T-Mobile suggère à Iliad de proposer une offre plus élevée

 |  | 228 mots
Lecture 1 min.
C'est très flatteur que (...) des entrepreneurs très impressionnants s'intéressent à nous, et soient sortis de nulle part avec, de manière évidente, une proposition de valorisation inadéquate, a ironisé le directeur financier de T-Mobile US.
"C'est très flatteur que (...) des entrepreneurs très impressionnants s'intéressent à nous, et soient sortis de nulle part avec, de manière évidente, une proposition de valorisation inadéquate", a ironisé le directeur financier de T-Mobile US. (Crédits : reuters.com)
Si la "proposition de valorisation" de Free est encore "inadéquate", selon le directeur financier de T-Mobile US, Braxton Carter, celui-ci a néanmoins concédé: "les gens commencent très rarement avec leur meilleure offre".

L'offre d'Iliad pourrait certes séduire T-Mobile US, mais elle n'est pour le moment pas suffisante. C'est ce que semble avoir voulu laisser entendre mercredi le directeur financier de l'opérateur américain qui, non sans ironie, a déclaré devant une conférence d'analystes:

"C'est très flatteur que (...) des entrepreneurs très impressionnants s'intéressent à nous, et soient sortis de nulle part avec, de manière évidente, une proposition de valorisation inadéquate".

"Les gens commencent très rarement avec leur meilleure offre"

Et Braxton Carter d'ajouter plus explicitement:

"Est-ce qu'il va faire plus? Il faut lui demander. Je pense que les gens commencent très rarement avec leur meilleure offre."

La maison mère allemande de T-Mobile US, Deutsche Telekom, qui contrôle 67% de l'opérateur, avait déjà indiqué la semaine dernière n'avoir pas reçu "d'offre satisfaisante".

Iliad, la maison-mère de l'opérateur français Free créée par l'entrepreneur Xavier Niel, a proposé récemment 15 milliards de dollars pour prendre le contrôle de 56,6% de T-Mobile US. Un autre candidat jusqu'ici donné favori pour racheter T-Mobile US, son concurrent américain Sprint, contrôlé par le japonais Softbank, a fait comprendre la semaine dernière qu'il avait renoncé à ce projet, au moins à court terme.

>>LIRE: Masayoshi Son, le Xavier Niel japonais qui rêve de dominer le monde

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/08/2014 à 14:55 :
Le patron de Free a-t-il les moyens de ses ambitions ?
Attention au syndrome de la grenouille.
a écrit le 14/08/2014 à 11:51 :
Toujours aussi vaniteux ces anglo-saxons ...
Réponse de le 14/08/2014 à 20:23 :
Est-ce être vaniteux d'attendre une valorisation convenable avant d'accepter une offre d'achat ? Illiad propose 15 milliards quand Sofbank en proposait 30. Cela ne correspond pas non plus à la valorisation boursière de T-Mobile. La vérité derrière tout cela est qu'Illiad n'a pas les moyens de ses ambitions et va, tout comme numericable, emprunter des sommes colossales à des investisseurs avides, pour ensuite rembourser grâce aux dividendes de T-Mobile sans aucune logique industrielle. Xavier Niel pourra ensuite s'affirmer comme un entrepreneur de génie et l'un des hommes les plus riches de la planète. On se demande de quel côté se trouve la vanité. En tout cas, Drahi et Niel peuvent remercier les robinets grands ouverts de la FED et de la BCE...
Réponse de le 15/08/2014 à 11:07 :
@Intrigué

Il faut savoir que la valorisation boursière n'a pas toujours de rapport avec la capacité à générer du cash de l'actif (en l'occurence T-Mobile) donc Illiad n'a aucun intérêt à se ruiner juste pour entrer sur le marché américain sauf si Xavier Niel croit que le marché des télécoms de l'oncle Sam n'est pas truqué comme France ou qu'il peut influencer les membres de la FCC pour s'implanter durablement. Pour ma part, j'ai plutôt l'impression que cette affaire existe uniquement pour faire le buzz sur l'action Illiad en perte de vitesse comme l'ensemble des valeurs françaises depuis plusieurs semaines à la bourse de Paris.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :