Elon Musk, le Pdg de Tesla et SpaceX, veut noter les journalistes et les médias

 |   |  407  mots
Elon Musk pense que sa plateforme contribuerait à restaurer la crédibilité des médias. D'après des documents officiels, le nom Pravda Corp a été déposé en octobre dernier auprès de l’État de Californie par un associé de Musk. (Photo : Elon Musk, en 2015, au Congrès mondial de l'automobile, à Detroit)
Elon Musk pense que sa plateforme contribuerait à "restaurer la crédibilité des médias". D'après des documents officiels, le nom "Pravda Corp" a été déposé en octobre dernier auprès de l’État de Californie par un associé de Musk. (Photo : Elon Musk, en 2015, au Congrès mondial de l'automobile, à Detroit) (Crédits : Reuters)
Pas très content des critiques qui fusent sur ses entreprises et sa personnalité, le milliardaire inventeur tous azimuts prend la mouche. Le fondateur de multiples sociétés innovantes fustige la course au clic des journalistes et leur "hypocrisie". Les internautes qu'il a sollicités via son compte Twitter ont massivement approuvé son initiative.

"Je vais créer un site où le public pourra noter la vérité fondamentale de n'importe quel article, suivre la note de crédibilité de chaque journaliste, rédacteur en chef ou publication. Je songe à l'appeler Pravda (ndlr, le mot russe pour vérité qui renvoie aussi au titre du journal soviétique)", a-t-il annoncé sur Twitter.

Apparemment irrité par de récents articles de presse sur Tesla, Elon Musk, le Pdg de la firme spécialisée dans la construction de voitures électriques, a proposé de créer un site d'évaluation de la crédibilité des journalistes et des médias.

Le milliardaire, qui préside également la société spatiale SpaceX, a soumis son idée aux 21,8 millions d'abonnés à son compte Twitter. Plus de 680.000 d'entre eux ont donné leur avis, 88% d'entre eux jugeant que "créer un site de notation de la crédibilité des médias (qui signale aussi les réseaux automatiques de propagande)" serait une bonne chose contre 12% qui pensent que "non, les médias sont formidables".

La course au clic des journalistes "hypocrites"

Dans une série de tweets, Musk s'en prend à la course au clic des journalistes "hypocrites", soumis à la pression de l'audience et des revenus publicitaires, et argue que sa plateforme contribuerait à "restaurer la crédibilité des médias".

"Ils ne réalisent pas à quel point leur crédibilité est faible aux yeux de l'opinion", ajoute-t-il.

D'après des documents officiels, le nom "Pravda Corp" a été déposé en octobre dernier auprès de l'Etat de Californie par un associé de Musk.

"Don't shoot the messenger" ?

Pour alimenter le débat, songeons néanmoins à cette expression française : "Malheur au porteur de mauvaise nouvelle", dont on trouve l'équivalent anglo-saxon dans l'expression "Kill the Messenger" ("Tuer le messager", une pratique qui remonte à l'Antiquité). Dans Henri IV, une pièce de théâtre du dramaturge William Shakespeare (1564-1616), on trouve ainsi le conseil de ne pas tuer le messager ("Don't shoot the messenger"), idem, dans son autre pièce "Antoine et Cléopâtre".

(Avec Reuters)

____

A LIRE AUSSI

Quelques articles de La Tribune sur Tesla :

Lire aussi : Model S : Tesla va rappeler 123.000 véhicules

Lire aussi : Tesla : l'objectif de production du Model 3 est encore repoussé

Lire aussi : Tesla et les marchés, vers la fin de la lune de miel ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/05/2018 à 10:32 :
Pourquoi vous parlez du "Malheur au porteur de mauvaise nouvelle" ?

Le but d'Elon est de créer un équivalent de Wikipédia, mais pour la presse, afin de juger l'intégrité et la justesse de ce qui est publié.

Un tel système donnerait plus de crédibilité à ceux qui le méritent, et retirerait celle de ceux qui auraient du la perdre depuis longtemps.

Si vous aviez confiance en vos sources, en vos rédacteurs et en la qualité, l'intégrité et la justesse de vos articles, vous devriez accueillir cette plate forme à bras ouverts.

Mais apparemment, c'est plus simple pour vous de passer à la défensive...
Félicitations, ça commence bien, vous êtes bien partis les gars.
a écrit le 25/05/2018 à 23:04 :
Excellente idée.
Aux US, les journalistes jouisssent ils de privilèges fiscaux ?
a écrit le 25/05/2018 à 13:11 :
Pourquoi pas?
Encore faut-il trouver une échelle de notation .

Synthèse des faits [Laconique - - - -| - - - - Pointilliste]
Objectivité [Commentaire - - -| - - - - - - - Aucun adjectif]
Analyse [ Néant intersidéral - - -| - - - - - - Multidimensionnelle Intergalactique]
Style [CE1 - - - - - -| - - - - Balzac]
Source [Moi - - - |- - - - - - - Des gens]
Intérêt du sujet [Brève de comptoir - - - - - -| - - - M’empêchait de dormir]
a écrit le 25/05/2018 à 11:02 :
Noter un journaliste c'est noter l'information qu'il diffuse, vrai ou fausse!
a écrit le 25/05/2018 à 10:14 :
Et si on le notait lui ? Marre de sa tête et de son ego surdimensionné ...
a écrit le 25/05/2018 à 10:09 :
je suis preneur !!!
a écrit le 25/05/2018 à 9:49 :
Vous êtes de mauvaise foi encore une fois, les premiers à avoir tiré ce sont les médias conventionnels qui nous sortent les fameuses "fakes news" dont internet serait inondé alors qu'eux ne se privent pas non plus pour nous désinformer copieusement, vous aurez du mal chez les citoyens lambda à trouver quelqu'un pour prendre parti des médias manipulateurs si ce n'est, quel hasard, ceux qui les regardent.

ET vous aurez du mal aussi, à part les fanatiques écervelés classiques qui ont besoin de se trouver une idole pour remplir le vide dramatique de leur vie, des gens à défendre systématiquement les barons du net.

Non décidément les peuples d'aujourd'hui semblent beaucoup plus éveillés que les propriétaires d'outils de productions tels qu'ils soient et leurs multiples serviteurs serviles.

Avec internet, intégré au raisonnement, nous assistons au crépuscule de la pensée binaire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :