L’évolution du marché immobilier aixois

 |  | 625 mots
Lecture 3 min.
Les prix de l'immobilier à Aix, sont en baisse.
Les prix de l'immobilier à Aix, sont en baisse. (Crédits : DR)
Le marché immobilier Aixois a connu une forte hausse ces deux dernières décennies depuis la bulle de 1994-1996. Il semblerait que le temps soit au beau fixe pour les investisseurs : depuis 2012, le prix de l’immobilier enregistre une baisse significative.

Le marché de l'immobilier à Aix-en-Provence, ville la plus chère des Bouches-du-Rhône, a fortement évolué au cours de ces 10 dernières années. En effet, depuis le début des années 2000, l'Agence immobilière à Aix en Provence BIRON constate que la vente de propriétés autour d'Aix-en-Provence a fortement augmenté et ainsi entraîné une hausse des prix conséquente allant jusqu'à un doublement des prix entre le début des années 2000 et les années 2010 - 2012 sur la plupart des biens de qualité. Par la suite, les prix ont commencé à chuter et, entre 2012 et 2016, on a pu observer un écart de valeur d'environ 30% pour les mêmes propriétés.

Cette chute s'explique notamment par la fuite des acquéreurs étrangers (notamment belges, anglais) préférant investir dans d'autres pays via différents véhicules d'investissement comme la création de société offshore.

Pour ce qui est des biens plus classiques et plus particulièrement des appartements situés dans le centre d'Aix, il n'y a pas eu de baisse significative depuis 2012 et on observe plutôt une hausse constante malgré les lourds travaux entrepris par la ville depuis le début de l'année 2017.

En effet, la ville a mis en place toute une série de travaux d'aménagement et de réseaux. On retrouve notamment la rénovation des trois places principales d'Aix Verdun-Madeleine-Prêcheur qui était indispensable car les réseaux d'eau et d'électricité étaient trop vétustes. Ces travaux ont entraîné une dégradation de la qualité de vie dans le centre d'Aix. Néanmoins, le prix de l'immobilier autour de ces trois places n'a pas baissé et on a même pu noter une petite augmentation. Cette augmentation peut s'expliquer par le fait que ces 3 places vont devenir piétonnes (auparavant, elles servaient principalement de parking pour les automobiles souhaitant se garer dans Aix).

Par ailleurs, la ville a entrepris des travaux majeurs de rénovation des réseaux électriques et d'eau dans la majeure partie de la ville. Ces travaux ont touché de manière importante l'économie locale (boutiques et restaurant dans le centre historique d'Aix). Cependant, là aussi, le marché immobilier n'a pas été spécialement affecté.

La ville d'Aix-en-Provence a également mis en place la création d'une ligne de bus à haut niveau de service (fin des travaux prévus en septembre 2019) permettant aux quartiers éloignés (jas de Bouffan, Saint-mitre, secteur des facultés) du centre historique d'avoir un accès rapide à ce centre et ainsi engendrer certainement une hausse des prix dans ces secteurs dans les années à venir.

Enfin, par l'intermédiaire de l'état, les diverses facultés d'Aix ont subi de lourds travaux afin de créer un campus : « campus Mirabeau ». Ces travaux vont permettre d'améliorer le rayonnement de la faculté au niveau national et mondial, ce qui devrait entraîner une hausse du nombre d'étudiants dans les prochaines années et certainement une hausse des prix de l'immobilier (principalement les petites surfaces dans le centre historique et dans le secteur des facultés).

De par ces changements structurels majeurs, le marché de l'immobilier aixois risque de continuer son ascension sur les prochaines années notamment dans le centre historique et dans les quartiers résidentiels de l'Ouest.

Pour ce qui est de l'immobilier de charme et de luxe, le changement politique survenu en mai 2017 a entraîné le retour de la clientèle étrangère. Néanmoins, celle-ci est moins importante qu'auparavant. Les prix sur ce type de biens restent assez stables et une hausse significative semble peu probable malgré la vente récemment de propriétés de caractère difficiles à vendre ces dernières années.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/02/2018 à 16:45 :
"Cette chute s'explique notamment par la fuite des acquéreurs étrangers (notamment belges, anglais) préférant investir dans d'autres pays via différents véhicules d'investissement comme la création de société offshore."

Si les riches se mettent même pour leurs signes extérieurs de richesses à vouloir payer toujours moins où allons nous hein ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :