Coup de projecteur sur les carrières féminines dans la tech

 |  | 468 mots
Lecture 3 min.
Les femmes restent minoritaires dans le secteur du numérique qui, pourtant, regorge d’opportunités et recherche des talents. « Les Digitales », un livre de témoignages réalisé avec le soutien d’ENGIE et illustré par la dessinatrice Fabienne Legrand, veut interpeller d’une façon ludique sur cette problématique tout en inspirant des vocations. A l’occasion de sa sortie, aux éditions le cherche midi, la docteure en sciences et entrepreneure Aurélie Jean, qui l’a préfacé, dialoguera sur ce thème avec l’écrivain et économiste Erik Orsenna, en présence d'Yves Le Gélard, directeur général adjoint en charge du digital et des systèmes d'Information du groupe ENGIE lors du prochain 9:30 Le Réveil Digital d’ENGIE, le jeudi 4 mars 2021 en partenariat avec La Tribune.

La majorité des métiers de 2030 (85 %, selon une étude de Dell Technologies) n'existent pas encore. Mais il est fort à parier qu'en cette nouvelle ère, ils seront digitaux. Un véritable gisement d'opportunités dont les talents féminins, pour l'heure, restent à l'écart : aujourd'hui, seul un tiers des postes dans le secteur numérique sont occupés par des femmes. Ils relèvent en outre plus souvent des RH ou du marketing que des fonctions proprement techniques. « Les Digitales », un livre à paraître le 4 mars aux éditions le cherche midi, se penche sur le sujet. Soutenu par ENGIE sous la direction de Yves Le Gélard, directeur général adjoint en charge du digital et des systèmes d'Information du groupe, il recueille des anecdotes et des témoignages de responsables de stratégie digitale, d'innovation et de systèmes d'information aux quatre coins du monde. Il a été préfacé par la docteure et entrepreneure Aurélie Jean, spécialiste en algorithmique et en modélisation numérique.

Le numérique en quête de talents féminins

La spécialiste le souligne : le numérique a besoin de femmes et de tous les regards nécessaires à l'élaboration d'outils et d'applications pour toutes et tous. Les femmes ont d'ailleurs été pionnières du codage et de l'informatique. Ada Lovelace, Grace Hopper, Margaret Hamilton, Katherine Johnson, Joan Clarke... ont été à l'origine d'inventions majeures et ont façonné l'histoire du numérique. Jusqu'aux années 80, les femmes étaient encore nombreuses à étudier l'informatique. Avant que leur part dans ces filières ne cesse de dégringoler.... La raison ? La généralisation de l'ordinateur, accompagnée de l'apparition d'une nouvelle image du programmeur, celle d'un jeune « geek ». Et avec la montée en puissance des métiers du digital, l'investissement de cette sphère par un public de plus en plus masculin.

La parité dans le numérique, un pari possible

Renverser la vapeur et démocratiser les carrières féminines dans la tech est néanmoins loin d'être un pari impossible, comme le montrent plusieurs exemples édifiants sur le terrain. En Malaisie, mais aussi dans les universités comme Carnegie Mellon University ou Norwegian University of Science and Technology, la parité dans le numérique est une réalité. Alors, comment y parvenir et attirer davantage de femmes vers ces métiers ? Modifier l'image du métier, former sur l'égalité femmes-hommes au sein des entreprises, intégrer des quotas dès le recrutement... autant de pistes et de solutions à explorer pour redonner envie aux femmes de prendre leur place de plain-pied dans les métiers de demain.

Connectez-vous au 9:30 Le Réveil Digital d'ENGIE le 4 mars 2021 pour suivre le débat « A nouveau monde, nouvelle donne : le numérique, une chance pour les femmes ».



Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/03/2021 à 18:21 :
On ne peut pas obliger les demoiselles à faire une formation par défaut dont elles n'ont pas envie, je vois mon aîné dans le meilleur lycée de la ville pour faire l'informatique, une seule nana est entrée et réussi normalement (sans jamais avoir été harcelée), la porte était ouverte pour tout le monde.
Il y avait juste un petit blocage, un cours de technologie qui n'avait franchement pas plu, difficile à comprendre, dans ce lycée on aborde tous les métiers de l'informatique dont responsable réseau, c'est normal.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :