Capital-risque : ces investisseurs qui financent l'essor de la Silicon Valley

 |   |  1874  mots
La Silicon Valley avec, au premier plan, le nouveau siège d'Apple en forme d'anneau, en cours d'achèvement sur cette photo du 13 janvier 2017
La Silicon Valley avec, au premier plan, le nouveau siège d'Apple en forme d'anneau, en cours d'achèvement sur cette photo du 13 janvier 2017 (Crédits : Reuters)
Les patrons des fonds d'investissement les plus clairvoyants deviennent de véritables gourous, dont les analyses sont suivies avec la plus grande attention.

La Silicon Valley est célèbre pour ses entreprises digitales multimilliardaires parties à la conquête du monde (Google, Facebook, Apple, Uber), ses flamboyants entrepreneurs et CEO (de Marc Benioff à Elon Musk, en passant par Mark Zuckerberg) et son foisonnant écosystème de startups, sans doute le plus riche et dynamique au monde. Mais derrière toute cette fébrilité créatrice se cache le pouvoir financier, celui des fonds d'investissement en capital-risque, les fameux « VC » [venture capital, ndlr], qui décident ou non de donner sa chance à un projet en libérant la planche à billets. Apple et Microsoft ont décollé grâce à eux, tout comme Starbucks, Airbnb, Facebook, Dropbox et Twitter. En plus d'avoir les poches profondes, les investisseurs peuvent introduire leurs poulains parmi un réseau d'experts, et leur prodiguer des conseils stratégiques dignes de Sun Tzu et de Machiavel, susceptibles de leur permettre d'atteindre les sommets.

Savoir attirer l'attention d'un VC peut vite générer un effet boule de neige. Soucieux de ne pas rater la prochaine perle rare, ceux-ci scrutent attentivement le portefeuille d'investissement de leurs rivaux. Ainsi, débloquer des fonds auprès de l'un...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :