Les nouveaux seniors veulent des objets plus "design"

 |   |  685  mots
Mélo, le juke-box pour maisons de retraite sont résolument branchés. / DR
Mélo, le juke-box pour maisons de retraite sont résolument branchés. / DR (Crédits : DR)
Les personnes âgées, en particulier les jeunes seniors, sont des consommateurs comme les autres et ne veulent surtout pas être estampillées « troisième âge ».

Plus d'un publicitaire et d'une marque s'y est cassé les dents ces dernières années : dans un monde où la jeunesse est célébrée et la vieillesse stigmatisée (conservatisme, dégradation physique et mentale, etc.), il est « difficile de construire un discours positif » qui plaise aux seniors, comme le note la commission « Innovation 2030 » d'Anne Lauvergeon. Ils ont en revanche des « aspirations et des besoins spécifiques » qui passent parfois par une ergonomie adaptée.

Davantage que leurs parents, les nouveaux seniors ont vécu dans un monde où le design et la mode ont fait partie de leur quotidien. Et ils entendent bien que ça continue. Certaines entreprises l'ont compris. En voici quelques exemples.

Framboise, tel est le nom de ce nouveau bouton d'appel de téléassistance ultra-design de la société CDK France Industries, proposé par Assystel. Pour le présenter, son concepteur n'hésite pas à le monter en pendentif assorti de perles.

framboise

Désireux de changer l'image des produits silver, il a fait appel à une agence de design ainsi qu'à un cabinet d'ergothérapie pour garantir l'efficacité du produit fabriqué en France. L'aspect laqué de Framboise tranche avec les habituels plastiques mats à boutons rouges des anciens dispositifs. Il sera décliné cette année dans d'autres coloris tendance : bleu azur et vert anis.

Buddy est un robot compagnon de 45 cm de haut aux allures de jouet
Constitué d'une tablette tactile montée sur une structure capable de se déplacer de manière autonome avec capteurs d'obstacles, son visage s'animera suivant la situation.

Buddy peut jouer le rôle d'aide-mémoire en rappelant à l'aîné son rendez-vous chez le médecin ou son traitement à prendre. Il le stimule régulièrement en lui proposant de jouer aux cartes ou à cache-cache.

Et peut lancer des sessions de visiophonie avec les proches suivant sa programmation. Il alerte les secours ou l'équipe médicale en cas de chute ou d'inactivité prolongée et possède aussi un détecteur de flamme et de gaz.

buddy

Ce robot a été développé par la start-up Bluefrog, issue du Centre de robotique intégrée d'Île-de-France (Criif) et lauréate, le 20 mars dernier, du concours Innovation 2030 dans la catégorie silver économie. Les premiers modèles devraient être sur le marché en décembre prochain, avec un objectif de commercialisation plus large en 2015 entre 500 et 900 euros.

Avec un design moderne et un encombrement réduit, la nouvelle borne d'appel Intervox a fait le buzz chez les opérateurs de téléassistance en 2013. Très présent sur le marché de ces équipements, le groupe Legrand avait mobilisé ses designers internes pour revoir entièrement l'ancien modèle.

Son Quiatil easy a des allures high-tech, tout en restant très simple à utiliser. Et avec son lecteur de badge RFID, il augmente les possibilités d'utilisation et de services pour les opérateurs qui l'installent chez leurs abonnés.

Première borne musicale spécialisée pour les maisons de retraite, Mélo a convaincu de nombreux établissements en France, en Suisse, en Allemagne et en Belgique. Facile à utiliser par les résidents avec des numéros type téléphone pour chaque morceau, elle remet de l'ambiance dans les parties communes et participe à certaines animations.

Pour la concevoir, la société Onze Plus a réuni 2.000 morceaux, après avoir consulté un panel d'octogénaires. Le modèle a déjà été plusieurs fois primé et il est déjà copié.

Projeter les images numériques de son offre de service sur l'écran de la télévision, voilà la bonne idée de la société Elderis. Souvent impressionnés par l'ordinateur, qu'ils ne pensent pas savoir maîtriser, les aînés sont à l'aise avec la télécommande et peuvent ainsi recevoir et envoyer des messages, consulter des informations, contacter un proche en visiophonie, écouter un livre sonore...

L'ergonomie de l'affichage reste moderne malgré sa simplicité. Cette télévision connectée est distribuée sous forme de box dans les maisons de retraite et les résidences services.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/03/2014 à 9:45 :
Arrêtez de fantasmer sur les "seniors", ce ne sont pas des consommateurs comme les autres, "les caprices" ne sont pas dans leurs habitudes. Ils aiment ce qui est simple...et ne veulent plus se poser de question inutile!
a écrit le 29/03/2014 à 18:36 :
Quelle mentalité ! Vous avez visiblement mal lu l'article : on y parle de jeunes seniors dont, d'ailleurs, certains travaillent encore. Ce n'est pas parmi eux qu'on compte le plus de demeurés comme vous semblez prendre plaisir à le croire, ce ne sont pas les plus radins : ils voyagent beaucoup et partagent avec leurs enfants : l'actualité y fait souvent référence. Il est évident que je ne parle pas de ceux qui sont en dessous du seuil de pauvreté et juste survivent. Une telle réaction est une honte et déconnectée de la réalité ! Seriez-vous jaloux des sexagénaires ?
Réponse de le 29/03/2014 à 18:59 :
Les français sont les européens qui partent le plus tôt à la retraite alors vos légendes urbaines sur les seniors acharnés du boulot quand nombre de quinquagénaires peinent à se maintenir en activité... Ce qui est honteux c'est la génération gâtée qui se croient tout permis jusqu'à mordre la main nourricière des actifs pour satisfaire sa voracité. Ceci démontre un manque total d'éducation! Quant au faux argument du partage ou de l'aide aux enfants, cela pèse lourdement sur le pouvoir d'achat des actifs qui SEULS (et de plus en plus seuls) financent les retraites de leurs aînés.
a écrit le 29/03/2014 à 16:45 :
Dans les faits ce sont des inactifs à la charge des actifs. Pourquoi les commerciaux se démènent pour cette catégorie d'inactifs plus qu'une autre (càd chômeurs ou handicapés)? Tout simplement parce qu'ils monopolisent le capital jusqu'au sommet de l'état. Néanmoins les seniors sont des clients très difficiles à convaincre car radins et intellectuellement défavorisés (faible niveau d'études pour la plupart, déficience de neurones lié au vieillissement).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :