10 millions d'euros, 120.000 abonnés pour Charlie Hebdo

 |   |  438  mots
Tiré à 5 millions d'exemplaires, le journal satirique s'est vite retrouvé en rupture de stocks.
Tiré à 5 millions d'exemplaires, le journal satirique s'est vite retrouvé en rupture de stocks. (Crédits : JOHN SCHULTS)
L'hebdomadaire satirique a récolté près de 10 millions d'euros auprès de donateurs publics, mais également des particuliers ou de grandes entreprises étrangères. Avant le tragique attentat du 7 janvier, le journal en difficulté n'avait pu récolter que 250.000 euros au terme d'une opération de refinancement.

En cumulant ventes, abonnements, dons et aide publique, Charlie Hebdo pourrait recueillir plus d'une dizaine de millions d'euros après l'attentat, une manne pour ce petit magazine qui fin décembre ne savait plus comment payer ses salariés.

Imprimé à 5 millions d'exemplaires, vendus 3 euros pièce, le numéro de mercredi, s'il est intégralement écoulé, lui rapportera environ 8 millions d'euros.

Opération de solidarité

Le journal touchera en effet la totalité des recettes pour le premier million d'exemplaires (soit 3 millions d'euros), dans le cadre d'une grande opération de solidarité de toute la chaîne d'impression et de distribution, qui a accepté de travailler gratuitement, en rendant leur commission pour aider Charlie Hebdo et les familles des victimes.

Comme habituellement pour ses ventes, le journal percevra aussi quelque 40% des recettes sur les 4 autres millions, soit environ 4,8 millions d'euros.

120.000 abonnés

Charlie Hebdo a aussi multiplié par plus de dix son nombre d'abonnements en quelques jours, passant de moins de 7.000 à "beaucoup plus" de 120.000 abonnés, a indiqué sur RTL Patrick Pelloux.

A la veille de l'attentat, lors d'un dîner avec Charb, les deux hommes s'étaient réjouis d'avoir gagné... 50 abonnés supplémentaires, a-t-il raconté.

Le journal bénéficie aussi d'achats inattendus, comme Air France qui a acheté 20.000 exemplaires pour ses passagers, au tarif plein, alors que la compagnie bénéficie généralement de prix très réduits.

Des dons venus de l'étranger

En outre, les dons affluent de France et de l'étranger. Le fonds "Presse et pluralisme", qui permet de faire des dons défiscalisés aux médias, a annoncé avoir déjà reçu mercredi 1,4 million d'euros apportés par plus de 21.000 particuliers. Et certaines entreprises organisaient aussi des collectes mercredi.

En outre la ministre de la Culture, Fleur Pellerin, a promis de débloquer une aide d'urgence d'un million d'euros et envisage de permettre au journal satirique, comme à d'autres hebdomadaires comme Le Monde Diplomatique, de percevoir des aides structurelles, comme les quotidiens.

Google, eBay et Amazon se cotisent

Même les géants américains de l'internet ont apporté leur écot. Le fonds Google pour l'innovation numérique dans la presse, cogéré par les éditeurs, va lui accorder 250.000 euros. Les sites eBay et Amazon se sont eux engagés à reverser à Charlie Hebdo les éventuelles commissions perçues sur les produits estampillés "Je suis Charlie".

En novembre, Charlie Hebdo, dont les ventes de 28.000 exemplaires par semaine ne suffisaient plus à payer les salaires, avait lancé un appel aux dons pour survivre. Juste avant l'attentat, il avait récolté 250.000 euros et quelques centaines d'abonnés en plus.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/01/2015 à 12:51 :
J espere simplement que les familles des victimes toucheront de l argent et je me demande toujours ce que Pelloux fait a etre toujours au journal qu il fasse un papier de temps a autre ok qu il soit pote avec ceux qui restent et ceux qui sont hélas morts ok Mais il n a pas un boulot a l hopital ?? a moins qu il soit en vacances il devrait etre aux urgence car si tous font comme lui c est normal qu aux urgences ils soient débordé !!! font ter o
a écrit le 15/01/2015 à 12:31 :
On verra l'an prochain ce qu'il reste des 120 000 abonnements.
Réponse de le 15/01/2015 à 12:44 :
Votre talent à vous ?
a écrit le 15/01/2015 à 11:37 :
et en plus exonérés d'impôts et taxes ;
vive la justice en France .
a écrit le 15/01/2015 à 11:21 :
Je suis pour la liberté d' expression , mais pas pour des insultes permanentes envers les musulmans, juifs, ou chrétiens, le risque avec charlie hebdo est de provoqué encore plus de tension en France et avec le proche orient, nous avons eu 17 morts ça suffits !! Nous avons en ce moment beaucoup de problèmes en France, chomage, l' école qui ne va plus, économie qui s' éffondre, alors au lieu de passer notre temps à lire des inepties pensont plutôt à remettre la France sur pieds !!
Réponse de le 15/01/2015 à 12:41 :
Vous auriez lu Charlie Hebdo une fois dans votre vie, vous n' auriez pas poster votre message.
Réponse de le 15/01/2015 à 16:33 :
Oui mais la France qu'on souhaite à nouveau avec une économie sur les rail doit rester une démocratie pas un ersatz de démocratie ou chaque communauté exigerait des interdits incompatible avec notre liberté de penser.
Réponse de le 21/01/2015 à 12:30 :
Le problème, c'est qu'un trop grand nombre oublie ceci : "Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la Loi. "
a écrit le 15/01/2015 à 10:42 :
C'est bien, il ne fallait pas que le journal meure. Par contre, les abonnés peu au fait du journal risquent d'être déçus par beaucoup d''idées défendues (gauche, ultra gauche exclusivement) et pas la vulgarité ambiante...
a écrit le 15/01/2015 à 10:20 :
Pour montrer leurs altruismes vu le nombres de nouveaux abonner qui rend l'entreprise viable ils devraient redistribuer la totalité des bénéfices et dotations aux familles des victimes et aux différents organismes religieux pour entretenir leurs lieux de culte et rembourser une parti des aides de l'état touché depuis plusieurs années .
a écrit le 15/01/2015 à 10:04 :
Nous disons donc 10 millions divisés par 17....
Réponse de le 15/01/2015 à 12:55 :
non par 13 les deux policiers, le garde du corps et l'homme d'entretien ne toucherons rien.. Appel aux dons pour les familles de policiers endeuillées.
Police Nationale
La FONDATION LOUIS LÉPINE est LE SEUL CANAL OFFICIEL habilité à recevoir vos DONS aux familles des victime
a écrit le 15/01/2015 à 9:45 :
Bravo, je ne suis pas lecteur de Charlie Hebdo mais il suffit de se rappeler ce que disait Voltaire "Je ne suis absolument pas d'accord avec vous, mais je me battrai jusqu'à la mort pour que vous puissiez exposer vos idées' Demain ce serait la liberté de se promener en jupe,de la mixité à l'école,au sport, à la piscine, de boire de l'alcool, de diffuser certains films ou de lire certains livres... Céder sur une infime partie de nos droits serait leur ouvrir un boulevard pour qu'ils en demandent toujours plus. J'ai modestement acheté ce journal au moment des caricatures et je l'ai commandé hier à ma maison de la presse laquelle était en rupture de stock.
Réponse de le 15/01/2015 à 18:03 :
Vous résumez parfaitement ma pensée !
a écrit le 15/01/2015 à 9:40 :
Avec cela je pense que l'on peut éviter de verser l'aide d'urgence.
d'autres s'en sont chargés épargnons nos finances publics
a écrit le 15/01/2015 à 9:27 :
Quelle belle aubaine que l’attaque des bureaux de cette feuille de chou ! Pas pour les malheureuses victimes, malheureusement, mais pour le reste de l’équipe et des actionnaires, par contre... Pour un canard (très boiteux) quasiment inconnu et que personne n’achetait, cette attaque représente une manne, un pactole. Surtout pout un papelard au bord de la faillite. La qualité de la presse française ne s’en porte certainement pas mieux, mais les actionnaires de l’hebdo, eux, disent merci aux gogos qui n’osent toujours pas penser par eux-mêmes. Il faut toujours des moutons pour bêler avec le troupeau et des dociles brebis à traire. Magnifique illustration !
Réponse de le 15/01/2015 à 12:28 :
L'actionnaire majoritaire est mort également dans l'attaque (l'economiste) vu qu'il participait toujours ou presque aux réunions avec les salariés ... Tous les actionnaires ne sont pas des nanties sur les chaises longues au bord de la piscine a voir trimer le plus grand nombre. Ça ne m'étonnerait pas non plus que les grandes figures du journal mortes dans l'attentat étaient également actionnaires.
Faut arrêter de dire des conneries a un moment.
Réponse de le 15/01/2015 à 14:57 :
Ah, oui ... Les actionnaires de Charlie s'engraissent ?
Le capital du journal est désormais partagé entre Charb (600 parts), Riss (599), Éric Portheault (299), Bernard Maris (1) et Cabu (1). Les actions sont estimées à zéro euro, selon Charb
Comment peut-on être aussi odieux ? Comment peut-on être aussi ignorant ?
Internet, ça sert aussi à s'informer avant tout. Que savez-vous du fonctionnement de Charlie Hebdo, de son histoire ?
Réponse de le 20/01/2015 à 20:52 :
Arrouet, merci. Je n'aurai pas écrit mieux... Me voilà rassurée. Vraiment. Quant au message pitoyable précédent de "A point nommé" : apparemment vous avez appris l'existance du journal qu'à travers les médias, récemment, c'est ça. Que vous l'aimiez ou non, c'est une chose. Mais vous parlez de pactole ? Relisez vous un peu. Quelle honte !
Réponse de le 21/01/2015 à 12:21 :
A priori, il connait des supputations, mais rien de bien concret, Comme quoi dénoncer ceux qui crient au loup lorsqu'on le fait soi-même...
a écrit le 15/01/2015 à 9:20 :
Une victoire pour la liberté d'expression.
Sans cet ignominie, Charlie aurait peut être disparue car n'avait plus les moyens de continuer. Comme quoi à force de vouloir bâillonner les gens (la presse) on se retrouve à la fin de l'histoire à une plus grande visibilité et écoute.
Bien entendu, il est difficile de se dire que la cause de cette réussite est dû à un acte de barbare, mais réconfortons nous en se disant qu'ils ne sont pas mort pour rien. Ils ont donné leur vie pour que notre libre expression est et reste notre droit à tous.
Merci à ce journal qui a su nous rappeler que la liberté est quelques choses que l'on doit protéger et garder précieusement.
Personnellement je ne suis pas un lecteur de Charlie, mais force est de constater que le monde a besoin de ce type de journaux pour ne jamais oublier que nous avons un devoir d'analyse de la société. L'obscurantisme religieux n'apporte que guerre et souffrance. Il suffit d'étudier un peu l'histoire du monde pour se rendre compte que seul la tolérance et le compromis a aider l'homme à s'élever.
Réponse de le 15/01/2015 à 10:21 :
Si C.H. devait disparaître, c’est uniquement parce qu’il n’intéresse personne ! Il n’y a aucune autre raison à cela. On ne parle ici ni de « liberté », ni surtout de « qualité » de la presse : on en est loin. On parle plutôt d’un hebdo sans fond qui pour se faire remarquer et appâter quelques lecteurs, ne sait que jouer la carte d’une provoc minable, inutile et démago. Ce qui est loin d’être reluisant. Personne ne connaissait C.H. ni ne l’achetait avant une attaque (malheureuse pour les victimes, certes) qui est arrivée à point nommé pour éviter la faillite. Ce n’est certainement pas ça qui rendra cet hebdo plus intelligent ou intéressant. Chaque journal a les lecteurs qu’il mérite et chaque lecteur a le journal qu’il mérite. Quel pitoyable nivellement par le bas !
a écrit le 15/01/2015 à 9:15 :
On tombe d un exces dans l autre....merci les medias et politiques
Réponse de le 15/01/2015 à 10:43 :
Entre gens de gauche, il faut se serrer les coudes (marrant de savoir que Hollande et Valls ont , de fait, interdit les écoutes préventives en cours sur les frères Kouachi en juillet 2014 !)
a écrit le 15/01/2015 à 8:04 :
Il convient de relativiser, 120 000 abonnés sur 66 300 000 abonnés cela donne 0,18 % des Français, c'est très infime.
Réponse de le 16/01/2015 à 17:35 :
Le journal le plus lu soit le Figaro a une diffusion payante (abonnés et vente) de 323 000 ex. Donc 120 000 abonnés (sans compter la vente en kiosque) pour un journal satirique c'est tout bonnement énorme.
a écrit le 15/01/2015 à 7:49 :
VIVE LE MEDEF, VIVE LE POGNON, VIVE CHARLIE

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :