Bandeau Législatives (région)

Le fabricant de matériel orthopédique Alteor devient le n°2 du secteur en France

 |   |  391  mots
Le nouveau groupe vise une croissance organique de 10 % et entend sortir cinq nouveaux produits par an. Un objectif ambitieux compte tenu des tests exigeants que doivent subir les prototypes avant leur mise sur le marché. © Alteor
Le nouveau groupe vise une croissance organique de 10 % et entend sortir cinq nouveaux produits par an. Un objectif ambitieux compte tenu des tests exigeants que doivent subir les prototypes avant leur mise sur le marché. © Alteor (Crédits : Alteor)
Regroupées sous le nom d'Alteor, les entreprises françaises Ormihl-Danet, Sober et Fag Médical, toutes spécialistes de l'orthopédie, vont désormais proposer une offre unifiée de matériel orthopédique. L'ensemble pèse 25 millions d'euros avec 220 collaborateurs.

L'union fait la force. Les dirigeants d'Ormihl-Danet, de Sober et de Fag Médical l'ont bien compris. D'où le choix d'unir leurs expertises dans le domaine de l'orthopédie pour constituer Altéor, groupe lyonnais au chiffre d'affaires consolidé de 25 millions d'euros qui réunit 220 collaborateurs. « Notre volonté est de mutualiser nos expertises et nos outils pour nous imposer comme un nouveau pôle référent de l'orthopédie française », explique Pascal Sailhen, président d'Ormihl-Danet, acteur lyonnais historique, qui a pris la tête d'Alteor.

Constitué grâce à l'investissement du holding industriel Evolem qui a permis l'intégration des sociétés Sober et Fag Medical, le groupe s'impose désormais comme le numéro 2 du secteur en France. Sa spécialité : la conception, la production et la commercialisation d'orthèses, appareillages destinés à traiter et rééduquer les parties du corps ayant subi des lésions dégénératives ou traumatiques.
Alteor dispose de cinq sites de production : Saint-Georges de Reneins, dans le Rhône, sur l'ancien site de Fag Medical, produit des attelles et bandages orthopédiques pour le secteur hospitalier ; Crolles en Isère, sur le site de Sober, est dédié à la R&D et à la production de dispositifs orthopédiques pour la traumatologie de montagne ; Plérin dans les Côtes-d'Armor aux corsets sur mesure ; Paris aux semelles orthopédiques ; et la Tunisie aux séries de petit appareillage.

Priorité à l'innovation

Pour Pascal Sailhen, le défi est clair. « L'enjeu d'Alteor consiste à réunir des acteurs complémentaires autour d'une même philosophie : celle de la croissance par l'innovation ». Le groupe Alteor, qui vise une croissance organique de 10 %, entend ainsi sortir pas moins de cinq nouveaux produits par an. Un objectif ambitieux compte tenu des tests exigeants que doivent subir les prototypes avant leur mise sur le marché.
Aussi le groupe mise-t-il sur son service de R&D et ses dix spécialistes. Un designer, des experts-médicaux, des ingénieurs, techniciens et chercheurs en biomécanique devront ainsi concevoir des orthèses procurant aux patients un réel bénéfice thérapeutique. Alteor bénéficie, par ailleurs, d'un partenariat noué avec l'Université de Savoie, dont plusieurs doctorants travaillent notamment sur le traitement de la hernie discale, l'arthrose et les séquelles des accidents vasculaires cérébraux.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/12/2013 à 22:42 :
Qui est le numéro 1 svp ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :