Chantal Maugin : "Il n'y a pas d'innovation sans designers"

 |  | 541 mots
Lecture 3 min.
Chantal Maugin, Directrice du Lab Expérience Design au Technocentre d'Orange
Chantal Maugin, Directrice du Lab Expérience Design au Technocentre d'Orange (Crédits : DR)
Depuis six, Orange récompense la jeune création avec son "concours jeunes designers". Cette démarche prospective inscrit le design au coeur de l'innovation, un secteur clé chez l'opérateur. Le point avec Chantal Maugin, directrice du Lab Expérience Design au Technocentre d'Orange.

En 2011, Orange a créé le « concours jeunes designers » afin d'apporter son soutien à la création et au design. Est-ce une façon pour vous d'être au plus près de l'expérience utilisateur des nouvelles générations ?

Chantal Maugin : Le « concours jeunes designers » est un concours d'idées qui nous permet de valoriser le travail du designer en général et, vous avez raison, de capter comment les jeunes questionnent, analysent et imaginent le monde. Il est essentiel pour nous de ne pas rester enfermés dans nos schémas de pensée habituels et de comprendre les usages et l'esprit des jeunes générations. Le concours est un des moyens et nous donne toujours à réfléchir.

En six éditions, qu'avez-vous pu observer et retenir de ce concours ? Quels sont les enseignements que vous en tirez ?

A chaque édition, nos sujets sont de plus en plus « rudes » il faut bien l'avouer et chaque fois les jeunes designers relèvent le défi avec beaucoup d'audace voire d'impertinence et c'est très bien.  Les jeunes générations sont nées avec le numérique et cependant, ils restent à la fois critiques sur les usages qu'ils en font et soucieux d'inclure toutes les générations. Les projets présentés nous montrent à quel point les jeunes se préoccupent de l'état de la planète et cela ressort toujours de façon intense quel que soit le sujet du concours. Dans le dernier concours sur l'argent, nous les sentons tiraillés entre les contraintes économiques du quotidien et une vision très consumériste de la société.

Cette année, la thématique du concours est « Réinventons l'argent ». Pourquoi avoir choisi ce thème ?

Nous travaillons beaucoup sur les services du quotidien de nos clients. Le sujet de l'argent est un service du quotidien et de plus en plus numérique. Nous sortons Orange Bank qui vient s'ajouter à Orange Money, Orange Cash, des services de paiement déjà dans les mains de beaucoup de nos clients dans plusieurs pays.

Quelles sont les grandes tendances qui sont ressorties des projets des candidats ?

Je résumerais comme ça 3 grandes tendances qui ressortent : 1) l'argent réinventé pour changer le rapport à la planète. 2) L'argent PAS réinventé mais mieux géré grâce au numérique, que ce soit pour consommer plus, mieux ou de façon adaptée au rythme de vie. 3) Le rapport à l'argent moins sérieux ou plus poétique. Chacun des 3 prix reflètent bien ces grandes tendances.

Plus généralement, comment le design est-il un levier fort pour l'innovation d'une entreprise comme Orange ?

Il est juste essentiel. Pas d'innovation sans designers. Encore davantage avec la vitesse à laquelle se développent les technologies et la complexité des impacts sur notre société. Et j'aimerais dire que nous avons la chance d'avoir de bons designers chez Orange. Nous continuons à recruter, de toute école de design. Nous tenons à cette pluralité. D'ailleurs chaque concours se fait avec des écoles différentes en France et à l'international.

.................................................................................................................................

CONCOURS ORANGE JEUNES DESIGNERS#6 : les 29 projets sélectionnés parmi les 134 candidats sont exposés jusqu'au 18 février 2018 à La Monnaie de Paris au 11 quai Conti.

DECOUVREZ LES LAUREATS ICI

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/02/2018 à 13:52 :
Rien qu'un mur tagué et déjà on se dit que le propriétaire de l'entreprise semble un peu plus éveillé que les autres. Hélas le parent pauvre de l'économie alors que fait pour la rendre plus belle indissociable de l'architecture bien entendu.

Maintenant la dégénérescence des possédants, devenus rentiers, démontre bien leur non volonté d'investir et d'innover délaissant ce domaine qui dans la première puissance touristique serait un atout majeur.

Pour ma part je remarque tout ceux qui font des efforts d'embellissement de leurs outils de production mais hélas ceux-ci se retrouvant dans de moins en moins de mains ne peuvent que désintéresser leurs propriétaires ne sachant plus qu'en faire seulement capables du coup de les détruire.

Par ailleurs, l'art étant signe d’intelligence et nos décideurs économiques et politiques en manquant cruellement, la rejetant systématiquement, je me demande s'il ne faut pas déjà chercher dans ce sens...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :