CNN tiraillée entre ses craintes et ses besoins vis-à-vis des télécoms

Lors d'un forum sur le très haut débit mobile, Alex Wellen, un cadre de la chaîne américaine, a appelé à un resserrement des liens avec le monde des télécoms pour développer son offre digitale. Des propos qui ne manquent pas de sel alors que l'opérateur AT&T pourrait devenir son nouveau propriétaire, et que les journalistes s'interrogent sur les conséquences sur leur indépendance.
Pierre Manière

3 mn

Jonathan Klein, le président de CNN, a récemment appelé à ce qu'AT&T ne mette pas son nez dans l'éditorial.
Jonathan Klein, le président de CNN, a récemment appelé à ce qu'AT&T ne mette pas son nez dans l'éditorial. (Crédits : Reuters)

Dans l'écosystème digital, Alex Wellen n'est pas un inconnu. "Chief product officer" de CNN, c'est lui qui a porté CNN Go. Cette application, qui permet de visionner des reportages et des émissions à la demande, compte des millions de fidèles. Elle a permis a la chaîne de référence américaine de doper son audience sur la Toile. Ce jeudi, lors du forum sur le très haut mobile organisé à Tokyo par Huawei, Alex Wellen n'y est pas allé par quatre chemins. A ses yeux, CNN doit se réinventer à l'heure des smartphones et des tablettes. Pour lui, l'objectif est simple : la chaîne doit devenir un "leader mondial de l'information vidéo sur mobile".

Pour y arriver, il table sur "une importante collaboration avec les opérateurs mobiles". "Nos destins sont liés", a-t-il ajouté. Une sortie qui ne manque pas de sel, quand on sait que CNN est un des fleurons du géant des médias Time Warner, que le mastodonte américain du mobile AT&T souhaite racheter pour 85 milliards de dollars.

Quid de l'indépendance de CNN ?

Sur le papier, AT&T pourra techniquement épauler CNN pour en faire un leader sur smartphones et tablettes. L'opérateur américain pourrait aider la chaîne, comme le souhaite Alex Wellen, à augmenter la qualité des vidéos, leur réception, et globalement améliorer "l'expérience utilisateur". Mais ici, c'est un rachat et non un partenariat dont il est question. Or depuis qu'AT&T a fait son offre sur Time Warner, des inquiétudes planent sur un point crucial : l'indépendance de cette chaîne de référence.

Jonathan Klein, le président de CNN, a récemment appelé à ce qu'AT&T ne mette pas son nez dans l'éditorial. De son côté, Randall Stephenson, le patron du géant du mobile, a souhaité, dans un communiqué, donner des garanties à la rédaction : "CNN est un symbole américain du journalisme indépendant. [...]. Ma position et celle du conseil d'administration est claire : CNN restera totalement indépendante d'un point de vue éditorial."

Quand Verizon interdisait des contenus

De manière plus pragmatique, Randall Stephenson a jugé indirectement qu'il n'aurait pas intérêt à désacraliser l'indépendance de la chaîne, puisqu'une telle attitude pourrait faire fuir ses fidèles. Et par voie de conséquence, dégrader ses revenus. Il n'empêche, certains s'interrogent sur la réaction d'AT&T lorsque les journalistes de CNN s'intéresseront à ses affaires ou à son écosystème.

Le mois dernier, le New York Times a rappelé que Verizon, qui possède plusieurs médias dont le Huffington Post, s'est récemment illustré en interdisant certains contenus. En 2014, le grand rival d'AT&T a lancé un nouveau site dédié à la tech, baptisé Sugarstring. Toutefois, l'opérateur a interdit aux journalistes de parler de neutralité du Net et de l'espionnage américain, deux sujets qui le concernent directement. Aux Etats-Unis comme en France, la convergence entre les télécoms et les médias fait décidément de plus en plus jaser.

Lire aussi: Weil et Drahi, les architectes d'un SFR réalisant la convergence médias-télécoms

Pierre Manière

3 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 25/11/2016 à 8:59
Signaler
Attention précision, ça fait longtemps que les médias sont soumis à la volonté de leurs actionnaires ou des politiciens, ce qui ne gênait pas la plupart de ce microcosme de journalistes, si actuellement ils commencent en effet à réagir, et encore fra...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.