Vodafone pourrait supprimer 1300 emplois en Espagne

 |  | 390 mots
Lecture 2 min.
D'après le journal espagnol El Pais, ces licenciements pourraient affecter 60% de l'ancien personnel de Ono (780 employés), racheté par Vodafone en juillet 2014, et 40% (soit 520 employés) de Vodafone.
D'après le journal espagnol El Pais, ces licenciements pourraient affecter 60% de l'ancien personnel de Ono (780 employés), racheté par Vodafone en juillet 2014, et 40% (soit 520 employés) de Vodafone. (Crédits : reuters.com)
La branche espagnole du groupe britannique Vodafone a annoncé mardi 28 juillet qu'elle allait supprimer jusqu'à 1300 emplois en Espagne, soit 21% de ses effectifs. Des discussions doivent se tenir à partir du 1er septembre avec des représentants du personnel.

Après le rachat du câblo-opérateur espagnol en 2014, le géant des télécoms Vodafone cherche à réduire ses coûts et s'apprête à tailler sévèrement dans ses effectifs. Ainsi, le groupe a annoncé ce mardi 28 juillet son intention de lancer une procédure de licenciement collectif en Espagne. Elle pourrait toucher jusqu'à 1.300 salariés, soit 21% de ses effectifs dans le pays.

1.300 emplois sur 6.100 concernés

"Vodafone Espagne et Vodafone Ono ont fait part aux représentants des travailleurs de l'ouverture d'une procédure de licenciement collectif qui concernera au maximum 1.300 employés", sur les quelque 6.100 travaillant en Espagne, détaille un communiqué du groupe.

D'après le journal espagnol El Pais, ces licenciements pourraient affecter 60% de l'ancien personnel de Ono (780 employés), racheté par Vodafone en juillet 2014, et 40% (soit 520 employés) de Vodafone.

Dans son communiqué, le géant des télécoms britannique a évoqué une baisse du chiffre d'affaires et des revenus de l'entreprise bruts (ce que l'on nomme l'Ebitda) pour justifier ce plan social de grande ampleur. Au cours de l'année fiscale 2013-2014 (avril-mars), Vodafone Espagne a rapporté en avril un chiffre d'affaires de 4,1 milliard d'euros. Les revenus pour ses services ont atteint 3,8 milliards, en baisse de 13,4% par rapport au précédent exercice.

Vodafone veut "gagner en compétitivité"

Avec ce plan social, Vodafone cherche à "gagner en compétitivé", et à "dimensionner correctement la compagnie, dans un environnement très exigeant", selon les termes du communiqué.

En juillet 2014, Vodafone avait finalisé le rachat du câblo-opérateur espagnol Ono, le premier réseau de fibre optique d'Espagne, pour 7,2 milliards d'euros. L'entité issue du rapprochement des deux groupes emploie près de 6.000 personnes.

Vodafone et Orange travaillent sur le déploiement de la fibre optique

Si Vodafone réduit ses effectifs, c'est aussi parce que le groupe a engagé des investissements importants "dans les réseaux de nouvelle génération".

En 2013, Vodafone et Orange avaient annoncé un vaste plan d'investissement, à hauteur de un milliard d'euros dans le déploiement de la fibre optique en Espagne afin d'équiper six millions de foyers et de bureaux d'ici septembre 2017, en couvrant plus de 50 villes du pays. A l'époque, Vodafone affichait ses ambitions, et entendait se placer comme l'un des principaux acteurs de la recomposition du secteur du câble en Europe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :