La Redoute : à l'épreuve de la crise... et du futur

 |  | 1239 mots
Lecture 6 min.
Nathalie Balla et Éric Courteille, co-présidents de La Redoute
Nathalie Balla et Éric Courteille, co-présidents de La Redoute (Crédits : La Redoute)
A Roubaix, si La Redoute a réussi à passer sans trop d'encombres cette période de confinement, c'est parce qu'elle a pris le virage de l'e-commerce, de la flexibilité et de l'innovation assez tôt. Rencontre avec Nathalie Balla, co-présidente de La Redoute, qui revient sur cette année si particulière et parle des projets à venir.

La Tribune.- Comment La Redoute a traversé la période du confinement en France ?

Nathalie Balla.- De mi-mars à mi-avril, nous avons enregistré une chute vertigineuse sur l'activité du prêt-à-porter. Par contre, les secteurs de l'équipement de bureau, des nouvelles technologies ont vu leurs volumes augmenter. Idem pour tout ce qui touchait à l'univers des enfants : une fois le gros choc de la fermeture des magasins passé, il a fallu s'occuper et occuper les enfants. On a par exemple vendu beaucoup de jeux, de machines à coudre ou de machines à pain par exemple. A l'épreuve de la crise, nous avons donc constaté que notre marque était forte et que notre modèle mixant e-commerce et market-place amenait beaucoup de flexibilité. Notre mission qui consiste à embellir la vie des familles s'est révélée encore plus pertinente.

Notre principal problème en France a été la fermeture des Relais Colis puisque les commerces non alimentaires ont fait l'objet d'une fermeture administrative. Pour ce qui est de la livraison à domicile, La Poste a eu du mal à suivre, contrairement à des pays comme l'Italie ou l'Espagne où les réseaux de distribution ont bien résisté.

Justement, comment a été vécue la crise dans les autres pays ?

Nous avons globalement bien résisté à l'international (NDLR : La Redoute est présente en Angleterre, Belgique, Espagne, Portugal, Russie et Suisse) même si certains pays ont imposé beaucoup plus de restrictions.

Comment avez-vous pu organiser le...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :