Wishibam, le tournant e-commerce d'une start-up en plein confinement

 |  | 507 mots
20 000, c'est le nombre de références mises en ligne par les 120 commerces inscrits sur Angers Shopping. En photo, Charlotte Journo-Baur, cofondatrice de la startup parisienne Wishibam
20 000, c'est le nombre de références mises en ligne par les 120 commerces inscrits sur Angers Shopping. En photo, Charlotte Journo-Baur, cofondatrice de la startup parisienne Wishibam (Crédits : DR)
FACE A LA CRISE. La start-up a accéléré pour implanter Angers Shopping, la « première plateforme du commerce physique français », et digitaliser le commerce angevin, devenu beaucoup plus captif.

Le 17 mars dernier, premier jour du confinement, Angers French Tech lançait un appel à son écosystème pour mettre les nouvelles technologies au service de l'économie traditionnelle.

« Les makers ont mis à disposition leur imprimante 3D. On a eu une dizaine de retours dans l'aide au télétravail, la création de modules de micro-learning, l'accompagnement de services de santé et l'e-commerce dont Wishibam qui a lancé sa première plateforme de vente en ligne. On a prouvé que certaines technos avaient du sens », explique Yannick Bourdin, manager général d'Angers French Tech.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/08/2020 à 7:03 :
Makers, deep learning, wishibam et autres anglicismes.
J'ai eu affaire y'a pas longtemps a un francais desireux de s'installer en Coree et lors de l'entretien il a tout du long aligne des concepts de ce genre.
En fin d'entretien, je lui ai demande s'il parlait la langue de Shakespeare couramment, sa reponse a ete un peu. No comment....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :