Est-il encore temps de faire un rachat de crédit ?

 |   |  632  mots
(Crédits : DR)
Les taux d’intérêt des crédits immobiliers sont restés à des niveaux faibles durant l’année 2018. Depuis la forte baisse de 2016, ils ont su se maintenir et rester attractifs. Pour les Français, l’opportunité de concrétiser un achat immobilier est donc réelle.

Au cours de l'année 2016, la moyenne des taux des crédits à l'habitat affichait une chute annonciatrice d'une bonne nouvelle pour les Français : emprunter pour financer un bien immobilier était moins cher que les années précédentes. Si certains spécialistes du marché s'attendaient un relèvement des taux en 2017 et 2018, ces dernières n'ont pas eu lieu. A y regarder de plus près, les taux ont certes progressé, mais leur niveau reste plus qu'accessible.

Les taux des prêts immobiliers sont attractifs

En effet, selon l'Observatoire Crédit-Logement, la moyenne confondue pour toutes les durées d'emprunt s'est établie à 1,44 % pour le mois de novembre dernier. Les emprunts de plus longue durée, tels que ceux contractés sur 25 ans, restent même sous la barre de 2 % avec 1,63 % de moyenne. Ces niveaux bas ont de quoi faire rougir les emprunteurs des décennies précédentes.

Les taux bas sont donc attractifs pour les emprunteurs actuels. Cependant, il n'est pas nécessaire d'avoir un crédit immobilier de moins de 2 ans pour s'intéresser à la question. Les emprunteurs ayant encore beaucoup d'années de crédit devant eux, et donc beaucoup d'intérêts, sont concernés par la question des niveaux des taux. En effet, la souscription d'un prêt à l'habitat ne lie pas à vie l'emprunteur avec son établissement bancaire.

Renégocier ou faire racheter un crédit à l'habitat

S'il est possible de renégocier son taux avec son banquier, il est également envisageable d'aller voir ce que la concurrence propose. On appelle cela le rachat de crédit. Avec les taux bas actuels, il est donc possible de réduire celui du contrat en cours. Cela aura pour conséquence de réviser à la baisse du coût total du prêt. Néanmoins, en procédant à un rachat de crédit, il faut prendre en compte les pénalités de remboursement anticipé (PRA) qu'il faudra verser à l'établissement quitté.

Pour cela, il est nécessaire que la différence entre l'ancien et le nouveau taux soit supérieure à 0,7 point. L'opération sera particulièrement attractive si cette différence est supérieure à 1%. Le rachat d'un crédit immobilier peut donc permettre de réaliser des économies substantielles. Au regard de l'attractivité des taux, le moment est propice au rachat de prêt immobilier.

Comment faire avec d'autres crédits en cours ?

Cependant, il n'est pas rare que les Français détiennent d'autres crédits en plus d'un prêt à l'habitat. En effet, il est de plus en plus facile de souscrire un crédit à la consommation sans que cela soit clairement indiqué lors d'un achat. Par exemple, le succès de la LOA (location avec option d'achat) où l'automobiliste verse des « loyers » est bel et bien en réalité un crédit personnel.

Cette situation se présente pour les paiements en plusieurs fois réalisés sur les sites de e-commerce, surtout en cette période de fêtes. Les raisons de contracter un crédit conso sont donc multiples. Cependant, avec plusieurs mensualités à rembourser, leur poids peut vite se faire sentir sur le budget mensuel. Il existe un moyen de racheter à la fois un crédit immobilier et des prêts à la consommation : le regroupement de crédits.

Avec cette opération bancaire, les emprunteurs obtiennent une mensualité dont le montant sera davantage en adéquation avec les revenus du ménage. Mais attention, le taux ne sera pas nécessairement révisé à la baisse car pour établir une nouvelle mensualité, la banque spécialisée va établir un nouvel échéancier qui s'inscrira davantage dans la durée. Néanmoins, cette opération reste opportune pour les emprunteurs qui se sont mal endettés en cumulant plusieurs crédits.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :