Des comptes français concernés par le piratage de Facebook, selon Mahjoubi

 |   |  448  mots
Selon Facebook, presque 50 millions de comptes ont été affectés directement. Une incertitude demeure sur 40 autres millions de comptes. Dans le doute, le groupe a déconnecté dans la nuit de jeudi à vendredi les 90 millions de comptes concernés.
Selon Facebook, "presque 50 millions de comptes ont été affectés directement". Une incertitude demeure sur 40 autres millions de comptes. Dans le doute, le groupe a déconnecté dans la nuit de jeudi à vendredi les 90 millions de comptes concernés. (Crédits : Dado Ruvic)
Le secrétaire d'Etat chargé du numérique affirme avoir lui-même a vu son propre compte être "déconnecté d'urgence" dans la journée de vendredi par le réseau social. Facebook a toutefois indiqué au ministre ne pas être encore capable de dire si des abonnés français ont été touchés.

"Des comptes français sont concernés" par le piratage, révélé vendredi, de quelque 50 millions de profils ouverts sur le réseau social Facebook à cause d'une faille de sécurité, a affirmé dimanche Mounir Mahjoubi, le secrétaire d'Etat chargé du numérique. Dans un entretien à Radio J, le ministre a expliqué qu'après avoir pris connaissance de l'ampleur du piratage "en même temps que tout le monde", il a immédiatement demandé à Facebook France si des abonnés français étaient concernés par le problème.

"Aujourd'hui, ils me disent qu'ils ne sont pas capables de répondre", a-t-il souligné. Mais lui-même a vu son propre compte être "déconnecté d'urgence" dans la journée de vendredi par Facebook, comme 90 millions d'autres, a-t-il ajouté.

"On se demande (alors) ce qu'il se passe et je pense donc avoir la preuve que des comptes français sont concernés" par cet énorme piratage, a-t-il ajouté.

"Ce ne sont pas des coffre-forts"

Mounir Mahjoubi a rappelé qu'il ne fallait pas oublier que les "données personnelles mises sur ces plateformes (de réseaux sociaux, ndlr) peuvent être un jour piratées".

"Ce ne sont pas des coffre-forts". C'est donc à "nous d'être très responsables vis-à-vis de nos données", a-t-il ajouté.

"Tant que Facebook n'aura pas donné l'intégralité des éléments concernant l'analyse du problème (la faille de sécurité, ndlr) et comment il a été utilisé par les pirates, on ne pourra pas" mesurer l'étendue de l'attaque, a-t-il précisé. Selon le secrétaire, le ou les pirates peuvent être "soit un génie, soit une organisation très structurée, soit quelqu'un de l'intérieur" au sein de Facebook.

Les critiques contre Facebook ravivées

Quelque 50 millions de comptes Facebook ont été piratés à cause d'une faille de sécurité, a révélé son patron Mark Zuckerberg vendredi, sans préciser combien de temps avait duré l'attaque informatique. Cette affaire a ravivé les critiques contre le réseau social déjà sérieusement ébranlé par plusieurs controverses, en particulier autour la protection des données personnelles.

Selon Facebook, "presque 50 millions de comptes ont été affectés directement", les pirates ayant pu accéder aux informations de profils (noms, genre, ville...) par la fonctionnalité "Voir en tant que", qui permet de regarder son propre profil comme si on était un autre utilisateur. Une incertitude demeure sur 40 autres millions de comptes, pour lesquels la fonctionnalité a été utilisée récemment. Dans le doute, le groupe a déconnecté dans la nuit de jeudi à vendredi les 90 millions de comptes concernés, obligeant leurs titulaires à se reconnecter manuellement.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/09/2018 à 18:17 :
Cela ressemble à une affaire d'état que Mme Michou s'est fait pirater ses photos de vacances au camping des flots bleus et sa fille celles de sa dernière beuverie entre ados!
Réponse de le 30/09/2018 à 18:30 :
Personne ne dit que c'est une affaire d'Etat.
Cela dit, si certains pensent que la France avait été épargnée par on ne sait quel miracle, il est temps de revenir sur terre.
.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :