Un journal de Rupert Murdoch visé par une enquête parlementaire

Le magnat de la presse anglo-saxonne Rupert Murdoch est vivement critiqué en Grande-Bretagne. Plusieurs enquêtes parlementaires visent l'un de ses journaux, News Of the World, soupçonné d'avoir piraté des messageries téléphoniques.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)

Le Premier ministre britannique David Cameron a annoncé mercredi le lancement de plusieurs enquêtes parlementaires autour des agissements du tabloïd News of The World.

Après avoir été condamné pour avoir accédé illégalement aux messageries de personnalités du showbiz et de la politique, le quotidien du groupe News International, propriété de l'Australien Rupert Murdoch, est plongé dans deux scandales encore plus explosifs.

Tout d'abord, ses journalistes auraient piraté la messagerie téléphonique d'une fille de 13 ans peu après sa disparition le 21 mars 2002. Ils avaient ainsi pu écouter et enregistrer les messages éplorés laissés par ses parents et ses amis. S'apercevant ensuite que la messagerie était saturée, les journalistes avaient effacé de nombreux messages afin de laisser la possibilité à d'autres proches d'en déposer de nouveaux. La police et la famille de Milly Dowler avaient alors cru à une fugue, pensant qu'elle avait écouté puis effacé les messages. Son corps fut pourtant retrouvé six mois plus tard et son meurtrier condamné il y a deux semaines à une peine de prison à vie.

Deuxième affaire : les messageries téléphoniques des familles des victimes londoniennes des attentats du 7 juillet 2005, qui ont fait cinquante-deux morts, ont sans doute également été piratées par le quotidien.

Corruption

Pour couronner le tout, le plus haut responsable de la police nationale a annoncé hier avoir découvert que le quotidien achetait le silence ou les faveurs de certains policiers pour pouvoir poursuivre ses opérations illégales. Avant l'aboutissement des enquêtes officielles, les conséquences économiques s'annoncent déjà dures pour le journal : de nombreuses sociétés, comme Procter & Gamble (le premier annonceur du pays), Orange ou Vodafone, ont annoncé la remise en question de leurs contrats publicitaires.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 07/07/2011 à 15:11
Signaler
ça s appelle comment l'organisation pyramidale des voyous. Ces informations confidentielles obtenu par des moyens illicites sont elles utilisées uniquement pour faire des articles dans la presse ou pour obtenir un moyen de pression sur certaines pers...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.