Quand l'e-commerce refuse le recyclage des produits hi-tech

Selon une enquête publiée par l'association CLCV ce jeudi, de nombreux sites de vente en ligne ne respectent pas leur obligation de reprise gratuite des appareils électriques ou électroniques usagés.

1 mn

Les distributeurs sont tenus par la loi (l’article R.543-180 du Code de l’environnement) d’accepter la reprise gratuite d’un appareil usagé lors de l’achat d’un produit neuf du même type
Les distributeurs sont tenus par la loi (l’article R.543-180 du Code de l’environnement) d’accepter la reprise gratuite d’un appareil usagé lors de l’achat d’un produit neuf du même type (Crédits : Reuters)

De nombreux sites de ventes en ligne ne respectent pas leurs obligations en matière de reprise gratuite des appareils électriques ou électroniques usagés, déplore jeudi l'association de consommateurs CLCV qui en appelle à des contrôles plus stricts.

Lorsqu'un consommateur souhaite remplacer un produit électrique ou électronique, les distributeurs se doivent d'accepter la reprise gratuite de l'objet du même type. Or, selon l'enquête de la CLCV menée en avril dernier, "49% des sites interrogés (Fnac.com ou Priceminister) n'indiquent nulle part la possibilité de reprise pour l'usagé".

57% des sites n'acceptent pas la reprise

Pour les petits équipements comme les smartphones ou les tablettes plus spécifiquement, remplacés régulièrement, "57% ne pratiquent pas la reprise un pour un, comme boulanger.fr ou mistergooddeal.com qui excluent la reprise pour ce type d'équipement", note l'association.

Sur d'autres sites la reprise est possible mais pas gratuite : 19% des sites (comme VPCBoost ou électrodépot) "pratiquent encore la reprise payante, obligeant l'acheteur à souscrire une livraison payante spécifique, ce qui est contraire aux textes", dénonce CLCV dans son communiqué.

Or "par le renouvellement technologique, les déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE) sont en forte croissance" et "ils peinent à être collectés pour le recyclage", remarque la CLCV .  L'association "demande donc que les actions de contrôle et de sanction des distributeurs qui ne pratiquent pas la reprise un pour un soient rapidement mises en place".

(Avec AFP)

1 mn

Sommet du Grand Paris

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 24/06/2016 à 23:29
Signaler
Inversement quand je démonte un appareil électronique pour trier les pièces (cuivre, alu, inox circuit imprimé, pour les apporter au recycleur, j'aimerais toucher cette taxe qui n''est en fin de compte qu'une taxe de plus puisque non remboursée.

à écrit le 23/06/2016 à 22:24
Signaler
C'est effectivement scandaleux alors que l'on paie une taxe sur le recyclage et que les matières premières incriminées sont particulièrement polluantes à l'exploitation et dans le cas de mise en décharge ou incinération qui n'ont absolument pas lieu ...

à écrit le 23/06/2016 à 21:45
Signaler
d'ailleur, j'espère qu'ils vérifient sérieusement, parce que par exemple amazon possède bien un formulaire "recyclage" mais… il ne fonctionne pas, il est impossible d'obtenir l'étiquette de retour… donc si on se contente de regarder, on pense qu'ama...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.