e-commerce : VenteDuDiable rachète un site de ventes privées pour les sports de glisse

 |   |  437  mots
Le but est de faire de VenteDuDiable un généraliste de l'univers masculin des ventes privées sur Internet. « Nous proposerons à terme des articles de bricolage, de sport, etc. », affirme son PDG, Olivier Trémaudan © Rémi Benoit
Le but est de faire de VenteDuDiable un généraliste de l'univers masculin des ventes privées sur Internet. « Nous proposerons à terme des articles de bricolage, de sport, etc. », affirme son PDG, Olivier Trémaudan © Rémi Benoit (Crédits : Rémi Benoît)
Création d'une filiale en Espagne, acquisition d'un site web spécialisé dans les sports de glisse, déploiement de son offre sur les supports mobiles : le PDG de la société PCKado qui exploite le site vente-du-diable.com, Olivier Trémaudan, continue de dérouler sa stratégie sur la niche des ventes privées sur Internet. Interview.

Créée en 2002, VenteDuDiable enregistre une croissance de près de 60% depuis sa création en 2002. Qu'est-ce qui vous démarque de vos concurrents?
Dans le secteur de la vente privée, il y a principalement des sites de prêt-à-porter féminin et le marché est détenu à 80% par Venteprivee.com, qui est quasiment le seul rentable. Les sites ShowroomPrivé, Brandalley et Bazarchic chassent sur ses terres. Dans ce marché très concurrentiel, nous misons sur une autre cible : les hommes. Nous vendons principalement du high tech, un positionnement très masculin en termes d'image. L'univers masculin est un marché de niche. Les femmes représentent 40% de notre clientèle. Par ailleurs, nous sous-traitons la logistique à deux entreprises, Cmalog à Bordeaux et E-logik à Toulouse, ce qui nous évite des frais lié à des entrepôts. Nous enregistrons un CA de 15 millions d'euros sur l'exercice 2012-2013 et attendons 25 millions d'euros pour celui de 2013-2014, notamment grâce à une acquisition.

VenteDudiable vient de faire l'acquisition d'un site de vente privée. Lequel ?
Nous allons lancer ce site dans deux semaines donc en attendant je ne peux pas vous donner son nom, mais il s'agit d'un site de ventes privées spécialisé dans les sports de glisse. Une activité qui a perdu sa rentabilité, mais nous y apportons nos ressources, notre savoir-faire et notre audience. Le rachat de ce site représente pour nous un investissement en fonds propres d'environ 300 000 euros et nous récupérons 3 salariés, qui seront à Toulouse. Le but est de faire de VenteDuDiable un généraliste de l'univers masculin. Nous proposerons à terme des articles de bricolage, de sport etc.

Après l'Espagne en 2012, d'autres pays en ligne de mire ?
Nous nous sommes effectivement implantés à Barcelone il y a un mois avec le site venta-del-diablo.com, une campagne marketing est d'ailleurs lancée aujourd'hui et nous sommes déjà dans le top 5 des applications les plus téléchargées sur l'Apps-store en Espagne ! L'Espagne est un incubateur. Si cela fonctionne, courant 2014 nous visons l'Italie et le Portugal, puis, plus tard, les pays d'Europe de l'Est. Nous procèderons peut-être à d'autres acquisitions pour aller pus vite.

Pourquoi la vente sur mobile est-elle stratégique ?
Le mode de consommation de nos clients, l'achat-impulsion, le coup de c?ur, s'accorde bien avec la vente sur mobile. Ce n'est pas comme un achat sur CDiscount par exemple où l'on réfléchit, compare, regarde plusieurs photos. Pas besoin d'un ordinateur pour une vente flash. Notre pénétration en Espagne se fait d'ailleurs uniquement sur mobile. Nous allons sortir fin mars l'application pour Windows Phone.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :