Régionales : la droite en tête au premier tour dans les Pays de la Loire

 |   |  550  mots
Un électeur sur deux ne s'est pas déplacé aux urnes dans les Pays de la Loire.
Un électeur sur deux ne s'est pas déplacé aux urnes dans les Pays de la Loire. (Crédits : Frédéric Thual)
Avec 33,49%, la tête de liste de la droite Bruno Retailleau arrive en tête, devant le socialiste Christophe Clergeau. Ce dernier espère néanmoins gagner les élections grâce au report des voix des partis de gauche au second tour.

Un électeur sur deux ne s'est pas déplacé aux urnes dans les Pays de la Loire, région dirigée par le socialiste Jacques Auxiette depuis 2004. Avec 33,49% Bruno Retailleau, tête de liste de la droite, arrive en tête du premier tour des élections régionales, devant le candidat socialiste, Christophe Clergeau (25,75%). Un résultat plus serré que ce qu'avait annoncé les instituts de sondage. Le Front National arrive en troisième position avec 21,35%. Un score trois fois plus important que ce que le parti frontiste avait réalisé en 2010.

C'est plus serré que prévu pour la droite ligérienne. Si son score confirme la tendance annoncée par les instituts de sondage, l'entre deux tours devrait être mouvementé dans les Pays de la Loire. Les alliances et les rassemblements seront déterminants. "Je tends la main à tous les électeurs qui n'ont pas voté pour nous. Il faut absolument que l'on fasse barrage à la gauche. Je lance un appel à tous les électeurs qui souhaitent tourner la page du socialisme", a d'emblée martelé Bruno Retailleau, tête de liste l'Union pour les Pays de la Loire (Les Républicains, Udi, Modem...).

"Le meilleur résultat en France des Républicains et du Centre"

Pour François Pinte, directeur de campagne de Bruno Retailleau, "nous réalisons le meilleur résultat en France des Républicains et du Centre. Christophe Clergeau perd 8 points, les écologistes passent de 13% en 2010 à 8%. Nous allons assister à une alliance improbable au second tour. Il faudra bien que certains fassent des concessions. Il y aura des perdants dans la gauche de Clergeau ou dans les écologistes. Des électeurs vont être floués, ça va être une paralysie", estime-t-il.

La droite, elle, compte attirer les abstentionnistes, et lorgne sur les électeurs de la liste Debout la France (4,5%) emmenée par Cécile Bayle de Jessé.

La Gauche veut rester optimiste. "Je suis un homme de rassemblement, si l'on additionne les partis de gauche, c'est la gauche qui est en tête", répond Christophe Clergeau, qui compte dans les jours à venir négocier avec la candidate des verts Sophie Bringuy. Des discussions qui s'annoncent compliquées. La candidate, qui a récolté près de 8% des voix, s'est toujours farouchement déclarée contre le projet d'aéroport de Notre Dame-des-landes. "J'ai une grosse journée devant moi et une grosse responsabilité sur les épaules", reconnait la candidate écologiste. Ce point d'achoppement avec les socialistes, qui fait dire à la droite, que d'une manière ou d'une autre il y aura des déçus.

"Nous sommes dans une région où tout reste à écrire...", promet Christophe Clergeau, qui a perdu 8 points par rapport au score réalisé par Jacques Auxiette en 2010. "Plus largement si les grandes métropoles ligériennes ont plutôt voté à gauche, les villes moyennes seraient plutôt ancrées à droite", observe l'analyste politique Goulven Boudic. A Nantes, c'est d'ailleurs le socialiste Christophe Clergeau qui arriverait en tête, avec 10 points d'avance sur son opposant de droite.

L'Ouest, et notamment les Pays de la Loire, a mieux résisté à la poussée du Front National. Toutefois, le candidat frontiste, avec un score de 21,35%, trois fois plus important que lors des précédentes élections régionales, sera le troisième homme du second tour.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :