Des green bonds pour financer le Grand Paris Express

 |   |  842  mots
Les travaux du Grand Paris Express, le plus grand projet d’infrastructure et d’aménagement d’Europe, vont coûter plus cher que prévu et durer plus longtemps.
Les travaux du Grand Paris Express, le plus grand projet d’infrastructure et d’aménagement d’Europe, vont coûter plus cher que prévu et durer plus longtemps. (Crédits : DR)
La Société du Grand Paris a décidé d'émettre des obligations vertes pour financer un Grand Paris Express dont le budget n'en finit pas de grimper. Le programme, validé par l'autorité des marchés financiers, marque le premier recours aux marchés pour cet ambitieux projet d'infrastructures.

Quelques mois après la revue à la hausse du budget pour le Grand Paris Express, la Société du Grand Paris (SGP) court toujours après les financements. Pour faire face à un budget prévisionnel de 38,5 milliards d'euros, soit une dérive de 50% par rapport au chiffrage initial, le recours direct au marché par voie obligataire est désormais envisagé.

Ce projet, le plus grand important d'Europe en termes d'infrastructure et d'aménagement  avec 200 kilomètres de réseau, prévoit la création de quatre nouvelles lignes autour de Paris, le prolongement de deux lignes existantes (les lignes 11 et 14), la construction de 68 gares et l'aménagement de nouveaux quartiers autour de celles-ci.

Les financements du Grand Paris Express proviendront principalement de taxes affectées par l'Etat: une composante de l'imposition forfaitaire sur les entreprises de réseaux, la taxe spéciale d'équipement et une fraction de la taxe sur les locaux à usage de bureaux, les locaux commerciaux et les surfaces de stationnement. Elles représentent un total de plus de 500 millions d'euros par an. Mais, face à un projet d'une telle ampleur, la SGP a cherché à diversifier ses ressources: elle a ainsi annoncé fin juillet l'émission de green bonds, ou obligations vertes, un programme qui pourrait atteindre 5 milliards d'euros in fine.

La SGP a décidé d'adopter un programme "Euro Medium Term Note" (EMTN), qui correspond à des créances à mi-chemin entre un billet de trésorerie et une obligation à long terme, caractérisées par ailleurs par leur grande flexibilité et permettant notamment d'emprunter sur le marché rapidement, dès que cela s'avère nécessaire. Les obligations seraient 100% vertes, émises sur les marchés pour financer un projet considéré comme contribuant à la transition écologique. La société s'engage à communiquer sur les avancements et les bénéfices de l'investissement, en détaillant son usage précis.

« Projet emblématique de la mobilisation des acteurs publics de la métropole parisienne pour une mobilité durable, le Grand Paris Express est au cœur des enjeux de la transition écologique et énergétique, de mobilité durable, d'emploi et de développement territorial », justifie le communiqué.

Le premier recours au marché de la Société du Grand Paris

Le programme ENTM, soumis à l'Autorité des marchés financiers le 19 juillet, qui s'y est montrée favorable, délimite un cadre sans pour autant en donner le calendrier. Les premières obligations vertes devraient vraisemblablement être émises entre fin septembre et la fin de l'année.

Après une longue phase de concertation depuis 2010, l'entrée dans la phase des travaux, avec la mise en action récente de tunneliers sur la ligne 15 pour creuser de nouvelles galeries, requiert une adaptation financière, les taxes ne suffisant plus. La société, primo-émettrice, souhaite désormais établir une courbe de crédit  pour venir régulièrement et fréquemment - avec un volume d'émission pouvant aller jusqu'à 3 milliards par an - sur les marchés et faire appel à différentes bases d'investisseurs, à court-terme (de 3 à 7 ans), moyen-terme (de 7 à 15 ans, intéressant les asset managers et les assureurs par exemple) mais aussi en s'appuyant sur la partie longue de la courbe, avec des échéances de 30 ans et plus.

 La France, premier émetteur européen de green bonds

L'émission d'une telle obligation verte confirme la première place européenne de la France dans ce domaine, avec plus de 37 milliards d'euros de green bonds cumulés depuis 2012. Plus de 87 milliards de dollars ont été émis en obligations vertes souveraines au niveau mondial depuis le début de l'année, un chiffre en progression puisque les prévisions tablent sur 250 milliards pour 2018 contre 130 en 2017. Une étude de Moody's de juillet dernier prévoit en effet une réelle « accélération » des émissions souveraines qui intéressent de plus en plus les investisseurs, puisqu'elles «permettent aux investisseurs de diversifier leurs expositions». Six fonds souverains, de la Norvège à l'Arabie Saoudite, ont d'ailleurs annoncé l'émission de nouvelles obligations environnementales il y a un mois.

« Faisant écho aux engagements de la France en matière d'environnement, ce programme contribue à asseoir Paris comme place de référence pour la finance verte », se félicite la Société du Grand Paris.

Si le bâtiment représente plus d'un tiers des financements verts de l'Etat, le secteur des transports s'y prête aussi de plus en plus. En effet, en juin 2017 la RATP a émis pour la première fois une obligation verte de 500 millions d'euros en vue du renouvellement des voitures du RER A et de l'automatisation de la ligne 4, pour, d'après son communiqué, « être un acteur majeur de la mobilité durable et de la ville durable, réduire son empreinte environnementale, affirmer sa responsabilité sociale et sociétale ». Le mois suivant, une obligation verte de 750 millions d'euros était émise par la SNCF Réseau pour une durée inédite de 30 ans, la plus longue réalisée jusqu'alors, portant à 2,65 milliards d'euros le montant levé depuis octobre 2016 par la société ferroviaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/08/2018 à 11:30 :
« Projet emblématique de la mobilisation des acteurs publics de la métropole parisienne pour une mobilité durable, le Grand Paris Express est au cœur des enjeux de la transition écologique et énergétique, de mobilité durable, d'emploi et de développement territorial »
je crois rêver, à en pleurer , pour ceux qui connaissent les contrats des BTPistes nous savons que ce budget va EXPLOSER
mais est-ce le plus grave? ayant beaucoup voyagé, je ne connais pas de MEGAPOLE (puisque c'est ça dont il s'agira) dans le monde sans zones de non droit, circulation hallucinante et j'en passe.
non vraiment Paris sera à fuir
la décentralisation cela a du bon vu de ce projet à l'échelle de la folie humaine
a écrit le 10/08/2018 à 19:31 :
Souvenons nous des si nombreux actionnaires du tunnel sous la manche : ruinés !
Réponse de le 11/08/2018 à 20:30 :
Les déboires des actionnaires d'Eurotunnel sont pour une bonne partie
liées au financement hallucinant du projet, même si d'autres pitreries
sont venues aggraver la situation (prévisions d'exploitation largement
surestimées, mise des actions au règlement mensuel permettant l'
utilisation d'effets de levier ...).
La première mise sur le marché ne représentait en effet que 10% du
coût estimé de l'ouvrage, alors qu'il s'agissait d'une entreprise sans
activité antérieure et qui pendant toute la construction du tunnel ne
pouvait avoir de recettes d'exploitation.
Si cette mise sur le marché avait concerné 100% du coût de la
construction, on n'aurait pas pu faire croire que les actions dégageraient
une rentabilité de plus de 15% mais les actionnaires seraient aujourd'hui
certainement bien plus riches et en limitant au minimum les charges
financières auraient permis à l'entreprise de dégager des profits plus
rapidement évitant ainsi des restructurations.
Réponse de le 13/08/2018 à 14:04 :
Un EMTN c'est une créance dont le prix est lié au taux interbancaire (négatif en ce moment), ce n'est pas un titre qui évolue sur les marchés. Donc rien n'a voir mais c'est pas grave.
a écrit le 10/08/2018 à 18:03 :
Green Bonds. Voila un bond qui fait ringard. Obligation verte, on ne se Trumpe pas
a écrit le 10/08/2018 à 9:13 :
Mario Draghi les achetera. Avec l'argent des contribuables des pays du nord de l'UE.
Réponse de le 11/08/2018 à 20:34 :
Mario Draghi n'a pas besoin de "l'argent des contribuables des pays du
nord de l'UE," il est responsable de la banque centrale européenne qui
opère par création monétaire.
a écrit le 10/08/2018 à 0:39 :
Tant que les francais acceptent de se cotiser pour paris profitons en.
Réponse de le 13/08/2018 à 14:06 :
Ce type d'investissement est réservé aux professionnels, société de gestion, assureurs, fonds de retraites, fonds de chômages etc ...
Réponse de le 13/08/2018 à 14:09 :
Ce type d'investissement est réservé aux professionnels, société de gestion, assureurs, fonds de retraites, fonds de chômages etc ...
a écrit le 09/08/2018 à 14:41 :
Ca finira dans les 100 milliards et toujours pour PARIS et ses banlieues qui finiront bien dans peu de temps à 20 millions d'habitants !!
Et comme d'hab il ne restera rien pour le reste du pays .
Lamentable
a écrit le 09/08/2018 à 12:23 :
C’est le moment d’emprunter pour des grands projets de développement car les taux restent très bas. Avec l’inflation qui reviendra cet argent aura été un excellent investissement
Réponse de le 10/08/2018 à 0:33 :
Encore faut-il que ce soit bien à taux fixe, non révisable pour emprunter. Sinon, gare au retour de l'inflation et à la hausse des taux à suivre.
Réponse de le 13/08/2018 à 14:10 :
L'emprunt sera plus que probablement à taux variable pour l'investisseurs, mais couvert auprès d'une contrepartie tierce pour que l'emprunteur bénéficie d'un taux fixe, à voir comment cela va être structuré en fonction des tranches de terme.
a écrit le 09/08/2018 à 9:50 :
Même si c'est un Green Bond, il faut payer les mêmes intérêts et il faut aussi le rembourser à l'échéance. Cela ne change strictement rien, sauf que la France peut de vanter d'être les leaders mondiale dans l'émission de Green Bonds et alors....
Réponse de le 09/08/2018 à 14:07 :
@Toto le 09/08/2018 9:50
En effet, que le papier soit green, blue, pink, yellow, etc... les seuls éléments qui comptent sont la signature de l'emprunteur, le montant global, la durée et le taux d'intérêt de l'emprunt (tous sont liés d'ailleurs).
Cordialement
a écrit le 09/08/2018 à 7:59 :
des green bonds pour financer des projets politiques de btp......
c'est plus du green washing, juste de la propagande a deux balles........
la secu devrait emettre des green bonds pour financer son deficit, ca irait aussi !
Réponse de le 09/08/2018 à 13:18 :
@churchill : incompréhensible, votre commentaire... Il faut vous documenter pour éviter les...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :