Internet des objets : Objenious table sur un doublement de ses ventes

 |   |  496  mots
Stéphane Allaire, le président d'Objenious.
Stéphane Allaire, le président d'Objenious. (Crédits : DR)
Créée il y a un peu moins de trois ans, la filiale de Bouygues Telecom dédiée aux objets connectés prévoit un doublement de son chiffre d’affaires en 2018, à 4 millions d’euros.

Stéphane Allaire se montre confiant. Vendredi dernier, le président d'Objenious, la filiale de Bouygues Telecom dédiée à l'Internet des objets, a affirmé à La Tribune que la société « devrait doubler son chiffre d'affaires » cette année. Concrètement, ses ventes, qui s'étaient élevées à 2 millions d'euros l'an dernier, titilleraient donc les 4 millions d'euros. Stéphane Allaire a également indiqué qu'Objenious allait bientôt passer la barre des 100.000 objets connectés par ses soins. Selon lui, le groupe travaille désormais « avec plus de 37% du CAC 40 ». « C'est déjà un beau résultat, je trouve », sourit-il, rappelant que le groupe a vu le jour il y a moins de trois ans, en octobre 2016.

Si Stéphane Allaire se montre satisfait, c'est parce que, selon ses dires, de plus en plus d'entreprises décident de passer de l'expérimentation à l'industrialisation de leurs projets liés à l'Internet des objets. Il y a deux semaines, Objenious a ainsi annoncé une collaboration avec Antargaz Finagaz, un des leaders du marché français des GPL (gaz de pétrole liquéfiés). Celle-ci vise à connecter les réservoirs de gaz propane de 8.000 clients. Avec cette solution, Antargaz Finagaz pourra suivre la consommation de ses fidèles à distance et, ainsi, optimiser les livraisons de gaz.

LoRa, une technologie à très bas coût

Pour rappel, Objenious permet aux objets de communiquer grâce à une technologie spécifique, baptisée « LoRa ». Pour ce faire, le groupe greffe sur des objets divers des capteurs à bas coût et très peu énergivores, puis fait remonter les données collectées grâce à un réseau d'antennes couvrant tout l'Hexagone. Grâce à cela, les industriels peuvent disposer d'informations nouvelles sur l'utilisation et l'environnement de leurs actifs. Afin, en définitive, d'améliorer leurs processus de production, leur logistique ou la maintenance.

D'après Stéphane Allaire, le faible coût de sa solution couplé au rattachement de son groupe à Bouygues Telecom constitue un atout pour décrocher des contrats. Il cite l'exemple d'« un gros industriel » français, dont il ne veut pas révéler le nom. Celui-ci voulait connecter et superviser certains actifs qui transitent, notamment, en Roumanie où il dispose d'usines. Problème : Objenious ne possède pas de réseau LoRa en Roumanie. Au final, les troupes de Stéphane Allaire ont choisi de déployer un « mini-réseau LoRa », lui-même connecté au réseau 4G local, sur les sites roumains. « Ainsi, l'industriel dispose d'informations sur ses actifs en France comme en Roumanie, ce qui lui permet d'améliorer sa gestion des stocks », souligne Stéphane Allaire. Selon lui, cette solution a été rendue possible parce qu'une antenne LoRa coûte aujourd'hui « moins de 1.000 euros l'unité ». En outre, Objenious a pu bénéficier de la capacité de Bouygues Telecom à fournir une solution 4G pour rapatrier les données de la Roumanie à la France.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :