Quand IBM lorgne sur une partie de RIM, le fabricant du Blackberry

 |   |  251  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Selon Bloomberg, IBM a fait une approche informelle pour racheter la division entreprise de RIM qui exploite les serveurs utilisés pour les services de messagerie du Blackberry.

Il n?y aurait pas de discussion actuellement mais IBM a fait, selon l?agence Bloomberg qui cite deux sources, une approche informelle pour mettre la main sur la division entreprise de Research in Motion (RIM), qui exploite les serveurs utilisés pour les services de courriel et de messagerie du BlackBerry.

Samsung pas intéressé

Le nouveau directeur général du groupe canadien RIM aurait engagé des banques pour entamer une revue stratégique qui pourrait inclure une vente potentielle et des partenariats technologiques afin de faire face à ses graves difficultés financières.

L'agence indique que le fabricant du BlackBerry n'a pas encore reçu d'offres pour son activité de téléphonie ou pour une reprise de toute l'entreprise. Jeudi, Samsung a indiqué qu?il ne comptait pas acheter RIM, ni certaines de ses licences.

Action au plus bas
RIM dont l'action est au plus bas depuis 2003, a subi une perte de 518 millions de dollars américains au premier trimestre, plus élevée que prévu, en raison d'un fort recul des ventes.
Le groupe canadien a annoncé 5.000 suppressions de postes et un retard de son programme de développement du BlackBerry 10, dont le lancement a été repoussé au début 2013 alors qu'il devait intervenir à la fin de cette année pour stimuler les ventes en période de fêtes. Ce nouveau programme est considéré comme la dernière occasion pour cette entreprise de retrouver une position de leader sur le marché des nouvelles technologies.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/08/2012 à 17:06 :
Comme je l'ai souvent dit IBM va dépérir s'il ne bouge pas. Acheter RIM en partie serait une partie de la solution qui veut dire que le groupe se pense incapable d'en prendre la totalité par peur de ne pouvoir développer les produits performants qui lui seraient nécessaires : Un aveu cinglant. En effet à quoi sert la technologie soft si elle ne peut trouver d'applications pratiques pour ses clients ? IBM devra rapidement répondre à cette question afin de plonger plus rapidement encore dans son nouveau métier global.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :