Numéro 23 : NextRadioTV (BFM, RMC) désormais deuxième actionnaire

Le groupe d'Alain Weill va remplacer les actionnaires minoritaires, parmi lesquels les hommes d'affaires Xavier Niel et Bernard Arnault mais aussi le groupe russe de télévision UTH, au capital de la chaîne de la TNT.

3 mn

Le CSA avait décidé de bloquer un premier projet de vente au groupe NextRadioTV pour 88 millions d'euros.
Le CSA avait décidé de bloquer un premier projet de vente au groupe NextRadioTV pour 88 millions d'euros. (Crédits : TDF)

Numéro 23 ne se vendra finalement pas entièrement à NextRadioTV. Le groupe d'Alain Weill, notamment propriétaire de BFMTV et RMC, va finalement racheter 39% des parts de la chaîne Numéro 23 (laquelle a été sauvée fin mars par le Conseil d'Etat contre l'avis du CSA qui avait décidé sa fermeture et le blocage de son rachat), a annoncé mardi son fondateur Pascal Houzelot dans un entretien au Monde.

"Nous avons décidé, avec leur accord, de remplacer l'ensemble des actionnaires minoritaires de la chaîne", indique Pascal Houzelot, Pdg et actionnaire majoritaire de la chaîne.

Et c'est désormais NextRadioTV qui assurera la régie publicitaire de Numéro 23, ajoutait-il.

Le montant de la transaction n'a "pas à être divulgué"

Parmi les actionnaires minoritaires sortants, les hommes d'affaires Xavier Niel et Bernard Arnault mais aussi le groupe russe de télévision UTH, contrôlé par le milliardaire Alicher Ousmanov, qui avait cristallisé une partie des critiques du CSA.

Interrogé sur le montant déboursé par NextRadioTV pour entrer au capital, Pascal Houzelot a indiqué qu'il n'avait "pas à être divulgué" car la chaîne n'est "pas cotée en Bourse". "Toutefois, c'est sur une base inférieure au chiffre cité l'année dernière" (soit moins de 35 millions d'euros), a-t-il précisé.

Un premier projet de rachat pour 88 millions d'euros

Pour mémoire, en avril 2015, dans une lettre adressée au CSA, les groupes TF1, Canal Plus et M6 avaient estimé que la revente d'une fréquence obtenue gratuitement relevait de la "fraude". Saisi, le CSA avait découvert que le groupe russe UTH avait conclu un pacte d'actionnaires avec la chaîne prévoyant une "cession rapide" des parts. Il avait décidé de bloquer un premier projet de vente au groupe NextRadioTV pour 88 millions d'euros. Le régulateur avait estimé que ce projet de vente, deux ans et demi après le lancement de la chaîne, constituait une spéculation frauduleuse sur la fréquence publique attribuée gratuitement par l'Etat, et avait ordonné la fermeture de la chaîne de la TNT, une mesure exceptionnelle.

     | Lire Numéro 23 : TF1, M6 et Canal+, "extrêmement choqués", parlent de "fraude"

"J'ai pris conscience de l'émotion initiale, parfois sincère et souvent insincère, créée par le projet de cession à NextRadioTV, trois ans après notre démarrage, bien que cette transaction soit légale", explique Pascal Houzelot au Monde, rappelant avoir retiré de lui-même son projet de vente en décembre, avant la décision du Conseil d'Etat.

Selon l'accord conclu entre Pascal Houzelot et le groupe d'Alain Weill, ce dernier pourra prendre le contrôle de la chaîne entre 2017 et 2020, "ce qui serait soumis à l'agrément du CSA", explique M. Houzelot. "A l'inverse, il sera également possible que je reprenne cette participation et que je remonte a 100% du capital", précise-t-il.

(avec AFP)

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.