Appstud, des applis qui répondent aux besoins du marché

Appstud, le studio de réalisation d’applications résiste bien à la crise et continue son développement à l’étranger. Sa recette : une méthode agile pour créer des apps dont les utilisateurs auront besoin, des produits sur étagères, et une équipe aux compétences complémentaires.

4 mn

« Nos clients sont des entreprises qui vont ensuite proposer des services aux utilisateurs finaux. En donnant plus d'importance à l'usage, on peut mieux adresser le grand public réputé pour être très exigeant et versatile » précise le fondateur d'Appstud, Sébastien Seblin.
« Nos clients sont des entreprises qui vont ensuite proposer des services aux utilisateurs finaux. En donnant plus d'importance à l'usage, on peut mieux adresser le grand public réputé pour être très exigeant et versatile » précise le fondateur d'Appstud, Sébastien Seblin. (Crédits : DR)

En France, les consommateurs ont dépensé 1,8 milliard de dollars (1,47 Md€) en applications mobiles entre le 1er janvier et le 14 novembre 2020 selon le rapport d'App Annie. Un marché en pleine croissance sur lequel s'est positionnée avec succès la start-up toulousaine Appstud fondée en 2014 par Sébastien Seblin. Cet ingénieur en électronique est un geek précoce qui a codé ses premiers sites web à 13 ans avant de les vendre aux parents de ses copains. Le studio de développement d'applications qu'il a fondé est installé dans le centre historique de Toulouse. Il possède aussi des bureaux à Paris, à Montréal (ouverts depuis septembre) et une partie de sa production est basée à Minsk (Biélorussie). « À l'issue du premier confinement, nous sous sommes aperçus que la diversification géographique  entre la France et le Canada augmentait notre résilience économique » explique Sébastien Seblin.

Montréal, proche de New-York, où l'on parle français et dont le prix des bureaux est bien plus abordable qu'en Californie, est une tête de pont parfaite sur le continent Nord Américain pour la société occitane qui emploie une quarantaine de personnes. Appstud se différencie de ses concurrents par sa méthode fondée sur la rapidité et l'agilité. Le schéma classique dans ce secteur de la création d'applis mobiles consiste à écrire un cahier des charges, qui est ensuite chiffré, réalisé puis livré clés en main six mois à un an plus tard. « Nous nous sommes rendus compte que ce type de processus créait des effets tunnels. Entre le début de la collaboration et la livraison du produit, le monde, les techniques, les usages, les compétiteurs ont changé et le produit délivré est déjà obsolète » décrit Sébastien Seblin. Il décide de développer une méthodologie pour développer plus rapidement, en moins de trois mois, et en étant plus proche des usages du moment. Inspiré de Scrum (schéma d'organisation de développement de produits complexes), processus qui découpe les projets en étapes (sprints) très courts et du Lean Start up (approche spécifique du lancement de produit), Appstud ajoute au développement informatique du marketing et de l'UX (expérience utilisateur).

Des solutions sur étagère

« Nos clients sont des entreprises qui vont ensuite proposer des services aux utilisateurs finaux. En donnant plus d'importance à l'usage, on peut mieux adresser le grand public réputé pour être très exigeant et versatile » précise le fondateur d'Appstud. Exemple avec l'appli développée pour Thalès qui permet aux clients de l'équipementier de payer leur ticket de parking directement sur leur smartphone. Ou celle de Carrefour pour permettre aux consommateurs d'être livrés. Pour Classic Fine Foods, filiale de Metro qui livre des produits alimentaires haut de gamme aux chefs des restaurants et des hôtels, Appstud a imaginé en un mois une appli web et mobile capable de s'adresser aux particuliers. Une cible qui a permis à Classic Fine Foods de limiter les pertes dues à la fermeture des restaurants.  « Nous pouvons aussi aider des porteurs de projets à constituer leur premier outil qui va créer de la valeur et générer des revenus. Comme l'appli MySam, qui met en relation VTC et particuliers et emploie aujourd'hui plus de 10 personnes, ou Cmonjardinier pour le jardinage à domicile qui vient de boucler une levée de fonds et emploie 12 personnes à Paris » décrit Sébastien Seblin.

L'approche business d'Appstud est double. Avec un premier niveau de segmentation qui consiste à s'adresser à des entreprises qui vont ensuite fournir des services au grand public. Et un second qui se concentre sur trois domaines d'activité : la mise en relation, le e-commerce et l'IA. Ce qui a permis à Appstud de développer des solutions sur étagère, customisées personnalisées ensuite pour ses clients entreprises. Comme glens.ai, une solution d'intelligence artificielle qui permet aux points de vente de mieux comprendre les parcours clients. Ou oppla, pour déployer rapidement une boutique marchande en ligne, et Lynkt, une plateforme de mise en relations. Comme tout le monde, la crise sanitaire a impacté la start-up, qui a connu un petit passage à vide entre mars et août. Mais son chiffre d'affaires a continué à augmenter, passant de 913 K€ en 2018 à 1,6 M€ en 2019 et 2 M€ en 2020. En 2021, Appstud compte bien continuer sa croissance en ouvrant un bureau en Belgique, pays dans lequel il a déjà trois clients, dont les Editions Dupuis, éditeur d'Astérix.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.