Lifestage, la réponse anti-Snapchat de Facebook

 |   |  360  mots
Une fois connecté, la nouvelle application de Facebook demande d'enregistrer une série de courtes vidéos en montrant différentes expressions, voire même de danser, afin de les compiler dans une forme plus longue et d'en faire une vidéo de profil.
Une fois connecté, la nouvelle application de Facebook demande d'enregistrer une série de courtes vidéos en montrant différentes expressions, voire même de danser, afin de les compiler dans une forme plus longue et d'en faire une vidéo de profil. (Crédits : Lifestage/Facebook. Montage : La Tribune.)
Avec Lifestage, le groupe créé par Mark Zuckerberg souhaite donner envie aux jeunes de partager spontanément ce qu'il passe dans leur vie. Et ainsi séduire les Millennials, cette jeune génération très présente sur le concurrent Snapchat.

Prêt à tout pour séduire des Millennials qui lui préfèrent Snapchat, Facebook a décidé de leur consacrer une nouvelle application. Disponible pour l'heure uniquement sur iOS, Lifestage, de son nom, accorde une place de premier choix au partage de vidéos et se destine principalement aux collégiens et aux lycéens.

Téléchargeable par tous, l'application n'est utilisable que par des personnes âgées de 21 ans ou moins. Passé cet âge, il n'est possible que de visionner son propre profil, explique le site spécialisé TechCrunch. Cette mesure hautement restrictive sur l'âge s'explique notamment par l'absence totale de limitations dans le partage des vidéos : ici, tout est public et peut ainsi être visionné par n'importe qui, rappelle la présentation de l'application sur iTunes.

Une fois connecté, la nouvelle application de Facebook demande d'enregistrer une série de courtes vidéos en montrant différentes expressions, voire même de danser, afin de les compiler dans une forme plus longue et d'en faire une vidéo de profil.

Reconquérir les 16-24 ans

Avec Lifestage, le groupe créé par Mark Zuckerberg souhaite donner envie aux jeunes de partager spontanément ce qu'il passe dans leur vie. Ce qu'il arrivait à faire initialement avec Facebook mais n'est jusque là pas parvenu à retrouver ni avec Instagram, malgré le lancement début août de la fonctionnalité Instagram Stories qui s'inspire très largement des stories de Snapchat, ni avec WhatsApp.

Car si pour l'heure, Snapchat ne compte que 150 millions d'utilisateurs actifs par jour (loin des 1,71 milliards d'utilisateurs mensuels actifs de Facebook), l'application créée par Evan Spiegel devrait enregistrer une croissance de 27% de ses utilisateurs en 2016. Et surtout, 83% d'entre eux sont âgés de moins de 35 ans et près de 60% ont entre 16 et 24 ans, d'après des données publiées en mars 2016 par le l'institut d'études de marché GlobalWebIndex. Une base d'utilisateurs très jeune qui place l'application de messagerie loin devant ses concurrents Facebook Messenger (33% de 16-24 ans) et WhatsApp (30%) et séduit particulièrement les annonceurs.

>> Aller plus loin Snapchat, l'insolent réseau social qui défie Facebook

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/08/2016 à 12:39 :
... ou l'art d'inventer des trucs qui ne servent à rien pour faire du fric !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :