"No More Clichés ! Toujours d’actualité"

 |  | 801 mots
Lecture 4 min.
Laurence Beldowski, directrice générale de COM-ENT
Laurence Beldowski, directrice générale de COM-ENT (Crédits : DR)
TRIBUNE – Malgré une sensibilisation accrue ces dernières années, les clichés sexistes dans le secteur de la publicité perdurent. Plus que jamais les bonnes pratiques pour une communication non-sexiste doivent se faire savoir et surtout être mises en œuvre. Par Laurence Beldowski*, directrice générale de COM-ENT et pilote de « Toutes Femmes Toutes communicantes ».

En 2016, COM-ENT lançait la première campagne No More Clichés de "Toutes Femmes Toutes Communicantes", pour dénoncer la persistance des clichés sexistes dans la publicité, avec pour objectif de sensibiliser et d'alerter la profession. La vidéo, au presque 300 000 vues, avait bousculé notre secteur et ouvert le débat autour du sexisme dans la publicité et dans la communication.

Dès 2017, COM-ENT produisait un kit pour une communication non sexiste, en partenariat avec le ministère des droits des femmes et le HCE, en rassemblant des recommandations et outils pratiques pour éclairer les communicant.es. Toujours d'actualité en 2021, ce kit n'a malheureusement pas perdu en utilité et pertinence ....

Cinq ans après, nous lançons la suite de notre campagne No More Clichés... avec une nouvelle vidéo qui met l'accent sur l' objectification sexuée des femmes dans les communications, mais aussi leur place dans la société: Cette femme

Mais pourquoi relancer le sujet ... où en sommes-nous dans le secteur de la communication ? Et bien il est grand temps de changer durablement les mentalités et de provoquer de nouveaux réflexes. Le sexisme ordinaire est encore bien présent, insidieux, et très peu perçu, à peine compris. Il est difficile de comprendre pourquoi les choses n'avancent pas plus vite dans notre secteur. De quoi avons-nous peur ? Nos cerveaux sont-ils trop imprégnés de patriarcat et de monde d'avant ? La communication, la publicité ont une voie royale pour contribuer à faire avancer l'égalité de fait, prenons-là ! Les gens de pub sont toujours pressés, non ? Dépêchons-nous !

Une autre révolution est également en marche depuis presque deux ans : la lutte contre les pratiques sexistes dans notre secteur. Les dénonciations de cas de harcèlement sexuel et moral qui ont débutés en mars 2019 avec l'association des Lionnes, ont pris encore plus d'ampleur depuis septembre dernier grâce au compte #balencetonagency.

Autre époque, autres méthodes pour lutter contre des pratiques qui ne sont plus acceptables et acceptées par les jeunes générations ... mais aussi qui bousculent les générations précédentes et incitent toutes les femmes à ouvrir les yeux et à libérer leur parole ... les paroles. Les dénonciations via les réseaux sociaux, assimilées à de la délation ne sont pas toujours acceptées, ni considérées comme légitimes ...

Mais quelle solution a-t-on pour faire bouger des pratiques, installées depuis toujours, et au delà la compréhension de ces pratiques,  de ce qui amène à ces comportements déviants d'un autre temps.

La sexualisation ou les rôles assignés aux femmes semblent être révélatrices du sexisme qui persiste au sein de notre secteur. Agence ou entreprise, personne n'est épargné ... même les étudiantes sont touchées dès leur premier stage.

Encouragé par la culture du porno, les injonctions à réussir, la gestion de front de leur foyer et de la charge mentale, le tout dans un secteur où l'évolution des femmes freine avec l'âge, le sexisme n'est pas prêt de disparaitre. Ajoutez à tout cela une couche de "c'est pas du sexisme, c'est de la créa, de l'art ! " et vous obtenez l'effet papillon : des productions sexistes qui alimentent des comportements sexistes... un peu simpliste, mais véridique !

 La toute dernière campagne de publicité pour un sac de Louis Vuitton en est la preuve désespérante. Tous ces travers, ces comportements irrespectueux provoquent les drames humains que nous découvrons avec sidération et parfois dégoût sur les comptes de BTA, Paye Ta Com, Balance ton Stage ...

Alors oui ... Nous constatons que les communications et publicités de certaines marques ou dans certains secteurs comme celui des produits d'entretien, et notamment des lessives, du bâtiment , et même de l'armée ont fait de grands progrès, MAIS ... car il y a un mais .... ne baissons pas notre attention ni la lutte contre les clichés et les pratiques sexistes, car si la société évolue, il y a aussi des reculs inquiétants dans les mentalités qu'il ne faudrait pas minimiser. No More Clichés , CQFD ....

////////////////////////////////////////////////

En 2012, COM-ENT est la première organisation professionnelle de la communication à s'être impliquée, avec la création du réseau « Toutes Femmes, Toutes Communicantes », dans la lutte contre les clichés et pratiques sexistes.  Cet engagement s'est renforcé en 2016 avec la mise en place de la campagne « No More Clichés », en 2017,  l'élaboration d'un kit pour une communication non sexiste, composé de différents outils et recommandations pour accompagner les professionnels , et en 2019 avec l'ouverture d'une ligne téléphonique dédiée pour accompagner les victimes ou témoins de harcèlement moral ou sexuel.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :