Lutte contre le gaspillage : Phenix lève 15 millions d'euros

 |   |  555  mots
Depuis 2014, la startup Phenix revendique la revalorisation de 15.000 tonnes de produits alimentaires - soit l'équivalent de 30 millions de repas.
Depuis 2014, la startup Phenix revendique la revalorisation de 15.000 tonnes de produits alimentaires - soit l'équivalent de 30 millions de repas. (Crédits : Pixabay/CC0 Creative Commons)
La startup française, spécialisée dans la lutte contre le gaspillage, vient de lever 15 millions d'euros pour se lancer aux Etats-Unis, en Allemagne et en Italie courant 2019. Phenix va ainsi recruter 50 postes l'année prochaine. Lancée en 2014, la jeune pousse met en relation les entreprises et les collectivités avec des associations afin de revaloriser les invendus.

Phenix veut poursuivre son internationalisation. La startup française, spécialisée dans la lutte contre le gaspillage, a annoncé jeudi avoir bouclé un tour de table de 15 millions d'euros auprès d'Environmental Technologies Fund (ETF Partners) et Bpifrance via le fonds Ville de Demain. Sofiouest, société d'investissement du groupe Ouest-France, et Arkéa, via son fonds We Positive Invest ont également participé à l'opération. Phenix, qui emploie une centaine de salariés, avait déjà levé 2,5 millions d'euros en 2015, un an après sa création.

"Nous pensons que le modèle traditionnel et linéaire de gestion des déchets est sur le point d'être bouleversé. Nous constatons une tendance de fond vers l'économie circulaire et le zéro-déchet", explique dans un communiqué de presse Fabrice Bienfait, Partner chez ETF Partners. "L'équipe Phenix a compris cela et a développé une plateforme numérique et des services associés qui rencontrent un succès important sur le marché."

15.000 tonnes de produits alimentaires revalorisés

Lancée en 2014, la jeune pousse parisienne dit représenter 5% de l'aide alimentaire en France. Phenix a développé une plateforme pour valoriser les déchets alimentaires et non-alimentaires des entreprises, tout en proposant des solutions pour réduire leur gaspillage. La plateforme met ainsi en relation la grande distribution, les industriels, les collectivités, les commerces de proximité et les sociétés d'événementiel avec des associations ou encore des fermes en demande de produits invendus pouvant être réutilisés. Le but : "proposer une alternative à l'enfouissement et à l'incinération payants de leurs déchets en trouvant la meilleure filière de revalorisation pour les invendus : promotion sur les produits en date courte, don aux associations caritatives, déstockeurs, alimentation animale, recycleurs...", explique le communiqué de presse.

Au total, Phenix travaille avec plus de 950 associations (Croix-Rouge, Restos du Coeur, Secours Populaire...) et 1.000 clients en France, avec des acteurs tels que Carrefour, Franprix ou encore E.Leclerc. Depuis sa création, la startup revendique la revalorisation de 15.000 tonnes de produits alimentaires - soit l'équivalent de 30 millions de repas. En parallèle, 1.618 tonnes de matériel divers a également été revalorisée. Rentable depuis un an, Phenix a réalisé un chiffre d'affaires de 4,5 millions d'euros en 2017. Son business model repose sur le prélèvement d'une commission sur les économies réalisées par le client.

Lire aussi : FoodTech : vers une industrie agro-alimentaire plus responsable ?

Cap sur les Etats-Unis, l'Italie et l'Allemagne en 2019

Déjà implantée en Espagne et au Portugal, Phenix entend poursuivre son internationalisation grâce à cette nouvelle levée de fonds. "Nous allons ouvrir un bureau aux Etats-Unis au cours du premier trimestre 2019, suivi par des ouvertures en Allemagne et en Italie au cours de l'année prochaine", détaille à La Tribune Baptiste Corval, co-fondateur de Phenix. La startup va donc gonfler ses effectifs, avec le recrutement de 50 postes courant 2019.

En parallèle, Phenix planche sur de nouveaux services. La startup souhaite proposer une "application BtoC pour lutter contre le gaspillage alimentaire, en mettant en relation les consommateurs avec des commerces de proximité et des métiers de bouche", affirme Baptiste Corval. L'application est actuellement en test en version bêta.

| Lire aussi : The Food Life, Zéro-gâchis, OptiMiam... 3 applis pour lutter contre le gaspillage alimentaire

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :