E-commerce, cloud, média... La diversification d'Alibaba dope son chiffre d'affaires

 |   |  766  mots
Alibaba, le géant chinois de l'e-commerce, a enregistré un chiffre d'affaires en hausse de 61% à 12,2 milliards de dollars pour le premier trimestre de son exercice décalé, publié ce 23 août.
Alibaba, le géant chinois de l'e-commerce, a enregistré un chiffre d'affaires en hausse de 61% à 12,2 milliards de dollars pour le premier trimestre de son exercice décalé, publié ce 23 août. (Crédits : Aly Song)
Le mastodonte chinois a enregistré un chiffre d'affaires en hausse de 61%, à 12,2 milliards de dollars. Toujours porté par son activité principale, le commerce en ligne, Alibaba profite de la forte croissance de ses divisions cloud et divertissement. Seule ombre au tableau : ses marges opérationnelles, établies à 10%, baissent de trimestre en trimestre.

La diversification tout azimut d'Alibaba continue de payer. Le numéro un chinois de l'e-commerce a enregistré l'une de ses meilleures croissances, avec un chiffre d'affaires en hausse de 61% pour le premier trimestre de son exercice décalé, selon les résultats publiés ce 23 août. Il a engrangé un chiffre d'affaires de 80,9 milliards de yuans (12,2 milliards de dollars) sur la période avril-juin, soit peu ou prou ce qu'escomptaient les analystes sondés par l'agence Bloomberg.

"La croissance exceptionnelle de nos principaux segments tels que le commerce en ligne, le cloud et le divertissement valide notre stratégie d'investissement dans l'expérience client, le produit, la technologie et l'infrastructure", s'est félicitée dans un communiqué Maggie Wu, directrice financière d'Alibaba.

Le géant asiatique, coté à New York, reste porté par le cœur de son activité : le commerce en ligne, avec des revenus en hausse de 61% sur un an. Cette division, composée entre autres des plateformes Taobao et Tmall, a généré près de 10,5 milliards de dollars - soit 86% du chiffre d'affaires total du groupe. À l'origine de ce succès, des clients toujours plus nombreux. Sa base active annuelle s'élève à 576 millions de clients rien qu'en Chine, soit 110 millions de plus sur un an. Les utilisateurs actifs mensuels sur smartphones, eux, grimpent jusqu'à 634 millions.

Si Alibaba ne communique pas sur ses clients internationaux, le groupe s'est félicité d'une hausse de 64% du chiffre d'affaires réalisé à l'étranger via sa division e-commerce (652 millions de dollars). Après avoir investi massivement dans l'intelligence artificielle, le groupe fondé par l'emblématique multi-milliardaire Jack Ma vante sa capacité à attirer les recettes publicitaires en ciblant de plus en plus précisément les consommateurs pertinents. Selon le cabinet eMarketer, Alibaba domine environ 60% du marché chinois du commerce de détail sur Internet grâce à ses plateformes Taobao et Tmall.

Cloud et divertissement, une croissance prometteuse

En parallèle, Alibaba continue de diversifier toujours davantage son écosystème. Sa division cloud poursuit sa croissance très prometteuse, avec un chiffre d'affaires de 705 millions de dollars (+93% sur un an). Les récents investissements du groupe dans le divertissement commencent également à porter leurs fruits. La division "média et divertissement" a enregistré un chiffre d'affaires de 903 millions de dollars (+46% sur un an).

"La synergie entre nos activités de commerce et de divertissement offre une expérience approfondie aux utilisateurs, tout en augmentant la fidélité et les abonnements des clients - ainsi que le retour sur investissement pour les annonceurs", détaille le groupe dans un communiqué de presse publié lors des résultats trimestriels.

Alibaba a ainsi profité d'un effet Coupe du monde. Le mastodonte s'était offert les droits de diffusion pour son service de streaming vidéo Youku. Conséquence : le service a connu une "croissance quotidienne moyenne de 200% du nombre d'abonnés" sur le trimestre par rapport à l'année dernière.

Des marges opérationnelles en chute libre

Seule ombre au tableau : le bénéfice net a plongé de près de 41% à 1,3 milliard de dollars. Cette chute est attribuée aux rémunérations exceptionnelles versées aux employés de son bras financier Ant Financial. Sans ces dépenses, le bénéfice aurait été en hausse de 33%. Ses marges d'exploitation continuent toujours de baisser, à 10%. Elles étaient de 15% le trimestre dernier et 35% à la même période l'année dernière. Une baisse imputée à des investissements massifs pour la logistique. Dernier exemple en date : Alibaba a ainsi investi en mai près de 1,4 milliard de dollars en échange d'une participation à hauteur de 10% du capital de ZTO Express, entreprise de livraison chinoise.

Le géant tente également de se faire une place dans le commerce physique, à l'instar de son concurrent américain Amazon. Alibaba mise sur des supermarchés hyper-connectés sous sa marque Hema - au nombre de 45 établissements en Chine fin juin -, tout en investissant dans des chaînes de distribution. Il a ainsi acquis en avril l'intégralité du capital de Ele.me, numéro un de la livraison de repas à domicile en Chine. Le groupe a assuré ce 23 août que cette division était parvenue à lever "plus de 3 milliards de dollars de promesses d'investissements" auprès d'un consortium comprenant notamment le géant japonais Softbank.

"Comme bon nombre de nos entreprises nouvellement développées et acquises ont des structures de coûts différentes, nous prévoyons que ces activités continuent d'avoir une incidence négative sur notre marge et sur le traitement comptable des produits bruts", a prévenu Alibaba.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/08/2018 à 22:44 :
" le bénéfice net a plongé de près de 41% à 1,3 milliard de dollars. Cette chute est attribuée aux rémunérations exceptionnelles versées aux employés de son bras financier Ant Financial"

Edifiant.

Le voila le cancer de notre siècle : la finance au sens le plus large du terme.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :