Un campus français de la cybersécurité... Oui, mais où ?

 |   |  409  mots
Michel Van den Berghe, DG d'Orange Cyberdefense
Michel Van den Berghe, DG d'Orange Cyberdefense (Crédits : Orange)
Au Forum international de la cybersécurité, le gouvernement a apporté son soutien à la création d'un campus en région parisienne, accueillant entreprises, startups, administrations et écoles actifs dans ce domaine.

"Ne pas s'éloigner de l'écosystème !"...

C'est ce qu'a martelé ce mercredi 29 Michel Van Den Berghe lors de la présentation officielle du projet de cyber campus. Le directeur général d'Orange Cyber défense a été mandaté en juillet dernier par le gouvernement pour rédiger le rapport préparatoire.

"Créer un lieu attractif"

La vocation est simple : rassembler tous les acteurs clés de la cybersécurité. Certains ont d'ores et déjà répondu présent.

"En quatre mois, un grand nombre d'acteurs privés comme publics de la cybersécurité ont fait part de leur soutien au campus cyber", déclare le rapporteur. "Cet engouement rejoint la contribution de grandes entreprises issues de tous les secteurs."

Atos, Capgemini, Orange, Thales... Elles s'allient à l'État pour soutenir ce tiers-lieu de 10.000 mètres carrés, qui, dans "sa première version", permettra d'accueillir jusqu'à 1.000 spécialistes dès l'ouverture début 2021.

Porté majoritairement par le secteur privé, le financement du campus se fera également avec le soutien du conseil régional d'Île-de-France dans le cadre de son dispositif "Grand Lieux d'Innovation".

Lire aussi : Brexit: l'Île-de-France veut faire venir les chercheurs britanniques à Saclay

Lieu "totem pour la cybersécurité" en France comme en Europe

Afin de bénéficier de l'attractivité de Paris et de sa Région à l'international, de son vivier de talents, le campus sera "situé dans la capitale ou en petite couronne", probablement à proximité de la ligne T2 du tramway parisien, -reliant La Défense à la Porte de Versailles-. Plutôt que de créer un "très grand campus en région parisienne" type Saclay qui oblige de s'éloigner "fortement de Paris", le choix du futur campus est d'être proche de Paris tout en étant "national et connecté", précise Michel Van Den Berghe à La Tribune.

Le campus deviendra à terme la plaque tournante d'un maillage régional d'experts dans plusieurs régions de France

"Le campus, ce n'est pas un lieu unique... C'est aussi quatre ou cinq lieux", explique-t-il.

Les sites complémentaires seront spécialisés sur un point particulier de la cybersécurité: la défense nationale à Rennes, la protection des systèmes industriels en Rhône-Alpes. D'autres régions comme les Hauts-de-France, les Pays de la Loire et l'Occitanie compléteront ce maillage d'expertises.

Reste à savoir où se fera le choix définitif -courant premier semestre 2020- de l'implantation du campus en Île-de-France !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :