnaie
Réponse de le 14/01/2020 à 15:06 :
J'ai lu dans la presse helvétique que la Chine allait aider financièrement ses petites entreprises qui ne peuvent le faire auprés des banques afin de mieux
faciliter leurs exportations, lorsque l"on sait le nombre de colis qui viennent de ce pays sans payer la TVA ? et dont l'expédition est moins chère en venant en France que 'inverse..(tarif de l'Union postale internationale )
que ces grèves pour les ports Français est une catastrophe car les armateurs iront ailleurs ...Comme,t croire que ces Gégétistes réfléchissent leurs montrent seraient elles arrêter en 1936 ? Nous sommes dans la mondialisation, c à d une course contre la mort , c'est à celui qui va manger l'autre ?? NON je crains que notre avenir ne soit pas celui que nous aurions espérer ...J'ai vécu deux chômage pour licenciements collectif fermeture de l'usine et je sais ce que j'ai perdu, mais pour la patronne encore plus, car tout son bien fût vendu y compris sa maison pour payer l'URSSAF ET SE RETROUVA dans un béguinage
elle avait prés de 70 ans ...Tout une vie pour en arriver lo
Réponse de le 14/01/2020 à 16:14 :
Vous avez raison, après nous avoir détruit nos ports (voir Marseille et le Havre) et nos usines, la CGT par son jusqu'au boutisme est en train de tout nous détruire.
Réponse de le 15/01/2020 à 16:03 :
Plus de 50 milliards de dettes cumulées de la part de la SNCF sans compter les retraites déficitaires épongées tous les ans par les contribuables, c'est un présent qu'il faut préserver ????

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :