Florian Hervéou, le "coach des startuppers"

 |   |  1127  mots
(Crédits : DR)
À 36 ans, Florian Hervéou est le coach des opérations "Eléphant et Renard", lancées par le Startup Palace pour accompagner l'émergence des jeunes pousses du numérique dans l'ouest.

Discret, omniprésent, audacieux et tenace ! S'il n'est pas le plus en vue de la sphère numérique nantaise, Florian Hervéou est devenu au fil des années l'un des artisans de la French Tech à la nantaise. « Celui qui sait écouter et faire émerger les jeunes pousses du numérique », remarque Francky Trichet, adjoint au numérique et à l'innovation à la Ville de Nantes. Aujourd'hui, c'est lui qui coordonne l'Opération Éléphant déployée dans la commune, un programme d'accompagnement de trois ou cinq mois pour les startups installées dans les quartiers du Startup Palace, ce vaste espace de travail collaboratif d'un millier de mètres carrés, créé en septembre 2015 par trois entrepreneurs nantais.

« Le principe de base est de dire que toute la théorie et la littérature sur les startups sont accessibles en ligne. En revanche, le copier-coller est parfois difficile. Alors, on propose des ateliers pratiques pour structurer le projet », explique le coach, devenu directeur des programmes pour startups, au sein du Startup Palace.

Et ce savoir-faire séduit. Angers Technopole y a eu recours via l'Opération Renard. BNP Paribas aussi, afin de muscler le programme de son accélérateur Innov & Connect, voulu pour rapprocher ETI et startups.

« Nous sommes en discussion avec Toulon, Brest... L'idée est de dupliquer le concept dans certaines grandes métropoles », dit-il.

Du coup, lorsque le quotidien Ouest-France décide de lancer son accélérateur OFF7, c'est encore Florian Hervéou qui est à la manoeuvre. « Nous avons défini un cahier des charges, bâti un programme d'accompagnement d'un an, créé un site Web, lancé la comm'... », raconte-t-il. Inspiré par les méthodes du plus gros accélérateur mondial, Y Combinator, il a établi une cartographie des compétences et ressources de l'ensemble des salariés du groupe de presse où les startuppeurs vont pourvoir s'adresser en cas de besoin juridique, commercial, etc.

« Jamais le focus n'a été autant mis sur les startups. Beaucoup de salariés de grands groupes y voient une opportunité pour rebondir et changer d'air, et de nombreux étudiants veulent se lancer. C'est bien, cela favorise l'entrepreneuriat. À l'inverse, il y a aura de plus en plus d'échecs et de déçus, estime Florian Hervéou. Personnellement, j'ai dû commettre toutes les erreurs à éviter du manuel du startuppeur ! Aujourd'hui, ces expériences me permettent de conseiller les jeunes entrepreneurs », explique ce Breton passionné de football, de politique, diplômé de Sciences Po Toulouse et de l'école supérieure de commerce Audencia Group.

Du Company Campus à l'Opération Éléphant

« J'adore le marketing et les retournements de foules, comme dans le cas de ceux qui exécraient Gignac, contraint de s'exiler au Mexique, et qui l'adulent aujourd'hui. Idem pour Benzema, Chirac ou Juppé, qui étaient un temps tricards et qui ont su renverser la vapeur », raconte Florian Hervéou, séduit par la vente d'une idée.

Sur les bancs d'Audencia, à Nantes, il croise la route d'Adrien Poggetti, l'actuel Monsieur Nantes Tech. Le duo file à Cincinnati dans l'Ohio, intègre une école de commerce et ingurgite les cours sur la globalisation, l'entrepreneuriat... loin de la théorie à la française. Six mois plus tard, de retour dans l'Hexagone, les compères font leurs armes au sein de BNP Paribas Lease Group. Après un détour en Espagne infructueux, Florian revient à la case BNP Paribas en tant que conseiller de développement du patrimoine, à Saint-Cloud, cette fois. Un job parfait, avec dix semaines de congés payés, un CE, un intéressement... Mais Florian veut faire du marketing et démissionne. Il plonge dans le numérique. Avec son complice Adrien Poggetti qui vient de fonder le site de vente en ligne de tee-shirts Ozibao, dont le pitch était « un fan de foot n'est pas forcément un beauf », Florian Hervéou réussit à convaincre un chroniqueur de l'émission de Bruce Toussaint de porter le fameux tee-shirt au lendemain de l'élection de Barack Obama.

« On a alors communiqué comme des fous sur Facebook et Twitter, on a créé un blog, repéré par L'Équipe », se souvient Florian qui enchaîne les expériences (SeeMy, TransWay...) pour affirmer sa culture numérique.

En 2011, sur le chemin du « Startup Weekend » organisé pour tester des concepts, il décide de créer une appli Facebook pour la présidentielle. Il rencontre les dix équipes de campagne en lice. Eva Joly, Christine Boutin, Marine Le Pen, Nicolas Dupont-Aignan l'utiliseront... Malgré un PS absent et une candidature de Sarkozy tardive, l'appli a généré 200.000 votes.

« Surtout, elle a permis de toucher une population qui ne regarde pas le journal de 20 heures. C'est ce qui intéressait les politiques... »

Suivra la création de Tuttivox, une start-up positionnée sur le gouvernement ouvert (Open Government). Face à un business model qui peine à émerger, Florian multiplie le conseil en entreprise, devient partenaire de la plateforme collaborative créée à Nantes à l'occasion de la campagne électorale de Johanna Rolland pour les municipales.

En 2012, venu sur l'île de Nantes pour mutualiser des locaux et des moyens pour une poignée de startups, il crée, avec Quentin Adam, fondateur de la startup Clever Cloud, le Company Campus, un regroupement de startups considéré comme l'un des tout premiers auto-incubateurs français. Si le projet, voulu à dimension européenne, a buté sur les problématiques liées au fonds d'investissement pour devenir un véritable accélérateur, il leur a cependant donné de la visibilité et ouvert des portes. Celles de Bercy, du premier sommet des pré-accélérateurs en 2014, ou de Fleur Pellerin, qui, venue à Nantes, prend cet exemple pour illustrer le potentiel de la French Tech. Celles, aussi, du Voyage à Nantes, qui recherchait une appli innovante ; de Roland-Garros, qui les a invités à investir le court Suzanne-Lenglen pour y déployer pendant le tournoi une réplique du célèbre jeu vidéo de tennis de table Pong ; celles, encore, du festival du numérique Web2days où, depuis trois ans, Florian Hervéou anime le Global Challenge. Ce concours, destiné à faire se rencontrer investisseurs et startuppeurs, a permis, depuis sa création, de lever 80 millions d'euros. De cet esprit et de ce parcours est née l'Opération Éléphant, coachée par Florian Hervéou, sur la scène du Startup Palace.

_______

  • 1979 Naissance à Brest.
  • 1998-2002 Sciences Po Toulouse.
  • 2002-2004 Audencia Group Nantes.
  • 2006-2008 Conseiller en développement du Patrimoine BNP Paribas.
  • 2009-2010 Business developer SeeMy.
  • 2008-2012 Responsable Marketing et Relation client Ozibao.
  • 2010 Consultant indépendant en médias sociaux.
  • 2011-2014 CEO et cofondateur de Tuttivox.
  • 2013-2015 CEO et cofondateur de l'autoincubateur Company Campus.
  • Juin 2015 Responsable des programmes Startups Birming group (Startup Palace).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :