France Télécom : chiffre d'affaires et rentabilité en baisse

Son chiffre d'affaires du premier trimestre s'établit à à 10,96 milliards d'euros, en recul de 2,7% à base comparable. L'Ebitda (excédent brut d'exploitation) ressort à 3,76 milliards d'euros au premier trimestre, soit un taux de marge de 34,3%, en diminution de 1 point.
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

Ce n'est pas dramatique mais c'est tout de même peu enthousiasmant pour France Télécom, la maison-mère d'Orange : son chiffre d'affaires du premier trimestre est en baisse. Il s'établit à à 10,96 milliards d'euros, en recul de 2,7% à base comparable. Le groupe précise que "hors impact des mesures de régulation, le recul est limité à 0,3%".

Le nouveau directeur général, Stéphane Richard, a raison de vouloir mettre le cap vers les pays émergents. Le groupe affiche en effet une croissance de 7,3% en Afrique et au Moyen-Orient et indique que "la croissance des opérations nouvelles en Afrique reste très soutenue à +22,1% au 1er trimestre 2010". Ailleurs, c'est beaucoup moins porteur, notamment avec une progression (hors mesures de régulation) de 0,3% en France. 

Mais c'est surtout le secteur d'activité Entreprises qu ine profite pas de la sortie de crise. Il est en recul de 6,1% (hors ventes d'équipements). France Télécom remarque que ce secteur "est marqué par la migration des usages vers l'Internet et par le tassement persistant de l'activité des services".

La rentabilité est elle aussi en berne avec un Ebitda (excédent brut d'exploiation) de 3,76 milliards d'euros au premier trimestre, soit un taux de marge de 34,3%, en diminution de 1 point à base
comparable. Hors effets de la régulation et nouvelles taxes, le recul du taux d'Ebitda est limité à 0,7 point, selon la direction.

A noter que le groupe confirme son objectif de taux d'investissement annuel à environ 12% du chiffre d'affaires - il va notamment continuer à se développer dans la fibre dont il attend des conséquences positives cette année - et maintient son objectif de "cash-flow organique d'environ 8 milliards d'euros avant acquisition éventuelle de nouvelles fréquences et hors prise en compte de l'impact lié à la taxe professionnelle en France antérieure à 2003".

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 29/04/2010 à 18:53
Signaler
Attention cependant aux jolies promesses de certains opérateurs, très forts pour le commercial, moins sur la réalité des services, ou leur utilité, à moins que ce ne soient des additifs. Certains connaissent encore de longues coupures. Il faut compa...

à écrit le 29/04/2010 à 5:42
Signaler
On voudrait bien tous être dégroupés et ne plus avoir à payer une facture composée à 99% de l'abonnement... les services associés.?!.. appelez FT et vous verrez, c'est pas le top, Quand Free va déployer son réseau téléphonie, FT (et d'autres) vont y ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.