Angers : le triple enjeu de la ville intelligente

 |  | 940 mots
Lecture 5 min.
Nourri de données et de calcul, le jumeau numérique va aussi permettre d'effectuer des simulations à l'horizon 2030 en intégrant les évolutions en temps réel. « C'est une autre façon de travailler. Il ne s'agit pas de révolutionner l'analyse et l'expertise, mais d'amener de la pertinence. Les outils sont là. Le vrai défi, c'est l'humain...», reconnaît Laurent Bouillot. La pédagogie sera aussi un chantier. Un autre enjeu de la ville intelligente.
Nourri de données et de calcul, le jumeau numérique va aussi permettre d'effectuer des simulations à l'horizon 2030 en intégrant les évolutions en temps réel. « C'est une autre façon de travailler. Il ne s'agit pas de révolutionner l'analyse et l'expertise, mais d'amener de la pertinence. Les outils sont là. Le vrai défi, c'est l'humain...», reconnaît Laurent Bouillot. La pédagogie sera aussi un chantier. Un autre enjeu de la ville intelligente. (Crédits : Engie)
Survol de l’agglomération angevine, pose de capteurs… À Angers, la construction du territoire intelligent est en route. Copie conforme de l’agglo, son jumeau numérique en 3D s’enrichit au jour le jour. L’ouverture du centre de pilotage est programmée pour la fin du premier semestre 2021.

Si le chantier de ville intelligente doit durer douze ans, à Angers, les économies, c'est maintenant ! C'est là un des enjeux de ce marché dit « à performance » soumis à un engagement de résultat avec un retour sur investissement sur douze ans.

Reynald Werquin, fondateur et directeur opérationnel de l'association Pavic, plateforme de conseil sur la Smart City, décrypte ainsi l'articulation des problématiques:

« L'idée du territoire, c'est à la fois de s'inscrire dans un schéma de développement durable pour limiter ses consommations d'énergie, et dans un schéma d'économies pour absorber le coût du développement en cours de d'élaboration du dispositif. »

Confié à un consortium piloté par Engie Solutions, le marché porte sur 178 millions d'euros dont 121 millions d'euros pour la première tranche.

Une carte numérique pour piloter la transition écologico-énergétique

Ce projet doit permettre de réaliser 100 millions d'euros d'économie en 25 ans et limiter l'empreinte écologique de l'agglomération, pour l'instant inconnue. Lancée avant l'été, la réalisation d'un jumeau numérique en 3D, sur lequel doit s'appuyer la stratégie de...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/09/2020 à 10:59 :
La ville intelligente, c'est la ville qui n'existe pas. C'est la campagne.
Que d'argent gaspillé pour construire des ghettos d'insécurité, de pollution, de gouffres à énergies. Le vrai logiciel pour rendre la ville "intelligente" ( enfin...un peu moins c.n), serait celui qui l'aérerait en remplaçant au moins la moitié du bâti par des espaces verts tout en restreignant la circulation à pétrole.
a écrit le 20/09/2020 à 5:29 :
178 millions € d'investissement en théorie pour 100 millions € d'économies en 25 ans , on se demande où est l'intérêt de ce projet ,encore un maire mégalomane à la manœuvre faisant un curieux usage des deniers publics.
a écrit le 18/09/2020 à 13:18 :
Si on se rapporte à l'histoire, Angers ville des rois dont même la reine d'Angleterre est descendante devrait être la métropole des pays de La Loire, ses écoles universités, un des taux d'ingénieurs les plus élevés de France, une immigration n'ayant jamais réellement posé problême, tout le monde se sent chez soi , c'est une erreur d'avoir choisi Nantes avec son insécurité galopante ou les gens ont peur de sortir le soir, ses embouteillages de malades, à Angers on circule facilement même au centre ville.
Et évidement ville de culture ou la saison parisienne finie descendaient Bourvil, Annie Cordy, luis Mariano etc le vieux théâtre plein à craquer, ce château magnifique et ses tapisseries connues du monde entier.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :