Google va-t-il perdre l'usage de sa marque ?

 |   |  355  mots
Google pourrait rejoindre le panthéon des marques devenues des génériques, comme thermos ou aspirine.
Google pourrait rejoindre le panthéon des marques devenues des génériques, comme thermos ou aspirine. (Crédits : Reuters)
Google est poursuivi en justice afin que son nom entre dans le langage commun - au même titre que des marques devenues des génériques, comme cellophane et aspirine. La Cour suprême américaine doit trancher la question d'ici début 2018.

Je google, tu googles, il google... Et si le nom du célèbre moteur de recherche devenait un verbe ? La Cour suprême américaine devra trancher cette question d'ici début 2018. La bataille judiciaire oppose le géant de la Silicon Valley - qui souhaite préserver l'exclusivité de son nom pour l'usage de sa marque - à David Elliott et Chris Gillespie. Ce dernier a acheté 763 noms de domaine en 2012 incluant le nom "Google", comme "GoogleDisney.com" ou encore "GoogleBarackObama.com", raconte Bloomberg. Ce qui n'a pas manqué de faire réagir l'entreprise américaine, accusant Chris Gillespie de "cyber-squat".

Combler les "trous dans la langue"

Le litige vise à déterminer si "Google" est devenu un terme générique dans le langage commun, permettant de désigner un "acte de recherche sur Internet", détaille Ars Technica"Il n'y a aucun autre mot que "Google" qui permet de décrire l'action de la recherche sur Internet à l'aide de n'importe quel moteur de recherche", assure la requête transmise à la Cour suprême.

"Nous nous référons désormais aux couvertures de magazines "photoshopées" (...), nous lisons des articles sur des suspects qui se font "taser" par des policiers. Cette appropriation par le public ne doit pas être empêchée. Au contraire, elle doit être encouragée", estiment les deux justiciables dans une requête relayée par Fortune. Cette appropriation "remplit les trous dans la langue créés par les progrès rapides de notre espèce, permettant une communication plus efficace".

Si la juridiction tranche en faveur des requérants, la firme de Mountain View rejoindrait ainsi les appellations thermos, cellophane et aspirine, protégés en tant que marques avant d'être déclarés "génériques" par la justice américaine. Le mot "Google" pourra alors être utilisé par tous, sans que l'entreprise américaine ne puisse revendiquer des droits pour son utilisation. Google a obtenu gain de cause en première instance. Il faisait valoir que son activité ne se limitait pas à son moteur de recherche, et donc, qu'il revendiquait l'usage exclusif de son nom.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/08/2017 à 17:21 :
Google utilise son nom comme adresse internet - environment.google, blog.google - en se prévalant de sa marque. Est-ce que celà aurait des impacts aussi et qu'on pourrait enregistrer des sites en .google ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :