Hidalgo, Mayer-Rossignol, Philippe : "On a tant de choses à faire ensemble"

 |  | 973 mots
Lecture 6 min.
Les maires de Paris, Rouen et Le Havre se sont retrouvés, jeudi, pour arrêter un cadre de travail en vue d'un développement plus soutenable de la vallée de Seine.
Les maires de Paris, Rouen et Le Havre se sont retrouvés, jeudi, pour arrêter un "cadre de travail" en vue d'un développement plus "soutenable" de la vallée de Seine. (Crédits : Alan Aubry – Métropole Rouen Normandie)
Le trio ne cache ni ses convergences de vue, ni l’estime (manifeste) qu’il se porte. Les maires de Paris, de Rouen et du Havre se sont retrouvés, le 11 février, au siège de la métropole rouennaise pour un mini-sommet centré sur le développement de la vallée de la Seine. Leur ambition ? En faire un territoire démonstrateur des nouvelles énergies, de la mobilité décarbonée, des continuités écologiques et du bien vivre. "Ce qui se joue là est important pour nos villes et pour le pays", insistent-ils de concert. Pour Hidalgo comme pour l'ancien Premier ministre d'Emmanuel Macron, l'opération n'est pas sans arrière-pensées politiques.

La pomme ne tombe jamais loin de l'arbre, disent les Normands. Jeudi en débattant de l'avenir de la vallée de Seine à Rouen, Anne Hidalgo, Nicolas Mayer Rossignol et Edouard Philippe se sont inscrits dans les pas de leurs mentors respectifs. Réunis dans le même attelage improbable, Bertrand Delanoë, Laurent Fabius et Antoine Rufenacht avaient, en leur temps, défendu la cause à trois voix après que Nicolas Sarkozy ait accouché du concept de «Grand Paris jusqu'au Havre ».

Leurs successeurs reprennent donc le flambeau dans le même format, au risque de fâcher les président(e)s des deux Régions qui n'ont pas été conviés. La date, qui intervient quinze jours après la tenue du Comité interministériel à la mer au Havre, sous l'égide du Premier ministre Jean Castex, n'a pas été choisie au hasard. La Seine est juste à la veille de la fusion de ses ports qu'Edouard Philippe souhaitait déjà à Matignon et qu'il présente (avec l'inscription de la nouvelle ligne Paris Normandie dans la LOM - loi d'orientation des mobilités) comme la « première incarnation manifeste » du rapprochement initié une décennie auparavant. « Notre ambition...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :