Les MOOCs : révolution numérique ou instrument d’une diplomatie en ligne ?

 |   |  652  mots
(Crédits : Reuters)
Les ‘MOOCs’ démocratisent l’accès à l’éducation à travers le monde mais doivent être produits partout pour ne pas devenir un outil numérique de diplomatie.

Maddyness

 

"Mais pourquoi irions-nous ?"

Je me trouvais sur un bateau au beau milieu de la rivière Orénoque (Vénézuela) en compagnie d'indiens Warao. La réponse était venue spontanément d'une enfant, alors même que je demandais à un petit groupe où ils allaient à l'école. Celle-ci avait du sens: les Warao ('peuple de la pirogue') sont un peuple indigène qui vivent de la pêche et disposent de très peu de connexion avec le reste du pays. Les contacts avec le gouvernement sont limités, tout comme avec les "non-warao" et le reste du pays, à cause de la mauvaise couverture téléphonique de la région.

Comme il n'existe pas de mot pour dire "livre" en langue Warao, aborder le sujet de l'école était un peu déconnecté de ce que je pouvais imaginer: la culture de la communauté Warao étant transmise oralement, peu de supports éducatifs dédiés sont utilisés.

La rencontre avec ces enfants a dès lors rapidement provoqué quelques questions sur le potentiel des nouvelles technologies à bas coût sur l'éducation, qui était alors l'objet des deux derniers mois de mon voyage. Comment expliquer et donner une légitimité la révolution de l'éducation en ligne quand certains enfants ne vont même pas à l'école ? A l'inverse, comment utiliser des formats éducatifs pour donner accès à la connaissance et donner un rôle actif à chacun dans cette révolution ?

De l'éducation à l'e-ducation

Dans de nombreux pays, l'éducation est un service public. Celle-ci inclut la transmission d'un ensemble formalisé de compétences (comme lire et compter par exemple), de connaissances (les maths, l'histoire, etc.) mais aussi  un cadre spécifique dans lequel cette transmission a lieu (les professeurs, les écoles et les salles de classes). A l'exception de communautés sporadiques, tels que les Waraos, le numérique impacte chacune de ces composantes.

La partie la plus visible de ces changements a désormais un nom: les 'MOOCs' (Massive Open Online Courses), un acronyme datant de 2008 qui désigne les cours en ligne accessibles gratuitement à tout un chacun. Les MOOCs décentralisent le cadre pédagogique en profondeur: seul un ordinateur connecté à internet rend leur suivi possible.

Les MOOCs, un système éducatif extensible

Les MOOCs sont devenus populaires il y a quelques années. Ils présentent une opportunité importante en terme de diffusion de l'éducation et cela, sans se soucier des revenus ou de l'endroit où se trouvent les étudiants. Ce mouvement est désormais résolument  international: Harvardx (l'un des premiers acteurs) a maintenant plus d'un million d'étudiants dans plus de 226 pays.

Lors d'un remarquable "TED talk", Daphne Koller (la cofondatrice de Coursera, une des plateformes de MOOC les plus connues) explique que la "digitalisation" serait la solution pour étendre l'éducation partout. Elle prend l'exemple de l'Afrique du Sud où l'éducation a été pensée pendant l'Apartheid, donc pour un nombre limité de personnes. Son message est clair quand elle cite Thomas Freidman: "les avancées majeures arrivent uniquement quand soudainement, ce qui est possible rencontre ce qui est désespérément nécessaires". Nous sommes en effet à l'aube d'un changement radical, mais il apparaît nécessaire de garantir que les contenus soient à la fois produits et consommés localement.

Education en ligne ou diplomatie numérique ?

Les MOOCs ont le potentiel de rendre possible un partage de connaissances avec des gens qui n'avaient jamais eu l'occasion d'y accéder avant. Il est néanmoins nécessaire d'examiner quels pays produisent le contenu de ces enseignements. Si tout le "pouvoir" de l'enseignement se concentre dans quelques pays, la disponibilité et le contrôle géographique des MOOCs pourraient devenir une affaire diplomatique: ces acteurs de l'éducation sont des entreprises qui peuvent être mis sous pression comme les autres... 

>>  Lire la suite sur Maddyness 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :