Nicolas Sarkozy lance en Corse sa campagne... éditoriale

Nicolas Sarkozy a inauguré vendredi depuis la périphérie d'Ajaccio sa campagne de promotion pour la sortie de son ouvrage "Le temps des tempêtes", qui retrace l'histoire de son quinquennat (2007-2012).
Nicolas Sarkozy.
Nicolas Sarkozy. (Crédits : Reuters)

Nicolas Sarkozy a lancé vendredi après-midi, dans la périphérie d'Ajaccio au centre culturel Leclerc de Baleone, la sortie nationale de son dernier livre Le temps des tempêtes, tome I (Editions de l'Observatoire). L'ancien président de la République, en vacances en famille dans l'île depuis la mi-juillet au luxueux domaine de Murtoli, a dédicacé son ouvrage à plusieurs centaines de personnes. « Nous avons décidé de cela hier et c'était l'occasion de venir à la rencontre des Corses (...), de voir tous ces lecteurs, c'est un bonheur », a-t-il précisé lors d'un point-presse éclair, sans évoquer un retour en politique : «  Je suis très attaché à mon pays, à la France, je suis extrêmement reconnaissant à tous les gens qui manifestent leur amitié, leur fidélité, tout ce que je pourrai faire pour aider le pays d'une manière ou d'une autre, je le ferai, mais le retour dans une vie politique active, non ».

Dans ces 523 pages initiées lors du confinement, Nicolas Sarkozy revient sur son quinquennat, juxtaposant les grands événements politiques, les choix qu'ils a entrepris, les anecdotes,  sa vie privée et « la solitude du pouvoir ». Il évoque également, comme un miroir avec le Covid-19, la crise financière de 2008 qui avait marqué le début de sa mandature.

Louant l'action d'Emmanuel Macron, il a salué le récent accord d'aides et de prêts de 750 milliards euros mené par le duo franco-allemand :

« Je suis très soulagé qu'il y ait eu un accord européen. Je trouve que cet accord va dans le bon sens. C'était très important de l'avoir, et je pense qu'on ne mesure pas ce qu'auraient été les conséquences s'il n'y avait pas eu d'accord. Quant à la crise, qui est très difficile à gérer, je ne suis pas même sûr qu'elle soit derrière nous ».

De manière générale, Nicolas Sarkozy a estimé que les décisions et les nominations faites par le chef de l'Etat allaient « dans le bon sens » et a déclaré « être toujours content pour mes amis », au sujet du choix de mettre place Beauvau Gérald Darmanin, au coeur d'une tempête judiciaire et médiatique.

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 27/07/2020 à 13:56
Signaler
Lisez plutôt "Terres rares" de Jean Tuan chez C.L.C. Editions (sortie le 09 mars 2020). Un néo-polar épicurien et érudit qui dévoile les menaces que la Chine fait peser sur le monde. Lecture jubilatoire ! Disponible en librairie et via les principa...

à écrit le 26/07/2020 à 16:41
Signaler
Ce "cher" monsieur, a t il besoin d'autant de publicité gratuite pour vendre son bouquin? A moins de devoir rester médiatiquement présent pour remplacer Macron "au pied levé"!?

à écrit le 25/07/2020 à 18:42
Signaler
Comment cracher sur ceux qui vous ont fait .Un livre d'une médiocrité absolu à l'image de son auteur.

à écrit le 25/07/2020 à 18:16
Signaler
Chaque fois que je vois Sarkozy de Nagy Bocsa, je pense à 2 choses - la tête de Desproges dans l'horloge de "la minute de Monsieur Cyclopede" - A la phrase " T'as pas été Président, t'as été ridicule". Pour la promotion de son "livre", il est dés...

à écrit le 25/07/2020 à 18:01
Signaler
Encore un bouquin qui finira dans un vide grenier à 1€ à côté de celui de Rika Zaraï et son bain de siège à l'eau froide.

le 27/07/2020 à 4:15
Signaler
Tout juste bon a caler un meuble et encore.....

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.