La France accuse (elle aussi) la Russie de cyberattaques

 |   |  405  mots
Plusieurs pays occidentaux, dont la France, ont dénoncé de concert les séries de cyberattaques mondiales supposées provenir de Russie. Moscou, pour sa part, continue de démentir ces accusations.
Plusieurs pays occidentaux, dont la France, ont dénoncé de concert les séries de cyberattaques mondiales supposées provenir de Russie. Moscou, pour sa part, continue de démentir ces accusations. (Crédits : Kacper Pempel)
La France s'est associée, jeudi 4 octobre, aux puissances occidentales qui accusent la Russie d'avoir mené une série de cyberattaques en dénonçant "des faits graves et préoccupants".

La France a emboîté le pas de certains pays occidentaux (le Pays-Bas, la Grande-Bretagne, le Canada et l'Australie) en accusant, à son tour, jeudi 4 octobre au soir, la Russie d'avoir fomenté une série de cyberattaques majeures perpétrée à travers le monde destinées à destabiliser les démocraties occidentales.

Dans un communiqué, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères a dénoncé "des faits graves et préoccupants" et a assuré les alliés de la France du soutient de cette dernière. De fait, plusieurs puissances occidentales ont accusé, jeudi 4 octobre, le renseignement militaire russe (GRU) d'avoir orchestré une série de cyberattaques mondiales, notamment une tentative déjouée de piratage du siège de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) aux Pays-Bas, en avril dernier. Les Pays-Bas ont annoncé avoir expulsé quatre espions russes.

Lire aussi : La Grande-Bretagne désigne le renseignement russe responsable d'une série de cyberattaques

De la propagande anti-Russe pour le Kremlin

Parallèlement, la justice américaine a annoncé l'inculpation de sept membres du renseignement militaire russe (GRU), parmi lesquels figurent ceux expulsés par les Néerlandais. Moscou, pour sa part, a dénoncé "un acte de propagande", ajoutant, ironique, que "cette campagne anti-russe d'espionnite aiguë" portait "atteinte aux relations bilatérales".

"Le gouvernement néerlandais juge extrêmement inquiétante l'implication de ces agents de renseignement", a pour sa part déploré la ministre néerlandaise de la Défense, Ank Bijleveld. "Habituellement, nous ne divulguons pas ce type d'opération de contre-espionnage".

Lire aussi : Cyberattaque NotPetya : pour Washington et Londres, la Russie est responsable

C'est le Royaume-Uni qui a ouvert le bal des dénonciations visant la Russie, jeudi. Le ministère britannique des affaires étrangères, Jeremy Hunt, a dénoncé les actions "sans foi ni loi" du GRU qui ont "affecté des citoyens dans de nombreux pays et coûté des millions de livres ". Les autorités britanniques évoquent ainsi à la fois l'attaque contre le Parti démocrate américain en 2016, mais aussi l'offensive contre l'Agence mondiale antidopage ou bien le virus informatique BadRabbit qui avait touché l'Ukraine en 2017.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/10/2018 à 17:13 :
Oh ces méchants Russes!! La propagande, on en veut!! Est ce que la France et l'Europe ont-elles décidés de s'autodétruire en léchant, jour et nuit, des bottes américaines ??
a écrit le 06/10/2018 à 14:35 :
Cela me rappelle les cyber attaques de ces dernières années. Je me souviens que les grosses entreprises et banques Russes avaient été attaqués, cela m'avait frappé. On n'en parle plus ... Est-ce le retour du boomerang ... Pire, on est passé à un niveau au-dessus ces derniers jours puisqu'une conseillère US (secrétaire auprès de l'OTAN ou de la défense US ? je ne sais plus) a menacé la Russie d'attaques nucléaires sur ses systèmes de défense ! Il va falloir qu'ils se calment les va t-en guerre Britanniques et US, sinon on repart comme en 14 ...
Mais cette fois-ci la France doit laisser les anglo-saxons (suivis comme des bons toutous par les Hollandais et les Polonais) faire leur guerre sale et en assumer toutes les conséquences. Et retirons nos troupes de Syrie et de la frontière Russe ! Pour la Syrie, un lien de 1000 ans, c'est dans le domaine culturel qu'il faudra reconquérir le cœur et l'esprit tous ces gens instruits en Français et de notre culture, que nous avons perdu suite à notre soutien débile aux islamistes. Mais le bon sens, c'est de l'après Macron ...
a écrit le 06/10/2018 à 8:11 :
... le "suivisme" servile de la France explique un peu sa dégringolade dans la liste des "grands" ....... sauf en football importé ........
Réponse de le 06/10/2018 à 12:07 :
Et à aucun moment vous vous dites que la Russie a peut être vraiment effectué ce genre d'actions ? Mettez de côté votre russophilie ou votre mépris français de côté et posez vous la question.
a écrit le 05/10/2018 à 20:09 :
Si les russes avaient un réseau échelon, je ne vous explique pas ce qu'ils prendraient. Heureusement que échelon est du côté des gentils... XD
a écrit le 05/10/2018 à 19:56 :
Poutine se fait dépasser par l'Union européenne alors vu qu'avec sa minorité d'oligarques il accapare 90% des biens russes qui n'en profitent pas, il ne lui reste plus que l'espionnage et faire des invasions en Moldavie, Géorgie, Crimée, Ukraine et financer des partis séparatistes en Europe comme le RN ou FN.
a écrit le 05/10/2018 à 18:38 :
La France?? Merci de ne pas confondre les européistes au pouvoir et le simple citoyen qui sent bien l'enfumage que l'on lui propose!
a écrit le 05/10/2018 à 17:28 :
On a du mal à croire nos politiques qui tombent des nues .. dans quel monde de bisounourd vivent ils? Bienvenue dans le vrai monde ... la Russie n est certainement pas la seule à agir ainsi ... en espérant une prise de conscience salutaire et salvatrice de l Europe pour qu’elle mette en place ses champions et serveurs sur son sol ... à suivre
Réponse de le 05/10/2018 à 20:30 :
Ils ne tombent pas des nues. La Russie a depuis quelques années une attitude très agressive envers les pays d'Europe et qui ne se cantonne pas au monde virtuel.

L'espionnage entre "amis" existe depuis toujours. On sait que les USA espionnent le courrier de Mme Merkel et qu'ils s'en sont donné à cœur joie lorsque la mode était au Blackberry dans les cabinets ministériels français.

Lire le courrier par dessus l'épaule des gens est une chose et ce n'est certes pas très amical, mais lancer des cyber-attaques est une agression caractérisée et un acte de malveillance..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :